Pierre-Yves Cardinal (qui saute sur la glace) incarne Jean Béliveau, dans la série du même nom, à Historia.

La vie remplie de Jean Béliveau

Les grands hockeyeurs de l'histoire des Glorieux, Maurice Richard et Jean Béliveau en tête, sont des héros populaires qui habitent notre imaginaire collectif. Si on connaît généralement assez bien la vie du premier, on connaît moins bien celle du second, une lacune qu'entend combler Historia en présentant un «drame sportif» en cinq épisodes consacré au gentleman du hockey.
«Ce sont des noms qui résonnent fortement à mes oreilles, ils ont quelque chose de sacré, de plus grand que nature», note Pierre-Yves Cardinal, qui incarne Jean Béliveau, qu'on suivra pendant les vingts années les plus marquantes de sa carrière.
Le joueur de centre s'est taillé une place avec le Canadien après avoir joué pour Les Citadelles puis les As de Québec. «Sa vie m'a beaucoup surpris, parce qu'il avait vraiment une carrière à deux volets. En plus de jouer pour le Canadien, il a eu des postes importants chez Molson, il a été responsable de la distribution, des communications, des relations publiques», indique l'acteur, soulignant aussi que Béliveau était un grand lecteur.
Malgré une brillante carrière où il a gagné dix coupes Stanley, le joueur d'hockey a traversé plusieurs épreuves. «Lorsqu'il était capitaine, il y a eu des années où ça n'allait vraiment pas bien. Il avait beaucoup de pression sur les épaules. Il a aussi eu une grave commotion cérébrale et à l'époque on ne les diagnostiquait pas bien. Il a traîné ça longtemps et a fait une dépression», donne en exemple Pierre-Yves Cardinal, qui s'est fait raconté ces moments difficiles par la veuve du hockeyeur.
Le comédien s'est également entretenu avec Serge Savard et Yvan Cournoyer. «Il m'a un peu désacralisé le personnage en me disant qu'il était capable de brasser les autres joueurs si ça n'allait pas bien sur la glace. Ça m'a donné des permissions», souligne Cardinal.
Le comédien, qui joue au hockey depuis plusieurs années, a travaillé fort pour reproduire le style de Béliveau pour les scènes de glace. «Béliveau était élégant, il fabriquait le jeu et c'était un bon passeur, alors que je suis plus hargneux et je vais dans les coins, explique-t-il. Donc j'ai travaillé avec Alexandre Dandenault, qui forme des joueurs. On a calqué le plus qu'on pouvait le style de jeu de Béliveau. Espérons qu'avec la magie du cinéma, ce sera convaincant.»
Les scènes de glace ont été tournées à l'auditorium de Verdun, qui peut ressembler à l'ancien Forum, et au Centre Bell, puisque le réalisateur François Gingras s'est amusé à créer des passages du passé à la modernité, même s'il s'agit d'une série d'époque. «Je n'ai jamais vu un plateau où ça travaillait aussi fort. J'avais 140 looks différents!», indique Cardinal.
On verra aussi le comédien dans la série Trop, qui commence bientôt dans l'Extra de Tou.tv. «Je joue un jeune réalisateur qui tombera amoureux du personnage joué par Virginie Fortin, qui est bipolaire», résume-t-il.
Un webdocumentaire en sept chapitres est disponible sur historiatv.com depuis le 1er mars. Le mercredi 15 mars à 22 h, Historia (débrouillée tout le mois de mars) diffusera un documentaire d'une heure, narré par Gilbert Sicotte, parcourant la vie de Jean Béliveau à travers le témoignage de proches et d'anciens coéquipiers. La série sera diffusée à la même case horaire dès la semaine suivante.