Chez les dames, Magalie Lépine-Blondeau a remporté la statuette pour le rôle d’Évelyne dans «Plan B».

Gémeaux: «District 31» rafle le convoité Prix du public

MONTRÉAL - La populaire quotidienne «District 31» s’est démarquée au gala des Gémeaux, dimanche soir, raflant le convoité Prix du public. La série produite par Fabienne Larouche avait été inscrite au tableau d’honneur à un total de douze reprises.

C’est toutefois «Unité 9» qui a été sacrée meilleure série dramatique annuelle par l’Académie canadienne du cinéma et de la télévision, alors que les attachantes détenues de la prison de Lietteville sont revenues à l’écran pour une septième et dernière saison, mardi.

Dans la catégorie des meilleures interprétations pour ces séries qui s’étirent sur toute l’année télévisuelle, Vincent-Guillaume Otis («District 31») et Céline Bonnier («L’heure bleue») sont sortis vainqueurs.

Fabien Cloutier, pour sa part couronné meilleur acteur dans une série dramatique grâce à «Faits divers», est monté sur la scène du Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts, à Montréal, pour lancer un appel à l’ouverture.

Il a félicité ses fils de ne pas avoir «cédé à cette peur de l’autre que certains politiciens veulent ériger comme une nouvelle norme».

«On est le 16 septembre, il fait 30 degrés, il faudrait peut-être parler plus de ça que du nombre d’immigrants qu’un peuple comme le nôtre peut recevoir», a-t-il renchéri en salle de presse.

Chez les dames, Magalie Lépine-Blondeau a remporté la statuette pour son rôle d’Évelyne dans «Plan B».

«C’est vraiment galvanisant d’être reconnue par ses pairs», a lancé d’une voix tremblante celle qui était également en lice pour son rôle de la lieutenante-détective Nadine dans «District 31».

Du côté des séries comiques, «Lâcher prise» a triomphé pour une deuxième année, tout comme son actrice principale, Sophie Cadieux, qui incarne une mère divorcée et professionnelle accomplie dont la vie bascule.

Chez les hommes, Antoine Bertrand a été récompensé pour son rôle dans «Boomerang», une série créée par Catherine-Anne Toupin, son amoureuse dans la vie comme à la télévision.

Il lui a dédié cet honneur, de même qu’à son père.

«Ce trophée, c’est pour mon père qui continue d’avancer même si la vie des fois s’affaire à vouloir tout nous enlever», a-t-il déclaré, dans un discours tout en rimes.

François Morency s’est mérité un trophée pour l’animation du dernier Gala les Oliviers, où il avait dû gérer la controverse entourant l’ex-patron du Groupe Juste pour rire, Gilbert Rozon. Il a d’ailleurs compati avec Jean-Philippe Wauthier, qui se voyait confronter à une tâche similaire à la barre du gala des Gémeaux dimanche soir. L’humoriste d’expérience l’a félicité d’avoir rapidement «cassé la glace».

Jean-Philippe Wauthier assurait l’animation de la soirée pour la première fois en l’absence d’Éric Salvail, qui est disparu du paysage médiatique à la suite d’allégations d’inconduites sexuelles peu après la dernière cérémonie.

Tel que promis, l’abcès a été crevé dès le numéro d’ouverture, alors que Simon-Olivier Fecteau et lui ont passé en entrevue un dénommé «Fred Éric Salvail» - qui a dû passer une année éprouvante, n’ont-ils pas manqué de relever.

Bon nombre de prix Gémeaux avaient déjà été remis à l’occasion de deux cérémonies précédentes.

«L’Avant-première», animée par Anaïs Favron dimanche après-midi, a notamment sacré «Like-moi!» meilleure série humoristique et «Génial!», meilleur jeu.

À la Soirée des artisans et du documentaire, jeudi dernier, le «Bye Bye 2017» a retenu l’attention en récoltant cinq statuettes. La revue humoristique de fin d’année s’est distinguée en matière de décors, de son, de costumes, de maquillages et de direction photographique ou d’éclairage.

La série documentaire «De Garde 24/7», une incursion à l’hôpital Maisonneuve-Rosemont, est également sortie du lot avec trois prix Gémeaux pour son scénario, son montage et sa direction photographique.

Radio-Canada a aussi été récompensée pour l’animation et la captation des Jeux olympiques de Pyeongchang.