Simon Labelle-Ouimet dans la pièce «Je suis William», qui sera présentée en mars 2019 aux Gros Becs.

La prochaine saison des Gros Becs: entre Miles Davis et Shakespeare

Le directeur artistique et directeur général du théâtre jeunesse Les Gros Becs, Jean-Philippe Joubert, se dit «particulièrement fier» de la programmation de la prochaine saison. Au total, ce sont 16 spectacles, dont cinq nouvelles créations, qui poseront leurs pénates dans la salle de la rue Saint-Jean.

À l’image de l’effervescence qui anime la scène théâtrale de Québec, Les Gros Becs recueille un beau succès populaire. «Nous avons un excellent taux d’occupation, ce n’est pas un souci», explique M. Joubert, précisant que beaucoup de spectacles sont présentés à guichet fermé.

Devant l’imposante proposition à venir, Le Soleil lui a demandé de pointer trois pièces parmi les plus alléchantes, celles susceptibles d’avoir un fort impact auprès du jeune public. L’ensemble de la programmation est disponible sur le site www.lesgrosbecs.qc.ca

Mile(s)tones (du 6 au 9 février 2019)

«Une expérience musicale d’une compagnie flamande (Zozzo Compagnie), où le spectateur voyage à travers l’œuvre de Miles Davis avec un trio de jazz très solide. Ça permet de démystifier les improvisations [de ce style de musique].»

Je suis William (14 et 15 mars 2019)

«C’est un texte vraiment fin de Rebecca Déraspe, basé sur l’anecdote voulant que la sœur de Shakespeare ait écrit ses pièces à sa place quand il était adolescent. Or, à l’époque élisabéthaine, les filles n’avaient pas le droit d’écrire. C’est une proposition de théâtre musical très drôle, avec plein d’anachronismes.»

Trois petites sœurs (du 24 au 28 avril 2019)

«C’est un spectacle de l’auteure Suzanne Lebeau dont je suis très fier, qui explore la maladie et la mort d’un enfant. C’est une approche à la fois sobre et très bouleversante. À chaque fois que j’en parle, j’ai les larmes aux yeux. On est touchés par la solidarité et la résilience de cette famille dans l’épreuve.»