Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Cette coproduction avec la France est une honte à la mémoire de notre grand Félix, sur la photo : Claude Fournier (réalisateur), avec Daniel Lavoie (Félix Leclerc) et Frédérick De Grandpré (Mauffette)
Cette coproduction avec la France est une honte à la mémoire de notre grand Félix, sur la photo : Claude Fournier (réalisateur), avec Daniel Lavoie (Félix Leclerc) et Frédérick De Grandpré (Mauffette)

La liste: cinq flops de l'histoire de la télé québécoise

Richard Therrien
Richard Therrien
Le Soleil
Article réservé aux abonnés

1. Les Gingras-Gonzalez (2000) de Stéphane Laporte

Chaque soir, un téléroman est interrompu par un bulletin spécial de CNM, le Canal des nouvelles modifiées. Voilà le concept de cette série humoristique de TQS qui n’a jamais levé. Après cinq semaines, Paul Houde abandonne le navire qui coule au terme d’une trop longue saison.

2. V.I.P. (2004) de Louis Morissette 

La plus courte émission de l’histoire s’intitule V.I.P. : après une seule émission à Radio-Canada, conspuée par la critique, Louis Morissette a mis fin à cette parodie de magazine artistique, craignant la fin de sa propre carrière.

3. Félix Leclerc (2005), de Claude Fournier et François Migeat

Cette coproduction avec la France, où la perruque de Daniel Lavoie a volé la vedette, est une honte à la mémoire de notre grand Félix. «Une horreur; de la poésie de 4e année», disent ses enfants Nathalie et Francis Leclerc en entrevue au Soleil.

4. Fred et cie (1994) de Guy Bonnier et Denis Sabouret

Pour succéder à L’enfer c’est nous autres, on nous impose cette bande de marionnettes affreuses, à la barre d’un faux magazine culturel. La critique est sans pitié : imbuvable, moron, minable. En renfort, on rappelle Gregory Charles pour une saison estivale de Que le meilleur gagne.

5. René Lévesque (1994) de Roger Cardinal

Rendre hommage à ce grand personnage qui nous a rendus «fiers d’être Québécois» n’était pas chose facile. Le résultat est d’autant plus navrant, malgré le talent de Denis Bouchard.