La liste: nos 5 vilains préférés du petit écran

1. Lyne dans Les invincibles.  «Devenir un adulte? Pourquoi pas!» lance de «convaincante» manière la Lyne-la-pas-fine des Invincibles dans une hilarante vidéo de style corporatif exposant un plan d’action pour dompter une fois pour toutes son immature de chum. Une mission qu’elle a poursuivie pendant toute la série. Oui, elle était contrôlante. Et cassante et castrante. Mais le personnage interprété avec brio par Catherine Trudeau aura au final réussi à nous tirer quelques larmes.  Geneviève Bouchard

2. Jackie dans L’or du tempsLes États-Unis avaient leur bitch en Alexis dans Dynastie, le Québec pouvait bien avoir la sienne. Donnez-lui un prénom à l’anglaise, Jackie, attribuez le rôle à Christine Lamer, l’interprète de Marisol, l’antithèse de la méchante, et le tour est joué. Sautant dans la vague des soaps américains, où luxe et opulence côtoient complots et rivalités, l’auteur Réal Giguère a créé L’or du temps en 1985, avec beaucoup de succès. Durant huit ans, Jackie Lévy en fit baver à tout le monde, s’alliant à l’autre salaud de l’émission, Richard Pincourt (Luis de Cespedes). Il fallait bien qu’elle paye, trouvant la mort tragiquement, tuée par une de ses «victimes».  Richard Therrien

3. Jean-Luc de Vries dans RupturesVoilà un vilain au goût du jour: le personnage de Jean-Luc de Vries, joué par Normand D’Amour, dans Ruptures. Dans la foulée du mouvement #moiaussi, on croyait que ce vieux macho cochon aux mains baladeuses, caché sous des dehors d’avocat puissant et sans reproche, en avait pris pour son rhume avec un procès pour agression. Mais le maudit verrat glisse de nouveau entre les doigts du système et est prêt à tout pour se venger de Claude Boily (Isabel Richer)... Ça va mal finir!  Isabelle Houde

4. Negan dans The Walking Dead. Même s’il est débarqué dans The Walking Dead en massacrant deux des personnages principaux  — à grands coups d’un bâton de baseball enrubanné de fil barbelé et affectueusement surnommé «Lucille» —, difficile de ne pas aimer le Negan campé par Jeffrey Dean Morgan. Aussi narcissique et violent soit-il, il a du style, du charisme et de l’humour (ce qu’on ne peut pas dire de la plupart des survivants dans cette apocalypse de zombies). Et contrairement à M. de Vries, le «maudit verrat» cité plus haut, il est fermement opposé aux agressions sexuelles…  Geneviève Bouchard

5. Séraphin Poudrier dans Les belles histoires des pays d’en haut. Il était si avare, si insensible, si égoïste, qu’une légende raconte que le public prenait en pitié son épouse, Donalda (Andrée Champagne), en lui expédiant des denrées à Radio-Canada. Le «sans-cœur» champion toutes catégories, Séraphin Poudrier, demeure paradoxalement le personnage le plus célèbre de nos téléromans, emprunté au roman de Claude-Henri Grignon, repris dans un radioroman, au cinéma, puis récemment dans une nouvelle adaptation télévisuelle par Vincent Leclerc. Bien qu’il eut une vingtaine de rôles par la suite, Jean-Pierre Masson traîna comme un boulet le rôle du sinistre maire et agent des terres de Sainte-Adèle.  Richard Therrien