Télé et radio

Le jeu Fortnite a plagié une danse, accuse un acteur de «The Fresh Prince of Bel-Air»

LOS ANGELES — L'acteur américain Alfonso Ribeiro, qui incarnait Carlton dans la série télévisée «The Fresh Prince of Bel-Air», a porté plainte lundi contre les créateurs du jeu vidéo Fortnite, les accusant d'avoir plagié la célèbre danse qu'il avait inventée pour son personnage en 1991.

Selon le texte de la plainte déposée auprès d'un tribunal fédéral à Los Angeles, la société américaine Epic Games a utilisé «sans autorisation la danse, marque de fabrique de M. Ribeiro, dans son jeu vidéo à succès Fortnite Battle Royale».

Télé et radio

Les Invisibles, c’est jouissif

CHRONIQUE / Si vous trouvez que les artistes s’autocongratulent un peu trop, vous risquez d’adorer «Les Invisibles». La série offre une vision cinglante du milieu artistique et tourne en dérision plusieurs de ses travers. Il n’y a pas d’autre mots : c’est jouissif.

J’attendais avec impatience l’adaptation québécoise de l’excellente comédie française Dix pour cent, diffusée sur ICI ARTV sous le titre d’Appelez mon agent. Pour être honnête, j’ai fini par oublier la série originale en regardant Les Invisibles. L’équipe d’ici a réellement su transposer cette histoire d’agence d’artistes à la réalité québécoise, et ça sent le succès. Diffusée à TVA dès le lundi 7 janvier à 21h, l’œuvre affrontera Les pays d’en haut, d’ICI Radio-Canada Télé.

Télé et radio

«Baby, It’s Cold Outside» non grata à la radio

LOS ANGELES — L’une des chansons classiques de la période des Fêtes aux États-Unis, «Baby, It’s Cold Outside», ne fait plus partie de la programmation de nombreuses stations de radio, jugée trop controversée après l’essor du mouvement #MoiAussi.

Les paroles de ce morceau, interprété en duo par une pléthore d’artistes dont Dean Martin, Dolly Parton, Ray Charles ou encore Lady Gaga depuis 1944, sont considérées par certaines stations comme pouvant relever du harcèlement envers les femmes.

C’est une radio de l’Ohio qui a pris la première la décision de ne plus diffuser ce titre il y a quelques jours après avoir reçu des plaintes d’auditeurs. Plusieurs autres, y compris au Canada, lui ont emboîté le pas.

La controverse ne date pas d’hier mais elle a enflé depuis l’émergence du mouvement #MoiAussi dans le sillage de l’affaire Harvey Weinstein, cet ancien producteur tout-puissant de Hollywood accusé d’agressions sexuelles par près d’une centaine de femmes depuis octobre 2017. D’autres secteurs ont ensuite été touchés.

Dans cette chanson, un homme tente de persuader une femme de passer la nuit avec lui.

Celle-ci lance à un moment: «Qu’y a-t-il dans ce verre?». Or des accusatrices d’hommes à responsabilités affirment que des substances ont été glissées dans leur verre à leur insu pour les rendre plus dociles.

A un autre moment, l’homme l’exhorte à «ne pas résister» dans le vers «Baby, don’t hold out».

Ode aux agressions sexuelles

Des échanges qui, pour certains, pourraient s’apparenter à un contexte de viol et constituer une ode aux agressions sexuelles.

Le parolier de Broadway, Frank Loesser, est l’auteur de ce titre qui a remporté en 1950 l’Oscar de la meilleure chanson originale grâce au film La Fille de Neptune. Elle était interprétée par Esther Williams et Ricardo Montalban.

«Aujourd’hui je réalise que lorsque la chanson a été écrite en 1944, c’était une époque différente. Mais en la lisant maintenant, elle semble très manipulatrice et inacceptable», a indiqué Glenn Anderson, un animateur de la radio WDOK dans l’Ohio qui a banni la chanson, dans un communiqué.

«Le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui est extrêmement sensible et les gens s’offusquent facilement, mais dans un monde où le mouvement #MoiAussi a enfin donné aux femmes la voix qu’elles méritent, la chanson n’a plus sa place», a-t-il poursuivi.

À l’issue d’une consultation de ses auditeurs, la radio a constaté qu’une majorité souhaitait la disparition de ce morceau des ondes.

Mais KOSI, une radio du Colorado ayant supprimé la chanson de sa programmation, a rétropédalé après que 95% des plus de 15 000 auditeurs ayant répondu à un sondage sur internet ont voté pour la conserver.

Télé et radio

La fin pour Info, sexe et mensonges

EXCLUSIF / Info, sexe et mensonges, qui devait reprendre l’antenne au printemps sur ICI Radio-Canada Télé, n’aura finalement pas de suite, a appris Le Soleil. Le diffuseur a informé Marc Labrèche que son émission d’éditorial satirique ne serait pas de retour comme prévu, après seulement deux saisons.

Radio-Canada avait été pris un peu de court au printemps en apprenant que Labrèche avait signé un contrat à Télé-Québec pour la nouvelle émission Cette année-là, étant donné qu’Info, sexe et mensonges, produite chez Fair-Play, devait revenir pour 17 nouvelles émissions dès janvier 2019 sur ICI Radio-Canada Télé. Dans les circonstances, on a alors projeté de ramener ISM pour une saison réduite de 10 semaines, mais au printemps, éventualité qui a été abandonnée.

Télé et radio

Sondages Numeris: Radio-Canada et CHOI grands gagnants à Québec

Radio-Canada sort gagnante des sondages radio Numeris de l’automne avec une première position dans le marché central. Ses animateurs du matin, du midi et du retour s’accaparent tous la pôle position dans ce créneau, une première. Dans le marché régional étendu, c’est toutefois CHOI Radio X qui demeure la station la plus populaire avec près de 249 000 auditeurs.

La nouvelle directrice d’ICI Radio-Canada Québec, Véronique Lessard, était évidemment comblée par les résultats de ses équipes dans un marché très compétitif. «Ce sont des résultats jamais obtenus auparavant. Québec est un marché de radio très fort, avec de gros bonnets.»

L’émission Première heure, animée par Claude Bernatchez, s’impose le matin, dans le marché central, avec une moyenne de 37 300 auditeurs au quart d’heure, devant Bouchard en parle (FM 93) et Dalair le matin (WKND). «Claude est une locomotive très forte. Je crois que le public aime la pluralité des sujets de son émission, le ton et le style de ses entrevues», souligne Véronique Lessard.

ICI Radio-Canada Première est également numéro un le midi (Midi info, avec Michel C. Auger), devant Jeff Fillion (CHOI Radio X) et le nouveau duo du FM 93 formé de Myriam Ségal et de Luc Lavoie (en remplacement d’Éric Duhaime, maintenant dans l’émission du retour). Dans le marché global, Jeff Fillion (CHOI Radio X) dame toutefois le pion à la concurrence, avec une moyenne d’auditeurs au quart d’heure de 42 657 auditeurs (contre 30 150 pour Radio-Canada).

À son premier sondage Numeris, l’animateur Guillaume Dumas s’impose dans le créneau du retour, dans le marché central, face à Denis Gravel (CHOI Radio X). Une performance inattendue que la direction salue avec enthousiasme. «À son premier sondage, Guillaume a fait un bond de plus de six points par rapport à l’automne dernier. Lui-même n’en revenait pas.»

Télévision

Netflix va adapter en séries animées les grands succès de Roald Dahl

NEW YORK — Netflix va produire une adaptation animée des romans les plus célèbres de l’écrivain britannique Roald Dahl, notamment «Charlie et la chocolaterie», «Matilda» ou «Le BGG — Le bon gros géant», selon un communiqué publié mardi.

La plateforme a passé un accord avec les héritiers du géant de la littérature jeunesse décédé en 1990, qui a vendu plus de 200 millions de livres dans le monde.

Télévision

Décès du créateur de Bob l’éponge

LOS ANGELES — Le créateur du dessin animé «Bob l’éponge», Stephen Hillenburg, est mort lundi à 57 ans des suites d’une maladie neurodégénérative, a annoncé mardi la chaîne américaine Nickelodeon, diffuseur de la série d’animation qui a généré des milliards de dollars de revenus.

Lancé en 1999, Bob l’éponge met en scène un personnage à l’optimisme naïf qui vit au fond de l’océan Pacifique, dans la ville de Bikini Bottom.

Télévision

Mort du journaliste Michel Pepin

MONTRÉAL — L’ancien courriériste parlementaire de Radio-Canada, Michel Pepin, est décédé lundi, des suites d’un cancer du pancréas, a annoncé le diffuseur public. Il avait 57 ans.

Selon Radio-Canada, il était entouré de ses proches, dont son fils, l’économiste Simon Tremblay-Pepin. 

M. Pepin luttait contre la maladie depuis longtemps. En mars 2016, il avait annoncé sur les réseaux sociaux que des ennuis de santé «l’empêchaient désormais d’analyser la politique québécoise». Un an plus tard, il avait écrit que son congé se prolongeait, ajoutant qu’il «allait bien». 

Michel Pepin, le fils du syndicaliste Marcel Pepin, couvrait depuis 2010 la politique québécoise à l’Assemblée nationale en tant que journaliste et analyste. Il avait commencé sa carrière dans le Bas-Saint-Laurent à la télévision et la radio locales. Il s’était joint à Radio-Canada en 1988, après avoir brièvement travaillé au bureau de la ministre conservatrice Monique Vézina, à Ottawa. 

Les hommages ont afflué sur les réseaux sociaux, lundi après-midi, pour saluer ce «chic type», un journaliste «intègre et sympathique». Les politiciens de toutes allégeances se sont dits attristés par la nouvelle. Le premier ministre du Québec François Legault a déclaré sur Twitter qu’il gardait de bons souvenirs de «cet homme brillant et affable». La députée péquiste Véronique Hivon a dit qu’elle était «frappée par une grande tristesse» pour ce journaliste qu’elle «estimait et respectait beaucoup». L’ancienne députée libérale Fatima Houda-Pepin a parlé de lui comme l’un des «analystes les plus brillants». «Il faisait dans la nuance et non dans le jugement», a-t-elle écrit sur Twitter.  

Télé et radio

«L'amie prodigieuse», nouveau signe de la recherche d'authenticité dans les séries

NEW YORK - La chaîne câblée américaine HBO diffuse dimanche le premier épisode de la série «L'amie prodigieuse», adaptée de la saga littéraire du même nom, qui joue l'authenticité avec un tournage en italien, une nouvelle tendance favorisée par la mondialisation de l'audience.

C'est peu dire que la version télévisée de ce phénomène d'édition est attendue par les fans de l'auteure italienne Elena Ferrante - un pseudonyme - dont l'univers a séduit plus de 10 millions de lecteurs depuis la sortie du premier tome, en 2011.

RICHARD THERRIEN

«Marina Orsini» et «Entrée principale» ne reviendront pas

BLOGUE / Deux magazines importants de la grille de jour d'ICI Radio-Canada Télé, «Marina Orsini» et «Entrée principale», ne reviendront pas la saison prochaine. Les équipes ont appris la mauvaise nouvelle aujourd'hui même.

Cette décision entraîne l'abolition de 16 postes permanents au secteur Culture, variétés et société. Dans une note interne, la directrice générale, Dominique Chaloult, indique que la décision est «motivée par les orientations stratégiques de Radio-Canada, qui impliquent un redéploiement des ressources lié au virage numérique pour être au diapason de la manière dont le public d’aujourd’hui consomme les contenus audio-visuels.» On dit toutefois avoir l'intention «de conserver une masse critique de capacité de production interne, non seulement en information, en radio et en services numériques, mais aussi en télévision générale où elle sera maintenue en partenariat avec des maisons de production.»

D'année en année, la programmation de jour perd des plumes dans toutes les télés généralistes. Comme émission originale sur ICI Télé, ne restent plus que Ricardo et Le téléjournal midi, les autres cases étant occupées par des rediffusions. L'été dernier, pour la première fois, le diffuseur ne présentait plus de magazine de jour, ayant mis fin à l'éphémère Indice UV. La direction a déjà laissé savoir préférer consacrer ses budgets aux heures de grande écoute.

En ondes depuis l'automne 2015, Marina Orsini avait déjà vu le nombre de ses émissions coupées de moitié cette saison. Les derniers enregistrements auront lieu en décembre. Après six saisons, Entrée principale se poursuivra jusqu'à la mi-avril.

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.