À une semaine de son inauguration officielle, le théâtre Diamant accueillait samedi son élément symbolique : l’œuvre qui ornera sa façade, «Atome ou le fruit des étoiles».

«Atome ou le fruit des étoiles» arrive au Diamant [PHOTOS]

À une semaine de son inauguration officielle, le théâtre Diamant accueillait samedi son élément symbolique : l’œuvre qui ornera sa façade, «Atome ou le fruit des étoiles».

Plusieurs curieux sont venus jeter un coup d’œil à l’installation toute la journée samedi. Avec cinq cercles de verre de 4,5 mètres de diamètre qui pèsent plusieurs kilos et qui seront superposés et illuminés, l’œuvre ne passera pas inaperçue et ne sèmera pas trop de controverse, selon le directeur général du théâtre, Bernard Gilbert.

«Ce n’est pas une œuvre qui va faire beaucoup de controverses. Plusieurs vont s’ennuyer de l’ancienne enseigne du Cinéma de Paris, c’est certain, mais il était impossible de la conserver. C’est une des forces de l’art de générer des discussions.» 

M. Gilbert indique qu’on apercevra l’œuvre de Claudie Gagnon au loin, tout comme c’était le cas pour l’enseigne du Cinéma de Paris, qui se faisait remarquer bien avant l’arrivée des visiteurs à la place d’Youville. 

«C’est un endroit stratégique. Notre idée, c’est que ce ne soit pas écrit “Diamant” sur la façade en avant, l’icône va être l’œuvre d’art. C’est l’élément clé qui vient signer l’endroit, juste au-dessus de la porte principale, qui est aussi la porte historique. C’était l’accès du Cinéma de Paris. La lumière du Soleil, la lumière ambiante, les lumières du Capitole, les lampadaires et les lumières du Diamant. On va découvrir tout ça au travers de ces couches de verre. Ça va être là pour des années, c’est pour 40, 50 ans. C’est prêt à résister au temps et à affronter les intempéries.»

Tout prend forme 

«Jeudi, quand je suis allé m’asseoir dans la salle, je dois dire que j’ai eu une émotion. Ça avait vraiment l’air d’un théâtre, c’était propre, il y avait des tests de son. J’ai vraiment pu constater la qualité de la salle, une grande salle pour les arts de la scène», a aussi exprimé M. Gilbert.

L’inauguration officielle du Diamant se fera le 30 août, et tous les laissez-passer ont trouvé preneurs en moins de 24 heures, d’ailleurs. 

«Tous les jours, il y a des nouvelles, on passe des étapes avec l’entrepreneur. À l’intérieur, ça avance très vite, le grand ménage est commencé. L’œuvre d’art arrive, c’est l’élément symbolique majeur. C’est extraordinaire d’avoir cet objet-là. Le pouls s’accélère à une semaine de l’inauguration.» 

À partir du 3 septembre, la billetterie sera ouverte pour tous, et puis la programmation démarre le 7 septembre. 

M. Gilbert note aussi la tenue du Festival de cinéma de la ville de Québec (FCVQ), qui servira d’événement pour lancer tout l’équipement cinématographique du théâtre. Le Diamant se rapproche bien plus du Grand Théâtre de Québec que de La Bordée ou du Périscope. Il y aura du cinéma, de la lutte pendant l’hiver et de l’art numérique. La configuration des lieux permet beaucoup, ce qui représente aussi un plus pour le FCVQ, d’avoir à nouveau un cinéma au centre-ville.

«La production artistique y sera unique», termine le directeur général.