Ed Sheeran était de passage au Centre Vidéotron, mardi.

Sheeran envoûte Québec

CRITIQUE / Vous voulez remplir un aréna à ras bord et y installer l'hystérie collective? Passez un coup de fil à Ed Sheeran. Tout ce qu'il aura de besoin, c'est d'un micro, d'une guitare et de quelques boucles sonores.
Ed Sheeran est un phénomène. Le rouquin n'avait pas encore commencé à chanter au Centre Vidéotron, mardi, que déjà, ses innombrables admiratrices - il y avait aussi quelques admirateurs- étaient debout, prêtes à la fête. Et rares sont celles qui se sont assises durant la soirée, en dépit des nombreuses ballades.
Sheeran n'a quand même pas fait sa première halte en ville armé uniquement de ses instruments. Il avait une imposante structure derrière lui, qui pouvait ressembler à une tour, avec des rebords au sommet. On y reproduisait de façon créative ce qui se passait sur scène, mais elle intégrait également des projections et effets visuels de toute sortes.
Indéniable charisme
À voir le charismatique Britannique aller, on se disait qu'il n'aurait même pas eu besoin d'une production étoffée tellement il avait la foule au creux de sa main. Non, ce n'est pas un guitariste virtuose -il peut s'accrocher ou être imprécis- et les bonzes du rap ne doivent pas se sentir menacés - sur Eraser, son flow était un peu laborieux. Or ses mélodies accrocheuses font mouche à tout coup et il se transforme en homme-orchestre pour bien les rendre. Il pouvait en effet doubler sa guitare de pistes pré-enregistrées, créer des boucles sonores, pour ensuite chanter dans son registre naturel ou pousser sa voix de fausset.
L'artiste de 26 ans a lancé la soirée avec Castle On The Hill et les fans, qui rivalisaient avec lui, à renforts de décibels aigus, se sont faites un honneur de l'accompagner. Peut-être pas autant que sur Dive ou le doublé Feeling Good/I See Fire, où, à l'invitation du chanteur, chacune se faisait entendre.
«C'est de ça dont les rêvent sont faits: jouer dans un lieu rempli avec une foule comme celle-là», a lancé Sheeran.
D'une ballade à l'autre
Il y avait beaucoup des ballades au programme, qui semblaient toutes allumer des lumières dans les yeux des filles. À chaque moment où Sheeran prenait une pause du micro, aussi courte soit-elle, des cris et des applaudissements retentissaient. 
Tout de même, il a abusé de la ballade, le Ed. À mi-parcours, l'une n'attendait pas l'autre, parfois servies avec des excès de guimauve: les projections, sur grand écran devenaient fleur bleue, voire kitsch, avec, par exemple, une pluie de roses rouges ou des plongées dans le cosmos. Néanmoins, la vedette avait beaucoup de poids lourds, comme les incontournables Photograph, Perfect ou Thinking Out Loud, qui ont chacune transformé le Centre Vidéotron en immense chorale et évité qu'il ne sombre dans la torpeur.
En fin de parcours, Sing et, bien sûr, Shape of You ont achevé de combler tout le monde. On avait là un Sheeran dynamique, qui courait d'un bout à l'autre de la scène, s'assurant que personne ne s'ennuie. Il a conclu en force avec You Need Me, I Don't Need You, tirée de son tout premier album, autre chanson rythmée, quoique, visiblement moins connue. 
«On m'avait dit que j'aurais une excellente foule ici ce soir et oui, vous êtes très, très bruyant», a noté la vedette.
Parions que cette visite à Québec n'est pas la dernière.
James Blunt
Sheeran avait recruté nul autre que James Blunt pour chauffer les planches, un jumelage qui allait de soi. Cela dit, ce n'était pas gagné d'avance. L'ancien militaire, lui aussi fort en chansons romantiques, a ouvert en mettant l'accent sur son nouvel album, The Afterlove, avec cinq chansons, coup sur coup - c'était un peu assommant. 
Ceux qui le connaissent le savent: Blunt ne manque pas d'humour et ses interventions, entre chaque titre, ont rendu cette performance, correcte au plan technique, davantage sympathique.  
«Je vous teste à titre d'audience, mieux, je vous juge! Pour les nouvelles chansons, si j'oublie les mots, vous ne pouvez m'aider, alors bonne chance à moi», a-t-il lancé, décrivant son concert comme une expérimentation.
Au moment où l'on se demandait s'il n'était pas en train de perdre son public, il a décoché son méga hit You're Beautiful et les spectatrices ont fait aller leurs cris aigus haut et fort. Toujours aussi efficace, ce vers d'oreille - on vous met au défi de ne pas l'avoir en tête en lisant ces lignes...
Blunt a par la suite a su doser ballades et titres plus rythmés. Il a terminé son tour de piste en rappelant qu'en Amérique du Nord, c'est à Québec que tout a commencé pour lui. De fait, il n'y a pas si longtemps, c'est lui qui remplissait le Colisée, juste à côté... Notre homme a donc dédié sa 1973 aux spectateurs, au fil d'arrivée.