Annie-Soleil Proteau, ici avec Marie-Chantale Toupin, navigue entre les plaisirs simples et les grandes émotions avec ses invités du milieu artistique dans le cadre de l'émission Sucré Salé.

Annie-Soleil Proteau: plaisirs et confidences

Parmi la horde de chroniqueurs réguliers de Patrice Bélanger à l'émission Sucré salé, on compte la pétillante Annie-Soleil Proteau, qui navigue entre les plaisirs simples et les grandes émotions avec ses invités du milieu artistique.
Celle-ci est une chroniqueuse régulière de la quotidienne estivale depuis neuf ans déjà. «Du vieux stock!» blague la principale intéressée, qui colle tout à fait au style de l'émission. «On est dans la légèreté, dans un contexte éclaté qui permet aussi d'aborder des sujets profonds. Les invités font confiance et ils se livrent beaucoup. On passe du rire à l'émotion en très peu de temps», indique-t-elle.
Les tournages des chroniques se transforment facilement en expédition d'un jour, à la cabane à sucre de Nathalie Simard, par exemple, ou en sortie nautique avec Mario Tessier.
Annie-Soleil Proteau se fait proposer des invités dans un contexte précis. «Je passe à travers le plan, mais je me permets beaucoup de libertés», souligne-t-elle. Elle se souvient notamment d'une entrevue avec l'acteur Tony Conte, dans un parc de la Petite-Italie, alors qu'il venait de sortir de prison. «Je lui avais parlé de sa mère, décédée pendant qu'il était en-dedans, il s'était mis à pleurer. Après coup, il m'a dit qu'il me voyait à Deux filles le matin et qu'il s'était dit que j'étais vraiment la personne avec qui il avait voulu faire cette entrevue-là», raconte-t-elle.
Pour se permettre d'improviser, Annie-Soleil Proteau mise sur une préparation approfondie avant chacune de ses entrevues, à l'image de Christiane Charette, pour qui elle a été recherchiste, d'Éric Salvail et de Julie Snyder, qu'elle rêve d'interviewer - et dont elle a attrapé le bouquet de mariée.
«Je l'ai fait sécher et il est dans un vase à côté de moi. Je me demande vraiment quelle signification a ce bouquet présentement [avec la séparation de Julie Snyder et Pierre Karl Péladeau], mais je le garde!» indique la jeune femme, qui n'a pas de projet de mariage pour l'instant.
Annie-Soleil Proteau ne dirait jamais non à une entrevue, surtout si l'invité est réputé pour être difficile. «Des invités controversés, qui peuvent déraper et qui ont tout en main pour te planter si ça ne leur tente pas de répondre à ta question, j'adore ça, ce sont mes préférés», indique celle qui se rappelle avoir grimpé sur une chaise dans une rencontre de production pour qu'on invite André Arthur chez Christiane Charette.
En plus de préparer un ou deux reportages par semaine à Sucré Salé, elle anime l'émission du matin à Rythme FM tout l'été et signe une chronique dans le Journal de Québec et le Journal de Montréal. Elle a aussi plusieurs projets d'émission dans ses cartons. «Le gros concerne le culturel. Je n'ai jamais vu ça à la télé, ni ici ni ailleurs. Il y aurait des entrevues, mais dans un contexte qui laisse place à la spontanéité et à l'irrévérence.»
Sucré salé est diffusé du lundi au vendredi à 18h30 à TVA.