Le directeur général de Premier Acte, Marc Gourdeau (à gauche), accompagné de certains des artistes qui donneront vie à la prochaine saison du théâtre.

Premier Acte: une saison branchée sur l’actualité

Pour son 20e dévoilement de programmation, le directeur général de Premier Acte, Marc Gourdeau, a choisi de «ratisser très large» dans son objectif de présenter au public «tout ce que le théâtre émergent peut offrir en terme de styles et de propositions».

Onze pièces sont à l’affiche pour la prochaine saison que son directeur souhaite aussi prospère que la précédente. «Notre bilan est très très satisfaisant, indique M. Gourdeau, fier d’avoir vu le pourcentage de fréquentation globale atteindre 87%. En outre, 45 % des représentations l’ont été à guichet fermé. «C’est le fruit d’un travail de longue haleine, de développement et de dialogue constant avec notre public qui a envie de découvrir de nouvelles écritures, de nouvelles voix, de nouveaux acteurs. Les gens aiment être surpris.»

À la demande du Soleil, Marc Gourdeau pointe trois pièces de la prochaine cuvée, basées sur leur lien direct avec l’actualité. La programmation complète est offerte sur le site premieracte.ca.

  • Just In
  • Du 11 au 22 septembre. Texte et interprétation: Lucien Ratio. Mise en scène: Jocelyn Pelletier.
  • «C’est l’histoire d’un homme politique qui doit sauver son image à tout prix après une gaffe. On diffuse ce spectacle au tout début de la campagne électorale provinciale.»
    ***
  • Celle qu’on pointe du doigt
  • Du 2 au 20 octobre. Texte: Marie-Pier Lagacé. Mise en scène : Simon Lemoine. 
  • Interprétation: Anne-Marie Côté, Éva Daigle, David Grenier, Marie-Pier Lagacé, Linda Laplante et Réjean Vallée.
  • «Une jeune mère au désespoir, démunie parce qu’elle n’a aucun soutien, en vient à tuer sa petite fille. Quand on regarde ce qui s’est passé récemment...» (le meurtre de la petite Rosalie Gagnon).
    ***
  • Beef
  • Du 22 janvier au 9 février. Texte: Dayne Simard. Mise en scène: Anne-Marie Olivier. 
  • Interprétation: Nancy Bernier, David Bouchard, Mathieu Richard, Nathalie Séguin et Dayne Simard.
  • «Une critique assez virulente de certains stéréotypes masculins dont on fait l’apologie peut-être davantage en régions rurales, quoi qu’il peut y en avoir un peu partout. On passe un bon coup de varlope avec énormément d’humour.»