Télé et radio

«Le dernier soir»: la vérité, 44 ans plus tard?

CHRONIQUE / Qu’est-il arrivé pour que Diane Déry et Mario Corbeil, tous deux âgés de 13 et 15 ans, soient tués lâchement alors qu’ils se baladaient en motocyclette à Longueuil? Ce faits divers remontant à 1975 fera l’objet d’une série documentaire, «Le dernier soir», une grande enquête signée Monic Néron, dont les six épisodes d’une heure seront disponibles sur l’Extra ICI Tou.tv au début du mois de juillet.

Monic Néron, qui couvrait les affaires judiciaires à l’émission de Paul Arcand au 98,5 à Montréal jusqu’à tout récemment — elle est actuellement en congé de maternité —, ne connaissait pas l’histoire de ce double meurtre. Ce soir du 20 mai 1975 à Longueuil, les deux voisins de 13 et 15 ans roulaient en motocyclette sur un sentier très souvent emprunté par les jeunes des environs. Ce sera le dernier soir où leurs parents les ont vus. Les deux jeunes ont été retrouvés le lendemain matin, criblés de balles qui provenaient d’une arme de chasse.

Comme c’est souvent le cas dans ce genre de séries, on prétend que l’enquête policière a été bâclée et que les autorités n’ont pas tout mis en œuvre pour désigner le ou les coupables. C’est là que l’équipe d’enquête intervient, 44 ans plus tard, pour tenter de faire la lumière sur cette affaire.

Il y a deux ans, Monic Néron rencontrait le producteur de Deuxième chance pour parler de son projet. L’émission de Patrick Lagacé et Marina Orsini, dont elle était une fidèle, est reconnue pour son équipe de recherchistes du tonnerre, un atout essentiel pour une enquête comme celle-ci. L’équipe du Dernier soir a donc obtenu la collaboration des parents des deux victimes, une opération délicate, vous vous en doutez bien. Elle ne prétend pas faire le travail de la police, mais espère pouvoir faire rouvrir l’enquête. À coup sûr, la série apportera des éléments nouveaux qui pourraient changer le cours des choses. «Ce que la police en fera, ça ne nous appartient pas», précise le producteur Guillaume Lespérance chez A Média. Productrice au contenu et scénariste de Deuxième chance, Manuelle Légaré souligne qu’on n’a pas voulu créer de faux espoirs chez la famille ni leur promettre quoi que ce soit. «On n’est pas là pour mettre des menottes à personne. Mais on leur a dit qu’ils auraient plus d’infos que ce qu’ils avaient déjà.» 

Vous devinez qu’une telle entreprise ne fera pas l’affaire de tout le monde. Monic Néron raconte que certaines personnes étaient très mécontentes de la voir arriver avec son équipe. «On a l’impression qu’il y a des gens qui aimeraient que cette histoire soit oubliée», affirme Guillaume Lespérance. Dans la bande-annonce, très accrocheuse, on apprend que le nom d’un suspect circulait à l’époque. Allergique aux reconstitutions, Le dernier soir évoquera les faits avec des images d’archives, sans avoir recours à des comédiens.

L’équipe ne s’en cache pas : les séries du genre de Making A Murderer, qui obtiennent tant de succès sur Netflix et qui relancent des enquêtes qu’on croyait enterrées, servent de modèles. On nous promet qu’à la fin de chaque épisode, on voudra voir le prochain. D’ailleurs, Le dernier soir n’est pas le seul docu-réalité du genre au Québec, puisqu’il arrive après que le Club illico eut annoncé l’automne dernier Meurtriers sur mesure, une série documentaire de sept épisodes, portant sur deux hommes emprisonnés durant 10 ans par erreur pour le meurtre d’une jeune fille de 14 ans à Val-d’Or. Cette série doit voir le jour au cours de la prochaine saison.

Avec sa collègue Émilie Perreault, Monic Néron a aussi dans ses cartons un projet de documentaire sur le traitement des agressions sexuelles par le système judiciaire, intitulé La parfaite victime. Le duo avait obtenu les confessions de 10 femmes, à la base de l’affaire Rozon.

RICHARD THERRIEN

Le top 10 du lundi 15 avril 2019

BLOGUE / ICI Radio-Canada Télé mène dans les sondages de 19h à 22h, devant TVA, pour la soirée de lundi. Ainsi, «District 31», «Les Morissette et moi», «Les chefs!» et «Bonsoir bonsoir!» sont toutes premières dans leurs cases respectives.

Toujours selon les données préliminaires, le talk-show de Jean-Philippe Wauthier n'apparaît pas dans le top 10 avec ses 364 000 adeptes, mais fait mieux que Combien vaut cette maison?, vue par 283 000, et qui menait la semaine dernière à TVA.

1- District 31 (ICI Télé): 1 434 000

2- Le tricheur (TVA): 915 000

3- TVA Nouvelles 18h (TVA): 777 000

4- Les Morissette et moi (ICI Télé): 577 000

5- Refuge animal (TVA): 540 000

6- Le téléjournal 18h (ICI Télé): 511 000

7- Les chefs! (ICI Télé): 501 000

8- Arrive en campagne (TVA): 482 000

9- Le téléjournal 18h30 (ICI Télé): 392 000

10- Chicago Fire: caserne 51 (TVA): 387 000

Source: Numeris

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

RICHARD THERRIEN

Le top du dimanche 14 avril 2019

BLOGUE / Le premier direct de «La voix» a été suivi dimanche soir par 1 678 000 fidèles à TVA, ce qui le place loin devant «La vraie nature», deuxième avec 747 000. «Tout le monde en parle» suit avec 715 000 sur ICI Radio-Canada Télé.

En matinée, la ronde finale du Tournoi des maîtres, qui a couronné Tiger Woods, a obtenu une moyenne de 114 000 téléspectateurs de 9h à 14h54, avec une pointe à 279 000 à 14h29, à RDS.

Vendredi, la première de L'effet wow a retenu l'attention de 203 000 curieux sur ICI Radio-Canada Télé, contre 678 000 pour Ça finit bien la semaine à TVA. Le tricheur occupe la tête avec 717 000.

Samedi, La petite vie a été l'émission la plus regardée de la soirée avec ses 553 000 fidèles sur ICI Télé, devant le TVA Nouvelles de 18h, vu par 489 000.

1- La voix (TVA): 1 678 000

2- La vraie nature (TVA): 747 000

3- Tout le monde en parle (ICI Télé): 715 000

4- Vlog (TVA): 693 000

5- TVA Nouvelles 18h (TVA): 675 000

6- Découverte (ICI Télé): 449 000

7- Le téléjournal 22h20 (ICI Télé): 440 000

8- Ici Laflaque (ICI Télé): 364 000

9- Le téléjournal 18h (ICI Télé): 320 000

10- TVA Nouvelles 22h35 (TVA): 313 000

Source: Numeris

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

RICHARD THERRIEN

Guylaine Tremblay et Josée Deschênes dans «Winnebago»

BLOGUE / Guylaine Tremblay et Josée Deschênes seront les vedettes de «Winnebago» (titre de travail), une minisérie de six épisodes prévue à l'horaire de Séries+ pour le printemps 2020.

Réalisée par Francis Leclerc et produite chez Casablanca (Série noire, 5e rang), ce Thelma et Louise québécois racontera le destin de deux amis qui décident de tout abandonner pour partir en VR à travers le Québec. La comédienne et scénariste Julie Roussel et Anthony Ferro cosignent le scénario.

La décision de Corus, propriétaire de Séries+, de mettre de côté ses projets de séries québécoises après le succès de Plan B avait choqué l'industrie l'année dernière. Le Bureau de la concurrence ayant refusé la vente de la chaîne à Bell, Corus a dû reprendre les choses en main et relancer la production d'oeuvres originales tant à Séries+ qu'à Historia.

Le tournage de Winnebago commencera en juin.

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.