Pop–Jazz–World: Coconut Christmas, des Lost Fingers

The Lost Fingers: un autre Noël éclectique ***1/2

CRITIQUE / Les Lost Fingers avaient frappé un grand coup l’an dernier avec Christmas Caravan, leur premier album de Noël.

La troupe de Québec remet ça, en optant sensiblement pour la même approche créative et éclatée au plan stylistique afin de revoir 12 classiques et de proposer une pièce originale — celle qui donne son titre à l’album, avec ses contours pop, empruntant aux années 80. La troupe a renoué avec John Jorgenson à la réalisation, pondant autant une sympathique Santa’s Lost His Mojo jazzy avec un passage rap, qu’une ambitieuse God Rest You Merry Gentlemen au parfum indien. Toute la bande brille aux commandes de ce répertoire, défendu avec aisance au micro par Valérie Amyot, Byron Mikaloff et, le temps de Sleigh Ride, l’invitée Cyrille Aimée. Coconut Christmas ne bénéficie forcément pas de l’effet de surprise de son prédécesseur et pèche peut-être un peu par excès d’éclectisme, mais mérite assurément l’attention : les performances sont impeccables, tout comme la réalisation soignée et dynamique.