Comme les autres survivants du Bataclan, Louise demeure fragile un an après l'attentat.

Les victimes du Bataclan se racontent

Une année s'est écoulée depuis le si horrible drame survenu à Paris le 13 novembre 2015, au Bataclan. C'était un vendredi et les gens étaient rassemblés pour profiter du début de la fin de semaine quand trois kamikazes djihadistes ont pris la salle d'assaut, semant la mort auteur d'eux.
À 1001 Vies / 13 novembre - Vivre avec, Claude-Emmanuel, Morgann, Mohamed, Louise, Eva, rescapés, racontent comment ils ont cru leur dernière heure arrivée. Claude-Emmanuel a reçu quatre balles, a failli mourir deux fois, a passé un mois à l'hôpital où on tentait de sauver sa jambe. Il a dû réapprendre à marcher et affirme pleurer souvent. 
En fait, tous sont demeurés fragilisés. Au milieu de gens qui agonisent, Louise a dû se frayer un chemin, craignant, dans les mois qui ont suivi, de fermer les yeux et de revoir ces images sanguinolentes. Eva a pris une balle dans la colonne vertébrale et peine à raconter la mort de son amoureux Valentin, à ses côtés.
Tous diront que leur vie a complètement changé depuis cet attentat. Il y a l'avant et l'après. Les plaies de l'âme mettront plus de temps que celles du corps à guérir. Et curieusement, ils ont éprouvé le besoin de revenir sur les lieux de leur enfance comme pour retrouver la douceur, l'amour et la protection de leurs parents. À Radio-Canada, dimanche, 22h50 et à RDI, le lundi 14 novembre, 20h
Le secret du bonheur
Maison, voiture, piscine, voyages, voilà bien un minimum standard pour faire le bonheur d'une grande partie de la population. Mais ce n'est pas tout, il faut également être beau, en santé, réussir en amour et au travail...
À Télé-Québec, le lundi 14 novembre, 21h, La dictature du bonheur est le résultat de la recherche de la journaliste Marie-Claude Elie-Morin qui a voulu comprendre pourquoi il existe autant de recettes, de conseils, de moyens pour nous dire comment accéder au bonheur. Elle a voulu connaître le point de vue de David Bernard, François Lemay, auteurs et conférenciers, ainsi que du psychanalyste Guy Corneau dans un monde où la dépendance aux réseaux sociaux tient lieu de religion.