La série «Insatiable», qui sera disponible sur Netflix à partir du 10 août, avec Alyssa Milano (photo) et Debby Ryan, met en scène une adolescente obèse risée de ses camarades de lycée.

Pétition contre une série Netflix accusée de faire honte aux obèses

LOS ANGELES — «Insatiable», une nouvelle série de Netflix, se voit accusée de se moquer des personnes en surpoids et une pétition demandant son retrait avait déjà récolté plus de 120 000 signatures mardi.

La série, qui sera disponible sur Netflix à partir du 10 août, avec Alyssa Milano et Debby Ryan, met en scène une adolescente obèse risée de ses camarades de lycée. Devenue filiforme, elle ne rêve que d’une chose: se venger.

La pétition affirme que la série encourage les jeunes femmes à «jauger leur valeur à partir de leur corps» et de «perpétuer non seulement la toxicité de la culture des régimes, mais aussi l’objectification du corps féminin».

«Nous avons encore le temps de faire annuler cette série qui joue sur les insécurités des jeunes filles qui pensent que pour être heureuse et valoir quelque chose, il faut perdre du poids.»

L’actrice principale Debby Ryan a défendu la série sur son compte Instagram.

«En tant que personne pour qui la manière dont les corps, en particulier ceux des femmes, sont moqués ou policés, j’étais enthousiasmée à l’idée de travailler sur Insatiable car c’est une série qui fait face à ces questions à travers la satire», a réagi Debby Ryan, qui évoque «12 années de lutte avec l’image de son corps, qui m’ont emmenée dans des zones terribles où je ne veux plus jamais aller».

L’attrait de la série selon elle est «de montrer du doigt ceux qui harcèlent et de dire “on ne peut pas faire ça”», ajoute-t-elle.

Son personnage «subit une transformation physique, mais cela ne la rend pas heureuse. Nous ne faisons pas ça pour faire honte au surpoids. Nous voulons porter un regard aigu sur des systèmes dangereux et inadéquats qui mettent sur un pied d’égalité minceur et valeur», poursuit-elle, appelant à regarder la série avant de la juger.

Des porte-parole de Netflix n’ont pas répondu dans l’immédiat aux demandes de commentaires de l’AFP.

Le géant de la diffusion en flux avait déjà fait l’objet d’une polémique ces derniers mois pour une autre de ses séries, 13 Reasons Why, accusée d’encourager les suicides chez les adolescents.