Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
<em>C’est comme ça que je t’aime</em> s’est démarquée du lot avec une signature unique. Sur la photo: Marilyn Castonguay.
<em>C’est comme ça que je t’aime</em> s’est démarquée du lot avec une signature unique. Sur la photo: Marilyn Castonguay.

Notre meilleur de la télévision en 2020

Richard Therrien
Richard Therrien
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
La télé y a aussi goûté durant la pandémie. Mais elle aura joué un rôle plus rassembleur que jamais, alors que nous étions captifs devant nos écrans. N'est-ce pas l'occasion de dire merci à notre télévision?

1. Une bonne cuvée

La cuvée des nouvelles séries québécoises aura été particulièrement riche cette année, avec des titres comme Fragile, Mon fils et La faille. Sacrée meilleure série dramatique aux 35es prix Gémeaux, C’est comme ça que je t’aime s’est démarquée du lot avec une signature unique sur l’Extra, puis sur ICI Télé. L’histoire de ces deux couples en crise à Sainte-Foy dans les années 70, qui développent un penchant pour le crime, valait son pesant d’or.

Marie Carmen, Marie Denise Pelletier et Joe Bocan dans l’émission spéciale <em>Une chance qu’on s’a</em>.

2. La télé réconfort 

En temps de pandémie, notre télé a toujours su nous réconforter avec la plus grande inventivité. Ralliant 1 639 000 téléspectateurs confinés, la spéciale de la fête des Mères d’En direct de l’univers a certainement offert les moments les plus émouvants parmi tous. La crise aura aussi entraîné de réjouissantes initiatives comme l’émission spéciale Une chance qu’on s’a, le Bal Mammouth, un spectacle de la fête nationale vitaminé à Trois-Rivières, la diffusion d’une douzaine de spectacles gratuits à Télé-Québec, et pour conclure l’année, l’émission Tout le monde ensemble sur les quatre grands réseaux.

L’arrivée de Noovo dans le portrait s’additionne à une nouvelle offre francophone sur la plateforme Crave. Sur la photo: Julie Snyder à <em>La fête de la rentrée</em>.

3. Un nouveau joueur

L’achat de V par Bell Média a fini par se concrétiser, laissant entrevoir le retour des fictions originales sur ce réseau et l’ouverture de salles des nouvelles 13 ans après l’abandon de l’information. L’arrivée de Noovo dans le portrait s’additionne à une nouvelle offre francophone sur la plateforme Crave, comme encore plus de choix pour contrer les géants Netflix et Disney+.

Catherine Proulx-Lemay et Catherine St-Laurent sur le plateau de <em>District 31</em>.

4. Débrouillardise et prudence

On a cru devoir interrompre les tournages de District 31 durant un an, mais le milieu de la télévision n’allait pas laisser la COVID-19 décider de l’échéancier! Avec une étonnante débrouillardise, doublée de la plus grande prudence, les plateaux de tournage ont pu revivre à temps pour la grille d’automne, qu’on anticipait sans substance. Les émissions de variétés ont su s’ajuster aux normes sanitaires strictes, de Tout le monde en parle, présentée en direct en sans public, jusqu’à Sucré salé et Y’a du monde à messe, qui ont dû remanier leurs formules.

À <em>100 génies</em>, Pierre-Yves Lord manie la formule avec aisance et semble y prendre un plaisir fou.

5. Tout connaître

Le jeu 100 génies n’aura pas souffert de la pandémie, malgré la présence de 31 génies en studio plutôt que les 100 de la première saison. Pierre-Yves Lord manie la formule avec aisance et semble y prendre un plaisir fou. On ne peut qu’admirer la soif de connaissance et l’énergie débordante des participants. Mention spéciale à deux génies redoutables, Félix Tétreault et Meryam Chagouri, étourdissants de virtuosité. À quand l’annonce d’une troisième saison?