Charles Lafortune anime La Voix junior, diffusée les dimanches et lundis à 19h à TVA.

Charles Lafortune: vibrer à l’unisson

Lorsque Charles Lafortune est passé de l’animation de La Voix (tout court) à l’animation de La Voix junior, beaucoup lui ont demandé ce qu’il allait changer… «Et je répondais que je ne changerais rien. J’ai vite réalisé que les enfants qui venaient faire La Voix junior venaient en fait faire La Voix. Le «junior» indique seulement l’âge des participants, ce n’est pas une version édulcorée ou gnagna», expose l’animateur.

«C’est tout de même plus facile de gérer La Voix junior que La Voix au niveau discipline», note-t-il en riant. Les enfants sont habitués de se mettre en rang, de fonctionner en groupe, de lever la main… et l’expérience de groupe compte plus pour eux qu’une éventuelle carrière.

Le contenu des émissions diffère aussi un peu. «Parce que le vécu des candidats est différent, indique Charles Lafortune. Généralement, ils n’ont pas vécu de grand drames, même s’il y a des exceptions. Ils viennent rencontrer des amis, ils sont encore à l’école, c’est une expérience de vie.»

Les habitués de l’émission auront aussi relevé que les duels se font à trois, donc que les évincés quittent en duo. «Ça rend l’expérience beaucoup plus positive. Oui, c’est un concours, mais on voulait surtout que ce soit un prétexte pour avoir du fun», note l’animateur. Une fois passé les auditions à l’aveugle, les candidats éliminés ne manquent qu’une émission (sur dix) et tous se retrouveront pour chanter à la grande finale — où les candidats ont généralement tous pris quelques centimètres.

Constater que des talents musicaux émergent dans tous les milieux et que même très jeune un chanteur peut livrer une interprétation hors du commun impressionne beaucoup l’animateur, qui carbure aux histoires. «Ils sont vraiment tombés là-dedans, comme Obélix dans la potion magique. Ils changent d’accord et de tonalité, ils savent ça d’instinct, à l’oreille», remarque l’animateur. «L’autre chose qui me touche beaucoup, c’est l’esprit de famille élargie, voir leur entourage au grand complet être en train de vibrer à l’unisson», souligne-t-il.

Quant à savoir si l’expérience lui donne envie de chanter, Charles Lafortune répond qu’il chante juste (que sa blonde dirait qu’il fait «juste» chanter) et qu’il regrette surtout de ne pas avoir appris à jouer d’un autre instrument de musique que la flûte à bec lorsqu’il était petit. «Si je prenais le temps d’apprendre la guitare, je pourrais accompagner un Alex Nevsky ou une Marie Mai pour une toune dans les loges après l’émission, en buvant une bière… d’épinette», glisse-t-il.

Il a toutefois un horaire déjà bien rempli avec son travail de producteur chez Pixcom. La boîte signe entre autres Huissiers sur V, L’indice McSween et Électrons libres à Télé-Québec, Histoires en cour à TVA et plusieurs émissions en anglais pour les réseaux canadiens et américains. «Mon travail d’animateur, c’est mon sideline maintenant», constate-t-il.

La Voix junior est diffusée les dimanches et lundis à 19h à TVA.