La série La dérape est centrée sur le monde du karting.

Une série d'ados tournée à Québec

CHRONIQUE / Attendez que je le note sur mon calendrier : une série dramatique sera tournée à Québec au printemps prochain. La dernière fois, c'était pour Chabotte et fille, de 2009 à 2012 à Télé-Québec. Ça ne peut qu'être meilleur. Quoiqu'avec un titre comme La dérape, c'est risqué.
Centré sur le monde du karting, d'où son titre, ce drame sportif sera l'une des deux nouveautés québécoises destinées aux adolescents et aux jeunes adultes, qu'offrira le Club illico à ses abonnés l'année prochaine. L'autre, L'académie, aura comme héroïnes trois inséparables amies qui terminent leur secondaire dans un pensionnat de filles. De la grosse compétition pour VRAK.
La direction du service de vidéo en ligne de Vidéotron a remarqué que les séries du genre, souvent regardées en rafale par les ados et leurs parents, cartonnent sur le Club. Aux États-Unis, on parle de teen drama. Quelques exemples chez nos voisins : Gossip Girl, Pretty Little Liars, Gilmore Girls.
Club illico a fait confiance à deux jeunes boîtes de production pour ces nouveaux projets. Parallaxes, qui produit La dérape, est basée à Québec, a surtout oeuvré en cinéma, et termine actuellement le tournage de La chute de Sparte, adaptation du roman de Biz. Le producteur Marc Biron reconnaît que La dérape aura droit à des sommes supplémentaires sous forme de crédits d'impôt, accordées aux tournages à l'extérieur de la grande région de Montréal. L'équipe sera majoritairement composée de main-d'oeuvre de la capitale.
L'académie sera produite à Montréal chez Passez Go, qui est derrière Le chalet, populaire série de VRAK. On parle ici d'une comédie romantique dans le genre des livres de chick lit, signée par l'auteure de romans jeunesse Sarah-Maude Beauchesne. Après des déceptions amoureuses, les trois amies s'entendront pour se passer des garçons durant la nouvelle année scolaire, jusqu'à ce que l'institution annonce l'arrivée de 13 élèves masculins pour un projet pilote.
Dans La dérape, le rôle principal est aussi attribué à une fille d'environ 15 ou 16 ans. De retour à Québec d'un long exil aux États-Unis avec sa famille, Julia se remet à peine du décès tragique de son frère, un jeune pilote qui a perdu la vie lors d'une course de formule 1600. Incapable de réfréner sa passion pour la course, elle fréquentera un centre de karting, où seront confrontés des jeunes de classes sociales opposées. Richard Lacombe, qui a eu l'idée de La dérape, écrira avec Mathilde Dumont et Dominique Gagné, deux auteures de Subito texto.
Les deux séries auront 10 épisodes de 30 minutes et s'ajoutent à Victor Lessard, prévue pour mars au Club illico, et une troisième saison de Blue Moon plus tard. Les comédiens n'ont pas encore été choisis. N'essayez pas de faire dire aux patronnes du Club si ces deux séries se retrouveront éventuellement à la télé conventionnelle, comme ce sera le cas pour Blue Moon à AddikTV et Karl & Max à TVA, elles vous répondront que ce n'est pas prévu pour l'instant. Ça va bien pour Club illico, qui a franchi la barre des 300 000 abonnés.
Spéciale de deux heures pour L'heure bleue
Vous avez peut-être remarqué dans les autopromotions de TVA que la première de L'heure bleue sera diffusée le mercredi 11 janvier à 20h, alors qu'on l'avait annoncée pour 21h, contre la nouveauté
de Véronique Cloutier, Votre beau programme à ICI Radio-Canada Télé. Ne vous méprenez pas : la série d'Anne Boyer et Michel d'Astous sera bel et bien programmée dès la semaine suivante le mercredi à 21h; TVA a seulement choisi de lancer la série en diffusant les deux premiers épisodes le même soir, de 20h à 22h. Au secours de Béatrice reprendra donc sa place à 20h, le mercredi suivant. Disons que la bande-annonce de L'heure bleue, qui met en vedette Céline Bonnier et Benoît Gouin, annonce une oeuvre dramatiquement très intense. Les auteurs ont choisi de dévoiler d'emblée le terrible accident mortel qui ébranlera cette famille.
Montréal s'allume frôle les deux millions
Montréal s'allume, la décevante émission spéciale du 375e anniversaire de la métropole, a tout de même attiré 1 960 000 téléspectateurs, tous réseaux confondus. C'est TVA qui en a réuni le plus grand nombre avec 921 000, suivi d'ICI Radio-Canada Télé avec 731 000 et de V avec 213 000. Télé-Québec ferme la marche avec 95 000.