Vincent-Guillaume Otis (ici avec Magalie Lépine-Blondeau) incarne l'enquêteur Patrick Bissonnette dans District 31.

120 jours au District 31

«On a tous un intérêt pour les métiers génériques, les policiers, les pompiers, etc. Jouer un enquêteur, ça tient un peu du fantasme de gamin. C'est le mélange parfait de force et d'intelligence», expose Vincent-Guillaume Otis, qui incarne depuis huit mois l'enquêteur Patrick Bissonnette de District 31.
«Une série policière, ça donne un peu l'occasion de se créer des super pouvoirs. Dès le départ, je me suis dit qu'il n'aurait pas de carnet, parce qu'il comprend tout et qu'il a une mémoire photographique incroyable», indique le comédien. Le jeu reste toutefois très réaliste, tellement qu'on se demande ce qu'Otis a ajouté à son personnage pour le distinguer de lui-même.
«Quand j'aborde un personnage, j'essaie toujours de lui donner quelque chose que je n'ai pas. Moi, j'ai trois enfants, une blonde, ma cellule familiale est ma priorité, alors que Patrick est toujours dans le travail. Chaque fois qu'il est question d'enfants dans la série, j'essaie que ça paraisse que lui, ça ne l'intéresse pas.»
Il parle avec un plaisir évident de ce personnage qu'il a pu faire évoluer pendant 120 jours de tournage. Un exercice intensif qui prendra fin le 10 mars, puisque les têtes d'affiche de District 31 - Magalie Lépine-Blondeau et Otis - changeront la saison prochaine.
«C'est sûr qu'il y a un deuil à faire, mais j'ai l'impression d'avoir pleinement profité de l'exercice, d'avoir vu énormément de choses à travers le personnage. Et comme l'auteur Luc Dionne savait dès le départ qu'ils seraient là un an seulement, il les a amenés d'un point A à un point B.»
On suppose que l'idylle entre les deux héros trouvera une conclusion? «Je ne peux pas en parler, commence Otis. Mais Patrick est un homme têtu. Il n'abandonnera pas. Il se passe quelque chose de très fort entre eux et ils vont aller au bout de tout ça.»
Les téléspectateurs d'ICI Radio-Canada télé voient le comédien en double le lundi soir, puisqu'il incarne également Étienne Dalphond, le séduisant avocat en droit des affaires de Ruptures. Autre métier iconique? «C'est plutôt l'idée du carriériste qui m'intéressait chez lui. C'est un personnage très ambitieux, prêt à tout pour arriver à ses fins. Au début, il veut avoir une famille, des enfants, une maison, mais très vite, je me suis dit, et j'en ai parlé avec les auteurs, que ces aspirations-là avaient beaucoup à voir avec le fait que c'est bien vu dans le métier», indique Otis.
Il reprendra les tournages de Ruptures à la mi-juillet et entend d'ici là se consacrer à des projets d'écriture pour le cinéma et la télé. «J'ai aussi le goût de m'aventurer en réalisation et de faire un court-métrage», note-t-il.
District 31 est diffusé du lundi au jeudi à 19h et Ruptures le lundi à 20h sur à ICI Radio-Canada télé.