Un bar consacré au Trône de fer

Une longue file s'étire sur un trottoir banal de Washington, devant des devantures anonymes : des dizaines de fans de Game of Thrones (Le trône de fer) attendent parfois deux heures pour entrer dans un bar éphémère où boissons, décors et musiques d'ambiance sont inspirés de la saga fantastico-médiévale.
«Nous avons attendu 1h30 mais ça valait vraiment le coup. Le décor est très créatif, très réaliste. J'aime les différentes pièces», confie à l'AFP Rebecca Briere, assistante médicale de 40 ans. «C'est fantastique, surtout le dragon.»
Ce dragon, c'est une animatronique qui s'éveille par moments pour cracher du feu. Un clin d'oeil à Daenerys Targaryen, l'un des personnages préférés, surnommée Mère des dragons, car elle en possède trois.
Les deux autres sont également présents dans le Game of Thrones Pop-up Bar en peinture murale.
L'établissement est ouvert jusqu'au 27 août, chaque soir à l'exception de la soirée du dimanche «pour nous permettre de regarder l'épisode», confie un barman coiffé de la couronne aux bois de cerf en or du roi Baratheon des Sept Royaumes.
La série au succès international, qui bat des records d'audience dans 170 pays et récolte moult récompenses, revient pour une septième et avant-dernière saison sur HBO dimanche, à 21h.
«C'est l'heure sacrée», explique Paul Taylor, responsable des bars pour Drink Company, à l'origine du projet.
Et des télévisions seraient pour le moins anachroniques dans ce bar de 280 m2, un petit labyrinthe de cinq pièces où chaque décor diffère.
L'entrée se fait sous les majestueuses branches blanches aux feuilles rouge écarlate de Weirwood, l'arbre sacré du jeune Bran Stark. Dans une niche du premier bar - il y en a quatre au total -, une sculpture d'un loup hurlant, symbole de la famille Stark.
Visages amis  
Sur la droite, les convives entrent dans la Demeure du Noir et du Blanc, temple où sont conservés les visages permettant aux adeptes du Dieu Multiface de changer d'apparence pour accomplir leurs assassinats. Sur les murs du pop-up bar des visages de plâtre s'alignent sur plusieurs rangées, comme dans la série.
Ce sont des moules de la patronne de Drink Company, de bénévoles et d'amis, explique M. Taylor. Et il y a deux niches libres pour faire des selfies.
Autre occasion de photo originale : s'asseoir sur le fameux trône de fer, avec grande pelisse et sceptre. Pour cela, il faut s'inscrire et attendre de recevoir sur son téléphone portable le signal du gardien du trône.
«Encore 117 minutes à attendre», s'esclaffent en choeur quatre amis en consultant le site ad hoc. Et ils ont déjà eu le temps de déguster plusieurs cocktails, tous baptisés d'après la série.
Leur préféré? Le Shame (honte) - tequila, gin tonique, pamplemousse - qui est accompagné d'une mise en scène : le barman agite à trois reprises une cloche, et à chaque pause la salle crie shame.
C'est une nouvelle référence à l'émission : la reine mère Cersei Lannister avoue son adultère et doit, le crâne rasé, marcher nue dans la rue, tandis que les habitants crient honte et la couvrent de détritus.
Autre cocktail populaire, The North Remembers (Le Nord se souvient) qui reprend le titre d'un épisode salué par la critique, servi dans une grosse chope en simili-corne.
Une dizaine de cocktails et une bière Game of Thrones figurent au menu. Que l'on peut aussi déguster dans la salle des étendards du Donjon Rouge, où pendent les bannières des différentes maisons.
Entre 900 et 1500 personnes viennent chaque jour, précise M. Taylor. «Nous avons choisi le bon moment» avec la nouvelle saison.
Quelques barmen sont déguisés, parfois des clients, les videurs portent un t-shirt avec l'inscription Night Watch (Garde de nuit), une troupe de protection intégrée par l'un des principaux personnages.
Ce n'est pas le premier pop-up bar de Drink Company : il y a Miracle en décembre et Cherry Blossom au printemps, à la floraison des cerisiers japonais.
«Nous voulons en faire quatre par an», précise M. Taylor. Le prochain sera en octobre, mais motus sur le thème : «Un arbre pourrait être nécessaire», lance-t-il facétieux.