Notre chroniqueur ne sait plus quels qualificatifs employer pour parler du rendez-vous de France Beaudoin, qu'on voit ici avec Mika à <em>En direct de l’univers</em>.
Notre chroniqueur ne sait plus quels qualificatifs employer pour parler du rendez-vous de France Beaudoin, qu'on voit ici avec Mika à <em>En direct de l’univers</em>.

Notre bulletin télé de mi-saison

Mis à part pour mon coup de cœur Léo et la confirmation de qualité des Pays d’en haut, les variétés et les séries documentaires supplantent la fiction cet hiver. En direct de l’univers et Les enfants de la télé ne s’essoufflent pas, ce qui est un exploit. Le crime, lui, ne paie peut-être pas, mais il captive et passionne, dans la fiction comme dans la réalité.

LÉO, 9,5/10, TVA

Fabien Cloutier frappe fort avec cette comédie, dont on savoure chaque réplique. Le monde rural vu par sa lorgnette est cru, oui, mais surtout attachant et vrai. Le dramaturge ne rit pas d’eux, mais avec eux, sans dissimuler leurs travers, oh non. Aucun personnage n’est inutile, surtout pas les collègues de Léo chez Dubeau Gâteaux. La deuxième saison, qui commençait cette semaine à TVA, est encore meilleure que la première. Le diffuseur n’avait pas eu une aussi bonne comédie depuis Les beaux malaises.

EN DIRECT DE L’UNIVERS, 9,5/10, ICI TÉLÉ

Je ne sais plus quels qualificatifs employer pour parler du rendez-vous de France Beaudoin, qui nous émerveille chaque samedi soir encore un peu plus, avec une moyenne de 1 060 000 fidèles pas émission depuis janvier, un exploit pour une 11e saison. On a commencé fort avec Anne Dorval, émue aux larmes par sa fille Alice et son amoureuse Anne-Sophie, puis avec Mika, soufflé par le spectacle qu’on lui présentait.

1RES FOIS, 9,5/10, ICI TÉLÉ

On est sans mots devant l’ingé­niosité de l’équipe de recherche de Véronique Cloutier pour créer des moments surprenants et franchement émouvants. On rit, on pleure, quand Marilou se regarde chanter; quand Élyse Marquis voit sa fille suivre ses traces; quand Mathieu Baron et Rachid Badouri voient leurs familles partir de loin pour les surprendre; quand Patrick Lagacé se fait lire des lettres d’amour d’adolescence.

Le seul défaut de cette cinquième saison: sa trop courte durée, six épisodes au lieu de 10. Sur la photo: Marie-Ève Milot et Rémi-Pierre Paquin.

LES PAYS D’EN HAUT, 9,5/10, ICI TÉLÉ

L’auteur Gilles Desjardins avait intérêt à ne pas nous laisser sur une telle finale! Le seul défaut de cette cinquième saison, une des meilleures à mon avis? Sa trop courte durée : six épisodes au lieu de 10, c’est un péché du diable, aurait dit le curé Caron (David La Haye). Et pourvu que Délima (Julie Le Breton) change d’idée et ne parte plus vers la grande ville.

LES ENFANTS DE LA TÉLÉ, 9/10, ICI TÉLÉ

Incroyable qu’une telle émission, dont le concept aurait pu s’essouffler, parvienne à se renouveler sans arrêt, notamment avec les spéciales «tête d’affiche». Celles de Normand Brathwaite et de Marina Orsini étaient particulièrement réussies.

SUR LES TRACES D’UN TUEUR EN SÉRIE, 9/10, CANAL D

Dans le genre du true crime, ce qui s’est fait de meilleur ces dernières années. Combien de femmes sont mortes sans que jamais leurs meurtriers ne soient punis? À moins qu’il ne s’agisse que d’un seul assassin. Un travail de recherche titanesque et une réelle empathie pour les proches des défuntes qui témoignent.

LA VRAIE NATURE, 9/10, TVA

La doudou par excellence de fin de soirée. Claude Legault, de qui on croyait tout connaître, s’y est confié sans filtre, dans une première qui promet encore le meilleur. Une émission qui a le luxe d’aller plus en profondeur, au fil de longues conversations. On veut tous passer un week-end à ce chalet. Jean-Philippe Dion fait un hôte idéal.

LÂCHER PRISE, 8,5/10, ICI TÉLÉ

Insupportable en début de saison, Madeleine (Sylvie Léonard) s’est rachetée dans un moment d’anthologie : un hommage familial sur le patio, où elle a décrit en quelques lignes l’existence pathétique de tous les convives. C’est la dernière saison, on va s’ennuyer.

L’HEURE BLEUE, 8,5/10, TVA

Léger essoufflement à la fin de l’automne, mais regain d’intérêt, surtout depuis la fameuse révélation de Véronique (Pascale Bussières) à un Bernard (Benoît Gouin) outré et profondément blessé. On aborde avec doigté l’amour intergénérationnel entre Michel et Carole (Mustapha Aramis et Sylvie-Catherine Beaudoin) et la difficulté pour un fils Asperger (Frédéric Lemay) d’accepter la situation.

CEREBRUM, 8,5/10, ICI TÉLÉ

Claude Legault et Christine Beaulieu forment un duo efficace dans ce thriller psychologique fort bien ficelé par Richard Blaimert. On croit avoir identifié le coupable quand l’auteur nous fait changer de trajectoire. Tant mieux, il y aura une deuxième saison.

Une belle folie anime le plateau de <em>Cette année-là</em>, amenée par un Marc Labrèche survolté et un panel de collaborateurs allumés.

CETTE ANNÉE-LÀ, 8,5/10, TÉLÉ-QUÉBEC

Une belle folie anime ce plateau chaque samedi, amenée par un Marc Labrèche survolté et un panel de collaborateurs allumés. On attend chaque semaine ces parodies absurdes, dont la plus surréaliste reste celle de Marie-Élaine Thibert aux gros mollets, qui chante son amour pour février. Ils en ont fumé du bon.

LA COURSE FOLLE, 8,5/10, TÉLÉ-QUÉBEC

La pêche au homard ne passionne pas tout le monde, mais cette série parvient très rapidement à capter notre attention. Grâce à ses personnages valeureux et consacrés à leur métier, on sent le vent des Îles nous atteindre jusque dans nos salons.

ENQUÊTE, 8,5/10, ICI TÉLÉ

Après 300 enquêtes, l’émission de Marie-Maude Denis confirme sa nécessité avec des dossiers percutants sur les trous de mémoires de Lino Saputo, la catastrophe annoncée du Boeing 737 Max et l’exposition d’ouvriers à l’amiante.

LA VOIX, 8,5/10, TVA

Ingrat de se prononcer après une seule émission, mais disons que c’est plutôt bien parti. La nouvelle «Coach» de pirate y met du cœur, et crée une tout autre dynamique parmi les trois gars. Le quatuor se montre parfois tranchant dans ses commentaires et ce n’est jamais trop. Les salutations planétaires sur Terre de Céline Dion lançaient formidablement cette huitième saison. Aux candidats maintenant de nous émerveiller.

CONQUÉRANTS DES GLACES, 8/10, HISTORIA

Ne serait-ce que pour ses images spectaculaires, cette série documentaire vaut le détour. Mélange d’admiration et de perplexité à constater la témérité des coureurs en canots à glace, qui carburent à l’adrénaline, mais aussi une envie et une joie partagée.

LE DERNIER SOIR, 8/10, ICI TÉLÉ

Vraiment bien construite, cette série documentaire bouleverse, choque et soulève mille questions. On s’attache aux membres de ces familles laissées dans l’ignorance depuis tant d’années.

EN TOUT CAS, 7,5/10, TVA

On y va un peu fort avec l’autopromotion TVA — Marc Dupré, qui entraîne Danielle (Guylaine Tremblay) la semaine de la première de La voix. Mais le retour du père (Normand D’Amour) au salon funéraire valait le détour.

On aimerait de plus longues entrevues, et que Julie aille plus profondément sans être toujours dérangée par des distractions à <em>La semaine des 4 Julie</em>.

LA SEMAINE DES 4 JULIE, 7/10, V

Retour attendu, qui emprunte un peu trop au passé des formules jadis gagnantes. «Les tannants» avec la piscine et les jeux de ballounes qui pètent, c’est drôle une fois. On aimerait de plus longues entrevues, et que Julie aille plus profondément sans être toujours dérangée par des distractions. Mention spéciale au décor spectaculaire.

UNE AUTRE HISTOIRE, 7/10, ICI TÉLÉ

Enfin, on a l’impression que cette «autre histoire» décolle. Caroline (Debbie Lynch-White) a pu revoir sa mère (Marina Orsini), une rencontre qui l’a profondément bouleversée. Mais encore, les personnages secondaires demeurent vraiment moins intéressants.

ÉPIDÉMIE, 7/10, TVA

Y’a de quoi voir des coronavirus partout avec cette série qui rejoint la réalité. L’histoire, révélée au compte-gouttes, a mis du temps à véritablement démarrer. Toute la question du racisme à l’endroit des Inuit est intéressante. Certains hasards sont durs à croire, comme la proximité de plusieurs personnages.

PHIL S’INVITE, 7/10, V

Ça s’améliore. Bon, on n’est pas dans la plus grande pertinence, mais au moins, l’émission de Phil Roy a pris de l’élan en format de 30 minutes, beaucoup plus rythmée, et infiniment plus télévisuelle.

ANIMANIA, 6,5/10, TVA

J’adore les animaux, mais on fait vite le tour du concept. Pas l’impression qu’on fera 10 saisons avec ça. Au moins, les bêtes sont mignonnes et l’animateur Pascal Morissette, sympathique.

Jemmy Echaquan Dubé dans <em>Fugueuse</em>, une série «sans queue ni tête».

FUGUEUSE LA SUITE, 5,5/10, TVA

Sans queue ni tête. Fanny (Ludivine Reding), pardon, agent Couture, je n’y crois pas. Les plus jeunes acteurs ne sont pas tous crédibles. Le nouveau souteneur Karim (Kevin Ranély) fait aussi peur qu’un chihuahua. Et que dire de Damien (Jean-François Ruel), qui accepte d’éliminer Fanny mais qui se dégonfle à la dernière seconde? On aurait tort de vouloir étirer ça encore un peu plus. Avec une moyenne de 1 824 000 téléspectateurs, je serais le dernier étonné.

COUPS DE COCHON, 4/10, Z

Aucune émission de caméra cachée ne m’a fait vraiment rire depuis... Surprise sur prise il y a 30 ans! Certainement pas celle-ci, portée par Patrick Groulx et un trio d’humoristes, dont les pièges sont rarement drôles.

AUSSI...

M'ENTENDS-TU?, 9/10, TÉLÉ-QUÉBEC

DISTRICT 31, 9/10, ICI TÉLÉ

DE GARDE 24/7, 8,5/10, TÉLÉ-QUÉBEC

INFOMAN, 8,5/10, ICI TÉLÉ

ROAST BATTLE: LE GRAND DUEL, 8/10, Z

AU SUIVANT!, 8/10, ICI TÉLÉ

TOUT LE MONDE EN PARLE, 8/10, ICI TÉLÉ

L'ÉCHAPPÉE, 6/10, TVA