Marilou Wolfe joue dans Sur-Vie aux côtés notamment de Sébastien Huberdeau, d'Anne-Marie Cadieux et de Luc Picard.

Marilou Wolfe dans Sur-Vie: le jeu de la célébrité

Les étés de tournage se suivent et ne se ressemblent pas pour Mariloup Wolfe. Après avoir vécu une expérience difficile sur le plateau de Ruptures, dont elle a réalisé la première saison, elle a incarné le rôle principal de Sur-Vie et s'apprête à diriger le tournage de la nouvelle série de Richard Blaimert.
Outre le titre, Hubert et Fanny, on n'en sait pas beaucoup sur cette nouvelle fiction de l'auteur de Nouvelle adresse et de Les hauts et les bas de Sophie Paquin. «Je suis en processus de casting et on commencera le tournage dans quelques semaines. Je suppose que d'autres informations seront dévoilées sous peu», nous disait Mariloup Wolfe lors de la projection de presse de Sur-Vie.
Entre la série qu'elle avait imaginée avec son ex-conjoint Guillaume Lemay-Thivierge, Trahison, et Sur-Vie, il y a un monde. «Il ne reste que la prémisse, une actrice qui a tout quitté pour aller faire carrière ailleurs et pour qui ça n'a pas fonctionné. Le reste, c'est vraiment un autre projet. Je me suis retirée, mon nom n'apparaît pas au générique pour l'idée originale», explique-t-elle.
Après trois années difficiles à Los Angeles, évoqués dans des scènes du premier épisode, Frédérique Boileau rentre au Québec. «Son agent la néglige, elle est endettée, sa relation amoureuse [avec le personnage joué par Sébastien Huberdeau] bat de l'aile, elle est très fragilisée», raconte Wolfe. Acculée au pied du mur, elle décide de participer à une téléréalité. «Elle est avec des gens qui veulent seulement être connus à tout prix. L'émission a aussi un certain caractère sexuel. Bref, elle joue un jeu dangereux.»
Sur-Vie oppose un humour «noir, glauque et très ironique» au côté cliquant que peuvent avoir les téléréalités. La réalisation a été confiée à Yves-Christian Fournier (Blue Moon) et la distribution est des plus éclectiques, allant de Luc Picard à Pamela Anderson. «C'est une femme assez mystérieuse, qui a une aura particulière. On ne peut pas s'empêcher de la regarder», indique Mariloup Wolfe, qui n'a toutefois pas vraiment pu s'entretenir avec la star sur le plateau.
«Un bonheur»
Les échanges avec Carole Laure, «une belle humaine que j'adore, complètement flyée», Monia Chokri et Anne-Marie Cadieux ont été plus chaleureux, contribuant à faire du tournage, dont la majeure partie s'est déroulée dans un immense manoir de l'Île Bizard, «un bonheur».
Mariloup Wolfe n'est elle-même pas très friande de téléréalité.  «Sauf celles qui misent sur des talents artistiques. Mais je n'ai pas beaucoup de temps dans ma vie, donc quand j'en ai, je vais plutôt écouter des séries dramatiques», note-t-elle.
La minisérie de six épisodes est présentée les jeudis à 22 h à Séries Plus depuis le 6 avril. On peut réécouter le premier épisode en rediffusion le lundi 10 avril à 23 h, sur les plateformes «sur demande» des télédistributeurs ou sur le site Web de Séries Plus.