Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Régis Labeaume lors d'une précédent passage à <em>Tout le monde en parle</em>
Régis Labeaume lors d'une précédent passage à <em>Tout le monde en parle</em>

COVID-19, tramway et écran gelé pour Labeaume à TLMEP

Judith Desmeules
Judith Desmeules
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Régis Labeaume était virtuellement de passage à Tout le monde en parle, dimanche. La connexion a d’ailleurs échoué juste avant la question sur ses intentions concernant un autre mandat…

Après un léger pépin technique, le maire de Québec a finalement répondu à toutes les questions de Guy A. Lepage. Il a laissé planer le suspense une fois de plus concernant sa candidature pour la mairie en novembre prochain.

«J’aime ça voir mes adversaires se poser la question, c’est une période agréable pour moi», a-t-il dit en rigolant.

M. Labeaume était surtout de passage à l’émission pour discuter de la «zone rouge presque noire» dans laquelle se trouve Québec.

«C’est catastrophique. On va quand même souhaiter un prompt rétablissement à Dan Marino, responsable de la moitié des cas», a soulevé le maire.

Dan Marino est le propriétaire du Mega Fitness Gym, où l’on associe plus de 170 infections de COVID-19 et une vingtaine d’éclosions dans les milieux de travail. Le maire n’a pas utilisé de mots tendres pour cette situation, rappelant «l’irresponsabilité» de la situation.

«C’est une totale irresponsabilité, envers ses employés et ses clients. C’est l’homme le plus populaire en ville pour les mauvaises raisons. Les commerçants lui en veulent.»

Le maire ne croit pas Dan Marino, qui a contracté lui-même la COVID, qui prétend avoir respecté les mesures sanitaires. «Pendant qu’il devait être fermé, il avait des clients le soir avec la lumière tamisée.»

Le maire a aussi affirmé que la tribune laissée aux «complotistes» comme Dan Marino sur la station CHOI Radio X devient «dangereuse» pour la santé publique de Québec.

La station a d’ailleurs retiré ses anciennes entrevues avec le propriétaire de gym sur sa plateforme Web.

Concernant le tramway, tout serait réglé selon le maire. «On va toucher du bois. Méchante saga, mais c’est le résultat qui compte.»

Le maire a aussi pu saluer «la grosse solidarité» envers les restaurateurs depuis la fermeture de leur salle. Certains ont manqué de stock devant les nombreuses commandes pour apporter.

«C’est le fun de voir ça, dans une communauté quand ça se passe, ça fait plaisir.»

Concernant le retour dans la course à la mairie de Denis Coderre, Régis Labeaume n’avait que de bons mots pour ses «deux amis».

«J’ai fait de bonnes affaires avec Denis. Je suis très redevable à Valérie Plante. Si on a un tramway, c’est parce qu’elle s’est élevée pour que des sommes viennent à Québec. Je n’oublierai jamais ce qu’elle a fait.»

«Ce sera une belle bataille, je ne m’en mêlerai pas», a ajouté le maire.

Kathy Wong, responsable de la diversité et de la lutte contre le racisme à la Ville de Montréal.

Sport, racisme, relations toxiques et COVID-19

Guy A. Lepage n’était pas seul sur le plateau en ce dimanche pascal. Anaïs Favron était de retour à son poste dimanche, en tant que folle du roi. «À la demande générale», a-t-elle dit.

Le skieur de bosses Mikaël Kingsbury, qui rapporte à la maison deux médailles d’or aux Championnats du monde de ski acrobatique, ainsi que le patineur courte piste Charles Hamelin, champion du 1500 m aux Championnats du monde de patinage de vitesse, ont ouvert le bal.

Leurs récents exploits ainsi que l’entièreté de leur parcours ont été salués. Mikaël Kingsbury s’est illustré sur la scène internationale quelques mois à peine après une importante blessure, des vertèbres cassées. «C’était ma motivation retourner sur mes skis.»

Le «vieux» Charles Hamelin est un vétéran dans son sport. À 36 ans, il est parmi les plus vieux patineurs sur la scène internationale. «Je ne vois pas mon âge comme une barrière. Je suis encore capable de le faire aussi bien que quand j’étais jeune.»

Kingsbury a appuyé l’initiative du jeune Isaac Pépin concernant l’arrêt du sport au Québec en raison de la pandémie. Le skieur a même écrit une lettre à l’intention du premier ministre, toujours sans réponse à ce jour. «Je ne fais pas souvent ça […] Je voulais utiliser ma tribune pour faire passer le message.»

Rebbeca Ng a subi une agression raciste dans le métro. Elle a filmé la scène et Guy A. Lepage a diffusé la percutante vidéo en ondes.

Pour parler du racisme envers les personnes asiatiques, le studio de Radio-Canada accueillait Kathy Wong, responsable de la diversité et de la lutte contre le racisme à la Ville de Montréal.

«On salue le courage de dénoncer. On a été encouragé à garder le silence, à ne pas faire de vague. Aujourd’hui, c’est inacceptable et il faut dénoncer.»

India Desjardins était à son tour invitée sur le plateau pour parler de son essai Mister Big ou la glorification des amours toxiques, écrit sur fond de la série culte Sex and the City. D’ailleurs, India voit un d’elle dans chaque personnage, Carrie, Charlotte, Samantha ou Miranda.

Le Dr Alain Vadeboncoeur, urgentologue

Le Dr Alain Vadeboncoeur a aussi discuté de sa série Doc Vadeboncoeur contre-attaque qui s’intéresse aux menaces mortelles du quotidien comme les électrocutions, les empoisonnements, les surdoses et les noyades.

Depuis le début de la pandémie, l’urgentologue s’attaque aux trolls sur les réseaux sociaux, en bataille contre la désinformation. Anaïs Favron, et même tous les autres invités sur le plateau, a salué le courage du docteur, répondre à tous les trolls peut devenir très lourd sur le moral. Les échanges viennent avec une poignée d’insultes chaque fois.

«Il ne me dirait pas ça s’il était en face de moi, ou s’il était sur une civière à l’hôpital.»

Finalement, le dernier invité de Guy A. Lepage était l'artiste Vincent Vallières, qui lance son huitième Toute beauté n’est pas perdue, qui contient 11 nouvelles chansons écrites avant et pendant le confinement.

Il a d'ailleurs interprété l'une de ses chansons. «On a un spectacle, on a un spectacle!» s'est exprimé Anaïs Favron. 

«On a un show, profitez-en», a terminé l'animateur.