Éric Salvail a ignoré les journalistes à chacune de ses entrées et sorties de la salle d’audience.

L’enquête préliminaire d’Éric Salvail s’amorce

Éric Salvail s’est présenté au centre judiciaire Gouin, dans le nord de Mont­réal, pour y subir son enquête préliminaire sous trois chefs d’accusation, lundi matin.

Accompagné de son avocat, il s’est dirigé immédiatement vers la salle d’audience sans s’adresser aux journalistes qui cherchaient à l’interroger à son arrivée.

Éric Salvail est accusé d’agression sexuelle, de harcèlement criminel et séquestration à l’endroit de Donald Duguay, aujourd’hui âgé de 46 ans.

Les gestes qu’on lui reproche se seraient produits en 1993.

La Couronne a mis moins d’une heure pour interroger la présumée victime, Me Amélie Rivard procédant au survol des gestes mis en cause dans cette affaire.

Le témoignage de Donald Duguay, ainsi que tout autre élément de preuve susceptible d’être présenté à l’enquête préliminaire, ne peuvent être rapportés en raison d’une ordonnance de non-publication, une procédure habituelle à l’étape de l’enquête préliminaire.

Ce fut ensuite au tour de l’avocat d’Éric Salvail, Me Michel Massicotte, de contre-interroger le témoin, qui a répondu avec assurance à l’interrogatoire.

Éric Salvail, qui a ignoré les journalistes à chacune de ses entrées et sorties de la salle d’audience, écoutait attentivement, prenant des notes à l’occasion.

D’autres témoins ont été assignés à comparaître durant la procédure, pour laquelle on a prévu trois jours.