Millie Bobby Brown et Sadie Sink campent respectivement les personnages d’Eleven et de Max dans la populaire série de Netflix «Stranger Things», dont la troisième saison sera mise en ligne le 4 juillet.

«Stranger Things 3» : Vivement plus de choses étranges!

Nés en 1984, les jumeaux Matt et Ross Duffer sont sans doute trop jeunes pour se souvenir de l’époque qu’ils dépeignent dans la série à succès «Stranger Things». Mais ils en ont saisi l’essence en empruntant de réjouissante manière des références à des films culte des années 80 : «E.T.», «Les Goonies», «Rencontre du troisième type», «Poltergeist», etc.

Un petit gars disparu, des phénomènes paranormaux, une conspiration gouvernementale, une fillette dotée de pouvoirs télékinétiques, un inquiétant monde parallèle et des enfants en mission sur leurs vélos… La table était mise pour un succès télévisuel qui a tenu les fans en haleine depuis l’été 2016. Alors que la très attendue troisième saison nous arrivera sur Netflix le 4 juillet, retour sur un phénomène qui mise sur la nostalgie des années 80, mais qui rallie aussi les plus jeunes téléspectateurs.

La revanche des nerds

Stranger Things, c’est d’abord une histoire d’amitié entre quatre jeunes garçons passablement nerds qui s’amusent à jouer à Donjons et dragons. D’aucuns les qualifieraient de «rejets», mais ça serait sans compter sur l’indéfectible amitié qui les lie. Ils ne sont pas les plus cool (ils le verront quand ils seront les seuls à se présenter costumés pour Halloween à l’école secondaire dans la deuxième saison…), mais ils ont du cœur et de la débrouillardise. Et quand ils intègrent Eleven (une fillette aux super pouvoirs évadée d’un programme gouvernemental pour le moins douteux) et plus tard la dégourdie Max, ils seront difficiles à arrêter. Voilà pour la mise en place.

Stranger Things, c’est aussi toute une série de références à des films cultes des années 80 : certains internautes particulièrement passionnés ont pris le temps de faire le montage mettant en parallèle des prises de vue similaires entre l’œuvre des frères Duffer et des extraits de films comme E.T., Les Goonies, Alien ou Poltergeist. Si la série se tient en soi, elle renferme une multitude de ce que nos amis anglo-saxons appellent des «œufs de Pâques» ou de petites surprises cachées pour les yeux plus avertis. Et disons que le facteur nerd de la série a été élevé d’un cran quand le nom de Sean Astin, l’un des «goonies» originaux, est apparu au générique de la deuxième saison…

Bref, voilà une série qui met en scène des enfants, mais où les adultes peuvent certainement trouver leur compte.

Les frères Duffer, créateurs de la série «Stranger Things».

Personnages inoubliables

Pour bien des téléspectateurs ou cinéphiles, Stranger Things rime avec le retour à l’avant-scène de Winona Ryder, icône des années 90 qui a dans cette série donné une toute nouvelle symbolique aux classiques guirlandes lumineuses de Noël. Mais c’est aussi l’ascension de talentueux nouveaux visages.

Dans le rôle de la super puissante Eleven, la jeune Millie Bobby Brown crève l’écran. On craque aussi pour le mignon Dustin campé par Gaten Matarazzo, encore plus quand une relation de grand frère/petit frère s’installe avec le d’emblée pas si sympathique Steve (Joey Keery). En termes de rédemption de personnage, ils ont frappé un grand coup.

Difficile aussi de nier l’apport de David Harbour en chef de police Hopper, grand bourru au cœur tendre. L’intense et très beau discours que l’acteur a tenu en acceptant un prix collectif au gala des Screen Actors Guild résume l’esprit de la série : «Nous sommes tous ensemble dans cette horrible, souffrante, joyeuse, excitante et mystérieuse virée qu’est la vie. Nous allons continuer de repousser les intimidateurs, nous allons accueillir les freaks, les rejetés et ceux qui n’ont pas de maison».

Avant…

Avant Eleven, cette fillette aux dons exceptionnels, il y avait sa mère, qui a perdu le Nord après s’être portée volontaire pour des expériences «scientifiques». Sa vie en sera bouleversée, tout comme celle de sa fille.

Alors que la série expose les conséquences vécues par l’une et l’autre, l’auteure Gwenda Bond (une fan finie de la série), s’est penchée sur les origines du phénomène dans le roman antépisode Suspicious Minds... De quoi donner l’occasion aux admirateurs de Stranger Things de pousser l’aventure un peu plus loin...