Sharon Jones & The Dap-Kings: brillante sortie

BLOGUE / Au cours des trois dernières décennies, rares sont celles qui ont chanté la soul et le funk comme l’a fait Sharon Jones. Disparue prématurément à 60 ans, des suites d’un cancer du pancréas, l’Américaine a continué de visiter les studios jusqu’à ce qu’elle s’éteigne, profitant des moments où elle avait l’énergie nécessaire pour entonner cette musique qui lui était chère, flanquée de sa formidable équipe des Dap-Kings.

Jamais, dans ce Soul of a Woman, on ne suspecterait que Jones vit ses dernières heures. Elle affiche la fougue qu’on lui connaît autant que la nuance, mettant de l’avant sa voix unique dans cet emballage vintage, typique des années 60, qu’elle a toujours défendu avec ses complices. 

Dans un premier temps, Jones et ses musiciens optent pour du matériel davantage dynamique, parfois même engagé (Matter of Time), tandis que, par la suite, ce sont les ballades -dont la majestueuse Girl! (You Got to Forgive Him) - qui sont à l’honneur. 

Dans un cas comme dans l’autre, les pièces sont solides, interprétées avec précision et bon goût. Un album qui nous fait réaliser le grand vide que Jones laisse derrière elle. Et qui rappelle, aussi, qu'elle a été suivie, il n'y a pas longtemps par Charles Bradley. Qui assurera la relève du genre? Leon Bridges a déjà démontré ses aptitudes de ce côté... On a attend la suite à son prometteur Coming Home...

La section commentaires du blogue est en construction. Vous pouvez réagir dans Facebook ici.