Jean-François Pronovost a fait beaucoup de théâtre jeunesse avant d’obtenir le rôle quasi mythique de Passe-Montagne.

Dans le veston de Passe-Montagne

Passe-Montagne n’aime pas que les papillons, les souliers neufs et les beaux vestons. Il aime aussi sincèrement les enfants. Comme son nouvel interprète, Jean-François Pronovost, qui a fait beaucoup de théâtre jeunesse avant d’obtenir ce rôle quasi mythique.

Le comédien l’avoue sans gêne : au début, il doutait de la pertinence du retour de Passe-Partout à la télé. Alors, quand son agente lui a appris qu’elle l’avait proposé pour une audition, il a éclaté de rire. Pourtant, il a vite réalisé que le rôle de Passe-Montagne était parfaitement dans ses cordes.

« J’ai été professeur de théâtre, metteur en scène, animateur, moniteur de camps de jour et comédien auprès du public jeunesse. J’ai entre autres tourné Ma mère est un poisson rouge durant six ans au Québec », énumère-t-il.

Et puis, force est d’admettre que le rôle de Passe-Montagne lui plaisait beaucoup. « C’est une espèce de clown qui est dans l’autodérision, dans la maladresse et le langage. Mais surtout, quel plaisir c’est de faire rire les enfants. »

Non, le nouveau trentenaire n’était pas de la première génération Passe-Partout. Les souvenirs qu’il en a sont « lointains et enfouis ». « Mais dans ma chambre, j’avais une affiche signée par l’équipe et j’avais visité le plateau une fois », raconte-t-il.

Tout un rôle

On a un peu vu Jean-François Pronovost au cinéma ; le théâtre l’a beaucoup occupé ; il a aussi joué dans O’ et dans Taktik à la télévision. « Mais un rôle de cette envergure, c’est la première fois. Et c’est vraiment de très grosse envergure ! » concède le jeune homme en riant.

Comme un rêve d’enfance qui se réalise ? « Je n’ai jamais rêvé de devenir connu. Je ne voulais pas devenir une vedette, mais je rêvais d’avoir de grands rôles marquants. C’était important que les gens me reconnaissent pour mon talent artistique. Mais si le fait d’être connu me permet de jouer des rôles plus intéressants et d’avoir un meilleur rayonnement, tant mieux. »

En matière de rayonnement, monsieur sera servi. Le tapage médiatique a été énorme avant la diffusion de la nouvelle mouture de Passe-Partout et les cotes d’écoute ont suivi la tendance ; lundi, pas moins de 707 000 téléspectateurs ont redécouvert Passe-Partout, Passe-Carreau, Passe-Montagne, Cannelle, Pruneau et compagnie.

« Honnêtement, je ne m’attendais à rien de spécial. Je préférais me concentrer sur mon travail de comédien. Mais je sais qu’à Télé-Québec, ils sont excessivement contents. C’est au-delà de leurs attentes. »

Lundi soir, le comédien a vécu le grand lancement de Passe-Partout dans les locaux de Télé-Québec, avec toute l’équipe de production lors d’une projection privée. Un grand moment, selon lui.

« C’était magique de regarder l’émission en même temps que tout le Québec. Élodie Grenier (Passe-Partout), Gabrielle Fontaine (Passe-Carreau) et moi, on avait les yeux pleins d’eau. On était vraiment fiers du résultat. »

Cette fierté, il la ressent aussi chaque fois qu’il endosse le fameux costume rayé. « C’est une œuvre d’art en soi... Quand je le porte, je me sens comme un superhéros ! »

Quand on lui demande s’il ne va pas se lasser de sourire ainsi à pleines dents — les tout-petits comptent sur sa bonne humeur perpétuelle ! —, Jean-François a la réponse bien tournée. « Bien sûr que ce sera un défi lors des journées plus difficiles... On n’est pas tout le temps de bonne humeur ! Mais parmi tous les trucs pour enfants que j’ai faits, j’ai travaillé à La Ronde deux étés, alors j’ai déjà connu le feeling d’être une ‘‘rock-star’’ pour enfants, avec les photos et tout. C’est là que j’ai développé les muscles de mes joues ! »

Nombreuses réactions

Depuis la diffusion du premier épisode, lundi, Jean-François et ses acolytes reçoivent quantité de messages de parents de jeunes enfants. Des vidéos aussi, montrant leurs petits subjugués par l’émission ou même en pleurs devant le générique final !

Immanquablement, l’anonymat ne sera plus possible pour le nouveau Passe-Montagne. Il n’avait toujours pas vécu, cependant, le ressac en personne, étant présentement en répétition à Val-Morin pour la pièce de théâtre Amsterdam.

« Mais je sais bien que ça va arriver. En acceptant l’audition, je savais que ça venait avec cette condition. »

D’instinct

Parlons-en de cette audition, lors de laquelle il a chanté Bedon Bedondaine. Pour se préparer, le comédien dit s’être fié à son « back-ground » et beaucoup à son instinct. C’est en visionnant quelques épisodes originaux de Passe-Partout qu’il a eu le déclic.

« J’ai été ému de voir à quel point les comédiens de l’époque jouaient avec cœur. C’était tellement beau que j’ai décidé de le faire avec autant de cœur. Sinon, ça ne valait pas la peine. C’est à ce moment que j’ai trouvé l’essence de mon Passe-Montagne. »

Et comme la cerise sur un sundae, une belle chimie est née spontanément entre les comédiens principaux, qui ont bouclé toute la première saison au cours des derniers mois.

Il se croise maintenant les doigts pour que l’émission, et son personnage, s’installent dans le paysage télévisuel québécois pour un bon moment... comme dans le bon vieux temps !

UN POUSSINOT DE GRANBY FOU DE THÉÂTRE

Jean-François Pronovost a passé toute sa petite enfance rue Allen à Granby. Arrivé à un an et demi, il a quitté la ville à dix ans, après avoir fréquenté la maternelle de l’école Parkview, fait une partie de son primaire à l’école Saint-Jean, « glissé sur la butte du parc Daniel-Johnson et joué au hockey sur le lac Boivin ». C’est après son déménagement à Boucherville, toutefois, qu’il a découvert sa fibre artistique et son amour du théâtre. « À dix ans, ma mère m’a suggéré de faire du théâtre et je me suis dit ‘Wow ! on peut faire ça ? ! ’ Et je n’ai jamais arrêté. » Il a enseigné le théâtre dès l’adolescence, a étudié en cinéma, avant de joindre l’École nationale de théâtre du Canada, dont il est sorti en 2012. 

AMSTERDAM À ROUGEMONT

La pièce musicale Amsterdam, dans laquelle il tient le rôle principal de Jacques Brel, est présentement en tournée au Québec et s’arrêtera au Palace de Granby le 23 mai prochain. L’équipe s’installera également au Théâtre de Rougemont durant l’été.