Les propos de Don Cherry, qui coanimait avec Ron MacLean le segment «Coach’s Corner», ont généré une indignation généralisée dans le monde du hockey.

Don Cherry congédié par Sportsnet [VIDÉO]

TORONTO - Impertinent, cinglant, fermeté des opinions; le vétéran commentateur sportif Don Cherry n’a jamais eu peur de mettre le feu aux poudres pendant le segment «Coach’s Corner» sur les ondes de «Hockey Night in Canada».

Sa plus récente sortie lui a coûté son emploi.

Dans une déclaration de deux paragraphes lundi après-midi, le réseau Sportsnet a confirmé qu’il coupait les ponts avec Cherry.

«Les sports rassemblent les gens - ils nous unissent plutôt que de nous diviser. À la suite de discussions additionnelles avec Don Cherry après l’émission de samedi soir, il a été décidé que le temps est venu pour lui de quitter son poste immédiatement, a déclaré le président de Sportsnet, Bart Yabsley. Pendant l’émission, il a émis des commentaires qui sèment la division et qui ne correspondent pas aux valeurs qui nous représentent ou à ce que nous croyons.

«Don est synonyme de hockey et a joué un rôle intégral dans la croissance du sport au cours des 40 dernières années. Nous aimerions remercier Don pour ses contributions au hockey et à la diffusion de sports au Canada.»

Le départ de Cherry fait suite à un segment qui a généré une indignation généralisée autant de l’intérieur que de l’extérieur du monde du hockey. Dimanche, le réseau s’est excusé pour les propos de Cherry selon lesquels les nouveaux immigrants ne portent pas le coquelicot et, du coup, n’appuient pas les anciens combattants.

Lundi, jour du Souvenir, le réseau a effectué un pas de plus.

Cherry, qui est âgé de 85 ans, avait ciblé les nouveaux immigrants à Toronto et à Mississauga, ville ontarienne où il vit, qui, selon lui, ne rendent pas hommage aux anciens combattants canadiens et aux soldats décédés.

«Vous ... vous aimez notre mode de vie, vous aimez notre lait et notre miel. Vous pourriez, à tout le moins, verser quelques dollars pour un coquelicot ou quelque chose du genre», a déclaré Cherry samedi soir.

«Ces gens ont payé pour le mode de vie que vous appréciez au Canada, ces gens ont payé le prix le plus élevé.»

Pas seulement les immigrants visés

Lundi soir, Don Cherry a téléphoné à La Presse canadienne pour affirmer qu’il avait été congédié et pour lire une déclaration dans laquelle il refuse de s’excuser. Il a insisté pour dire que ses commentaires de samedi dernier ne s’adressaient pas qu’aux nouveaux immigrants, mais à tout le monde.

«Coach’s Corner» et «Hockey Night in Canada» sont diffusés au réseau CBC en vertu d’une entente de sous-licence avec Rogers Media, le propriétaire de Sportsnet, à qui appartiennent les droits de télédiffusion des matches de la LNH au Canada anglais.

Budweiser, commanditaire de «Coach’s Corner», a publié un communiqué condamnant les propos de Cherry après la décision de Sportsnet.

«Les commentaires prononcés samedi à ‘Coach’s Corner’ étaient clairement inappropriés et semaient la division, et ne reflètent aucunement la vision de Budweiser», peut-on lire dans le communiqué de Todd Allen, vice-président marketing des Brasseries Labatt du Canada, dont Budweiser est l’une des marques.

«À titre de commanditaire de l’émission, nous avons immédiatement manifesté nos inquiétudes et nous respectons la décision prise par Sportsnet aujourd’hui.»

Sur son site internet, le Conseil canadien des normes de la radiotélévision (CCNR) dit avoir reçu un grand nombre de plaintes très similaires concernant «Coach’s Corner», au point de dépasser ses capacités de traitement technique.

«Par conséquent, bien que le CCNR traite cette émission dans le cadre de son processus habituel, il ne peut accepter aucune autre plainte», a ajouté l’organisme.

Ron MacLean, l’acolyte de Don Cherry pendant le segment «Coach’s Corner», a présenté des excuses sur Twitter dimanche.

«Don Cherry a exprimé des commentaires blessants, discriminatoires, qui étaient carrément erronés. (...) Je vous dois des excuses, aussi. J’étais assis là, je n’ai pas saisi, je n’ai pas réagi», a déclaré MacLean.

Des appuis

Les critiques à l’endroit de Cherry sont venues rapidement alors que circulaient sur internet des extraits vidéo du segment. Personnage très controversé tout au long de sa longue carrière à la télévision, Cherry a aussi eu droit à des appuis de partisans sur les médias sociaux au cours des deux derniers jours.

Joueur combatif qui a passé sa carrière de hockeyeur dans les ligues mineures, Cherry a été nommé entraîneur-chef par excellence dans la LNH en 1976 avec les Bruins de Boston. Il est passé à la télévision en 1980.

Reconnu pour ses tenues vestimentaires extravagantes et son habitude de lever le pouce en l’air en guise d’approbation, Cherry était susceptible de dire n’importe quoi lors de son populaire segment, présenté entre les première et deuxième périodes des matchs du samedi. Au fil des ans, il lui est arrivé d’émettre des propos sur les joueurs européens, les francophones et sur la politique - entre autres sujets - qui l’ont souvent placé dans l’eau chaude.

Après de nombreuses années sur les ondes de la CBC, «Hockey Night in Canada» s’est retrouvée au réseau Sportsnet lorsque Rogers a obtenu les droits nationaux de diffusion pour une période de 12 ans et pour une somme de 5,2 milliards $, à compter de 2014.

Personne n’était en mesure de dire, lundi, qui allait remplacer Cherry à «Coach’s Corner» ou si ce segment allait continuer dans son format actuel.