Les auditeurs des stations du groupe Cogeco Média n'entendent plus les succès du roi de la pop depuis lundi matin.

Des stations de radio québécoises expulsent Michael Jackson de leurs ondes

Des stations de radio québécoises ont cessé de diffuser les chansons de Michael Jackson, quelques heures après la diffusion d'un documentaire-choc accusant le chanteur d'agressions sexuelles sur des enfants.

Les auditeurs des stations du groupe Cogeco Média, notamment CKOI, Rythme et The Beat, n'entendent plus les succès du roi de la pop depuis lundi matin, a indiqué Christine Dicaire, la directrice marketing et communication chez Cogeco.

«Nous sommes attentifs aux commentaires des auditeurs et le documentaire d'hier soir crée des réactions», a-t-elle expliqué.

L'entreprise est un joueur majeur dans le paysage radiophonique. Elle exploite 23 stations de radio au Québec et en Ontario. Elle se vante de rejoindre cinq millions d'auditeurs chaque semaine.

Mme Dicaire a déclaré que son organisation ne fera pas d'autres commentaires.

Aucun autre radiodiffuseur contacté n'a dit avoir l'intention de retirer les chansons de Michael Jackson de ses ondes.

«Nous ne prévoyons pas pour l'instant de cesser la diffusion des chansons, mais nous surveillons la situation de près», a déclaré Chris Sarpong, un porte-parole de Corus, dans un courriel.

La chaîne américaine HBO a diffusé dimanche soir la première de deux parties du documentaire Leaving Neverland du réalisateur Dan Reed.

L'œuvre qui a été d'abord été présentée lors du Festival de Sundance raconte l'histoire de deux hommes qui accusent l'interprète de Thriller de les avoir agressés sexuellement alors qu'ils avaient 7 et 10 ans.

La succession de Michael Jackson a intenté une poursuite de 100 millions $ US contre HBO à la fin février, estimant que le la chaîne câblée viole un contrat de 1992 portant sur la présentation d'un concert en vertu duquel elle avait accepté de ne pas nuire à l'image du chanteur.

La famille de Michael Jackson et sa succession ont dénoncé le documentaire ces dernières semaines.

Leur principale critique est que le film ne présente pas de discussion avec les membres de la famille Jackson et d'autres défenseurs du chanteur qui, insistent-ils, n'a jamais agressé d'enfant.