Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La Maison Chevalier accueillera un concert virtuel explorant la frontière entre violoniste et violoneux.
La Maison Chevalier accueillera un concert virtuel explorant la frontière entre violoniste et violoneux.

Six jours pour célébrer la musique et le patrimoine

Geneviève Bouchard
Geneviève Bouchard
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Freiné dans son élan par la pandémie, le Printemps de la musique nous reviendra du 19 au 24 mai dans une formule revue et corrigée : cinq concerts virtuels et autant de parcours piétonniers célébreront la musique classique et le patrimoine du Vieux-Québec, avec une petite virée à Pont-Rouge proposée en clôture du rendez-vous.

L’événement né en 2016 et d’abord présenté dans les bibliothèques de la capitale a pris de l’ampleur au fil du temps, jusqu’à attirer quelque 10 000 mélomanes en 2019, a souligné Marc Gourdeau, président du Conseil de la culture de Québec et de Chaudière-Appalaches, qui chapeaute son organisation.

Après une année de pause imposée par la COVID-19 et dans l’incertitude quant à la possibilité d’offrir une expérience en présentiel, le Printemps de la musique sera cette année virtuel, mais néanmoins bien ancré dans la ville. 

Souhaitant créer un dialogue entre la musique de concert et des lieux patrimoniaux, les organisateurs ont exploré six thématiques bien précises. Celles-ci seront déployées en spectacles, en balado et par des tables rondes.

Les festivités seront lancées sous le signe de la gourmandise, à partir du Cercle de la Garnison, sous les bons soins de l’ensemble Tempêtes et passions, qui mordra dans des tableaux de banquets et des extraits d’opéras chantant les plaisirs de la table. En balado, les marcheurs seront invités à une promenade d’une trentaine de minutes sur la trace du patrimoine gastronomique de la vieille ville.

Le 20 mai, la frontière entre violoniste et violoneux sera explorée aux Voûtes de la Maison Chevalier par La Famille Verret et Artiq Session.

Les Violons du Roy et l’Ensemble J’ay pris amours seront à l’honneur le 21 mai au Monastère des Ursulines dans un concert imaginé autour de cette illustre institution d’enseignement. D’autres écoles du Vieux-Québec seront mises en exergue dans un parcours piétonnier.

«Cabaret déjanté»

Un «cabaret déjanté» aura lieu à la Chapelle du Séminaire le 22 mai, lors duquel E27 musiques nouvelles, le Concours d’orgues de Québec et La Chamaille mêleront leurs univers, avec la collaboration du Théâtre Rude Ingénierie. «C’est une bibitte de soirée, mais une très belle bibitte», a résumé le porte-parole du Printemps de la musique, Nicolas Jobin. Les lieux de culte seront quant à eux au centre du parcours audio.

Le lendemain, ce sera au tour d’Atopos, ensemble à géographie variable et du Chœur les Rhapsodes de se produire à partir du Monastère des Augustines dans une prestation inspirée par le cœur et le souffle. Les marcheurs iront à la découverte du patrimoine hospitalier de la ville.

Pour clore le Printemps de la musique, les organisateurs convient les mélomanes au Moulin Marcoux de Pont-Rouge, où Martin Lizotte et la Ligue d’improvisation musicale de Québec sont attendus. Une balade aux abords de la rivière Jacques-Cartier sera proposée aux promeneurs.

Toutes les activités du Printemps de la musique sont offertes gratuitement ou moyennant une contribution volontaire. Une douzaine d'organismes et près de 75 musiciens locaux prendront part à l’événement. Détails et programmation complète au www.printempsdelamusique.ca