Pour la série The Crown, Claire Foy, qui incarnait la reine d’Angleterre a été moins payée que Matt Smith, l’acteur qui jouait son époux, le prince Philip.

Les inégalités salariales à Hollywood ont la vie dure

NEW YORK — Les mouvements #MoiAussi et Time’s Up ont beau faire les gros titres, les femmes continuent de gagner souvent moins que les hommes à Hollywood, comme le montre l’exemple de Claire Foy, reine d’Angleterre dans The Crown, mais moins payée que son partenaire masculin.

Signe des temps, la phrase a été glissée de manière presque anodine, mardi, mais a rapidement fait le tour du monde.

Lors des deux premières saisons de la série à succès de Netflix, Claire Foy, qui jouait la reine Elizabeth, personnage central du récit, a gagné moins que Matt Smith, l’acteur qui jouait son époux, le prince Philip.

La disparité entre les cachets des acteurs et actrices à Hollywood n’est pas une révélation. Le classement des acteurs les mieux payés au monde, publié par le magazine Forbes, le montre systématiquement, chaque année.

Mais hormis Forbes, les chiffres sont rares, aucune étude sérieuse n’est disponible, et l’omerta était jusqu’ici la règle. 

«Vos agents vous disaient de ne pas en parler, explique Melissa Silverstein, fondatrice du site internet Women and Hollywood. Ce n’était pas quelque chose qu’on partageait.»


« À partir de maintenant, personne ne sera mieux payée que la reine »
Suzanne Mackie, l’une des productrices de The Crown

Mais ces derniers mois, à la faveur de l’élan historique créé par l’affaire Weinstein, les langues se sont déliées et les oreilles, elles, ont été plus réactives à ce qui passait jusqu’ici pour ordinaire.

Parce qu’elle fonctionne sur une dynamique différente, la télévision semblait avoir, d’assez longue date, une approche souvent plus égalitaire.

Friends pionnière

La série Friends restera, à ce sujet, comme pionnière, car les six acteurs principaux, trois femmes et trois hommes, y ont négocié collectivement leur salaire, une pratique très rare à l’époque, obtenant que chacun gagne la même chose.

L’anecdote de The Crown montre que des inégalités demeurent, derrière le petit écran comme le grand. Car les deux milieux fonctionnent essentiellement sur le principe de l’historique, explique Melissa Silverstein.

«À Hollywood, la valeur d’une personne, c’est ce qu’elle a touché pour son rôle d’avant», dit-elle. Or Claire Foy, si elle avait déjà une longue carrière derrière elle au moment d’accepter The Crown, n’avait pas eu de rôle aussi médiatisé que Matt Smith, personnage principal de la série britannique à succès Doctor Who durant quatre saisons.

«À partir de maintenant, personne ne sera mieux payée que la reine», a affirmé mardi Suzanne Mackie, l’une des productrices de la série.

Une remise à niveau dont ne profitera pas Claire Foy, qui va être remplacée par Olivia Colman, pour jouer une reine Elizabeth plus âgée dans la saison 3.