C'est le Comité des citoyens du Vieux-Québec qui a eu l'idée d'inviter Dany Turcotte et sa bande pour produire un épisode de La petite séduction dans ce qu'ils croient être un «village au coeur d'une grande ville». Toutes les conditions n'auront pas été réunies puisque le projet n'a pas été retenu.

La petite séduction n'ira pas dans le Vieux-Québec

Malgré l'enthousiasme de Radio-Canada pour la candidature du Vieux-Québec comme hôte d'un épisode de La petite séduction, les projecteurs de la société d'État ne se braqueront pas sur l'arrondissement historique cette année.
C'est le Comité des citoyens du Vieux-Québec (CCVQ) qui a eu l'idée d'inviter Dany Turcotte et sa bande produire un épisode de La petite séduction dans ce qu'ils croient être un «village au coeur d'une grande ville». L'organisation citoyenne espérait obtenir les 50 000 $ alloués par la Table de concertation du Vieux-Québec pour un ou plusieurs projets visant à faire rayonner l'arrondissement classé patrimoine mondial de l'UNESCO en 1985. 
Mise sur pied en 2012 et composée d'élus, de citoyens et de gens d'affaires du Vieux-Québec, la Table de concertation a déposé en mai son plan d'action ciblant 13 objectifs pour attirer 500 nouveaux résidents à l'intérieur des vieux murs d'ici cinq ans. C'est dans ce cadre qu'elle a lancé l'appel de proposition qu'espérait remporter le CCVQ avec La petite séduction.
Son président, Jean Rousseau, avait entrepris des démarches cet automne auprès de la compagnie Attractions images, qui produit l'émission. Dans une missive, la chef recherchiste écrit qu'après avoir consulté Radio-Canada, son équipe et elle sont «très intéressés» à réaliser un épisode dans le Vieux-Québec et propose même la date du 23 août 2017 pour sa diffusion, soit la dernière de la saison, qui est toujours l'occasion d'organiser une grande fête. 
Puisqu'une place spéciale sera accordée à Montréal pour son 375e anniversaire au cours de la saison 2017, Attraction images ajoute que la proposition de M. Rousseau viendra en quelque sorte «faire contrepoids à cette idée» et «est accueillie chez nous avec beaucoup d'enthousiasme». La recherchiste rappelle finalement la politique de la production, selon laquelle il faut l'accord du conseil municipal, l'engagement des partenaires et la participation citoyenne. 
Refus
Toutes les conditions n'auront pas été réunies puisque M. Rousseau a obtenu fin décembre une lettre signifiant que son projet n'avait pas été retenu. Mardi, c'est Le Soleil qui lui a appris que les gagnants, passés sous le radar, avaient été choisis il y a déjà deux mois. S'il se dit content pour les deux lauréats, il déplore la façon «cavalière» dont il croit avoir été traité. Le président du CCVQ aurait aimé par exemple que le jury - composé de trois représentants de la Table de concertation du Vieux-Québec, d'un représentant du Secrétariat à la Capitale-Nationale et d'un représentant de la Ville de Québec - lui fournisse davantage de raisons motivant le refus. «On ose espérer que la décision n'a pas été basée sur une mesquinerie politique», fait valoir Jean Rousseau. «Je crois que ça aurait été extrêmement rassembleur et que notre projet aurait eu un grand impact», se désole-t-il.
Des cartes postales et une résidence de création
Les deux projets qui ont été retenus par le comité de sélection sont le projet Cartes postales du Vieux-Québec, présenté par la Maison de la littérature, et le projet Les Veillées, proposé par la compagnie Code Universel. Le premier est une campagne de communication où les résidents seront invités, pendant six semaines, à écrire sur des cartes postales spécialement conçues pour l'occasion les raisons pour lesquelles ils habitent et aiment le quartier. Le tout culminera vers une grande fête des voisins. Tandis que le projet Les Veillées consiste en une résidence de création de deux semaines dans le Vieux-Québec, aboutissant à trois représentations d'un même film-spectacle. «Les deux projets rejoignent plusieurs objectifs de la Table, soit de développer une place plus grande pour la culture et la création et de promouvoir le Vieux-Québec comme milieu de vie de qualité», peut-on lire dans le sommaire décisionnel de la Ville voté le 21 décembre.