Runaway, «l’album américain» de Passenger

En voilà un qui n’est pas passé inaperçu lors de sa visite au Festival d’été de Québec… Programmé sur la scène de l’Impérial, Passenger a fait courir une foule monstre: au moment d’ouvrir les portes, la file faisait à quelques mètres près le tour complet du pâté de maisons.

De quoi conclure qu’ils seront nombreux dans la capitale à avoir hâte d’entendre les nouvelles pièces du prolifique Britannique Mike Rosenberg (de son vrai nom), deux fois milliardaire sur YouTube avec son succès Let Her Go

On pourrait qualifier Runaway de «l’album américain» de Passenger, tant dans les thèmes — il y évoque la chute de Détroit dans Ghost Town, le Parc national de Yellowstone dans Eagle Bear Buffalo ou le parcours de ses grands-parents, qui ont immigré au New Jersey dans les années 50 dans To Be Free — que dans le son, bien teinté d’americana. 

Sympathique, incarné et très chaleureux, l’ensemble montre aussi que l’auteur-compositeur-interprète n’a pas perdu le sens du refrain. Le musicien s’est offert tout un road-trip aux États-Unis lors duquel il a capté des vidéos et immortalisé dans divers lieux des versions live de ses chansons, dans leur plus simple expression. Elles se trouvent sur la version dite «Deluxe» de l’album. 

Passenger sera de retour dans notre coin de pays le 21 octobre au Théâtre Corona, à Montréal. Tous les billets se sont envolés…  

Runaway, album folk de Passenger ***1/2