Christian Bégin anime Y'a du monde à messe à Télé-Québec

Y'a du monde à messe avec Christian Bégin: célébrer la parole

Le nouveau talk-show Y'a du monde à messe a beau avoir lieu dans une ancienne église, inclure un confessionnal, un choeur gospel et un segment «communion», Christian Bégin assure que l'émission ne baignera pas dans une surenchère de métaphores religieuses. «Je ne jouerai pas les célébrants et je ne monterai pas en chaire !», promet l'animateur.
L'idée est de découvrir des côtés méconnus de cinq personnalités connues - artistes, politiciens, sportifs, gens d'affaires, scientifiques. «J'aimais qu'on soit dans une émission qui n'est pas rivée à l'actualité et qui ne soit pas seulement un véhicule d'autopromotion», note Bégin, qui aura 90 minutes pour célébrer la parole et faire des entrevues en profondeur.
«On essaie de mettre la parole au coeur de cette émission-là et on veut que cette parole soit élevante, galvanisante, signifiante et donne envie de réfléchir et de continuer la discussion à la maison», résume Bégin.
Les invités de chaque émission sont unis par un lien quelconque les téléspectateurs pourront tenter de deviner. «Des liens parfois très inusités, indique-t-il. On pourrait dire que ce sont toutes des personnes qui ont vécu un moment déterminant, qui a créé un avant et un après dans leur vie. Si le lien est la paternité, ce sera des gens qui ont un rapport particulier avec le sujet, mais pas cinq pères aux histoires semblables.» Le jeu sera subtil et ne devrait pas river le spectateur au bout de sa chaise, mais devrait contribuer au plaisir de l'écoute.
Des entrevues «dans la lumière» permettront d'abord à l'animateur de s'entretenir avec chacun des invités, puis «la communion» permettra de révéler le lien. «Tout le monde peut poser une question, renchérir et réagir, et j'agis un peu comme agent de circulation», précise-t-il. Distillées dans l'émission, il y a des capsules «confession» ludiques et loufoques dans lesquelles les invités révéleront quelque chose d'inusité sur eux-mêmes.
L'animateur a remarqué que l'ancienne église devenue le Théâtre Paradoxe, un lieu qui «donne du coffre, un lieu qui a une histoire, un sens» et qui «demeure, dans notre culture, un lieu de partage de la parole», a eu une incidence sur l'attitude des invités. «Ça prête à l'échange et à la confidence, même à un certain emportement. J'ai vu les invités prendre la parole de manière assez fougueuse, comme s'ils étaient en train d'arranger la foule», a-t-il constaté lors du premier tournage.
Il y aura des performances musicales, ce qui implique que l'un des invités sera musicien ou interprète, alors qu'un choeur gospel - «dix voix humaines» - chante le nom des invités à leur arrivée sur le plateau. Un procédé avec un effet «puissant et émouvant», note Bégin. Sophie Durocher, Gilbert Rozon, Mitsou, Bernard Drainville et Webster seront les invités de la première émission.
Y'a du monde à messe sera diffusé à Télé-Québec le vendredi à 21h dès le 12 mai.