Fabien Cloutier, Isabelle Blais et Émile Proulx-Cloutier sont de la distribution de Faits divers, la nouvelle série noire d'ICI Radio-Canada

Un Fargo à Mascouche

CHRONIQUE / L'auteure Joanne Arseneau est une fan des frères Coen. Sa nouvelle série, Faits divers, aura des couleurs de Fargo, film mythique et géniale série noire de la chaîne FX. Un jeu de chat et de souris entre enquêteurs et criminels, situé à Mascouche, sur la rive nord de Montréal. Si c'est aussi captivant et singulier que Fargo, on ne risque pas de s'ennuyer.
Je vous avais parlé de ce drame policier d'ICI Radio-Canada Télé, d'abord intitulé Constance, du prénom de l'enquêtrice vedette, jouée par Isabelle Blais. Chef enquêteur d'un bureau régional et mère de trois enfants, Constance Forest s'entoure de quatre policières, toutes enceintes, de même que de son bras droit, Jonas (Maxime Mailloux). Un univers un peu bonbon, en fort contraste avec l'horreur des crimes commis. 
La productrice Sophie Deschênes chez Sovimage (Les pays d'en haut, Mensonges) affirme qu'on risque d'aimer même les criminels, «des losers sympathiques». À commencer par Mike Pratt (Fabien Cloutier), un joueur compulsif aux prises avec des problèmes d'argent, et qui met le feu à sa grange pour réclamer les assurances. Sauf que la combine tourne au tragique, et donne lieu à l'enquête principale de la série. Pratt s'est mis le doigt dans l'engrenage et ne parvient plus à l'en sortir. Son entourage porte des noms aussi inusités que Chose-Pet (Jean-Antoine Charest) et Éric «La Bottine» Charbonneau (David Boutin). Des gens ordinaires, qui ne sont pas des criminels d'expérience, comme le Lester de Fargo, homme sans histoire qui se corrompt au contact d'un tueur à gages.
Le genre policier marche fort ces temps-ci, avec des titres comme District 31, Victor Lessard et Mensonges. Joanne Arseneau, qui a écrit Le clan et co-signé la première saison de 19-2, affirme que Faits divers sera un anti-CSI, loin des enquêteurs parfaits et de la balistique pointilleuse de ce genre de série. On sera plus près de l'humain que du métier de policier.
Présentement en tournage à Repentigny, Faits divers compte sur une distribution tout étoiles, composée entre autres de Guy Nadon, Émile Proulx-Cloutier, Fred-Éric Salvail, Patrick Hivon, Louis Champagne, Mylène Mackay et Jean-Pierre Bergeron. Plusieurs noms peu connus apparaissent aussi au générique, et pas dans des rôles secondaires, comme Alexa-Jeanne Dubé, qui joue la soeur de l'héroïne. On sait que la série de 10 épisodes sera diffusée au cours de la saison 2017-18 d'ICI RC Télé, mais la case horaire n'a pas été déterminée. Lundi à 21h? Pourquoi pas?
Le talentueux Stéphane Lapointe a laissé la réalisation de Lâcher prise pour se consacrer à ce projet dramatique, lui qui est surtout associé à la comédie. Pour le remplacer, on a fait appel à Sébastien Gagné, réalisateur de la série très prisée des habitués de VRAK, Le chalet. Avec Lâcher prise, de retour pour une deuxième saison avec Sophie Cadieux et Sylvie Léonard, il obtient sa première série sur une grande chaîne. Sébastien Gagné a aussi réalisé la websérie Barman, sur ICI Tou.tv.
Chiffres historiques à ICI Québec
En hausse constante depuis plusieurs sondages, la station d'ICI Radio-Canada Télé à Québec a fait des gains historiques au printemps, prenant la première place en heures de grande écoute, devant TVA. Les sondages Numeris démontrent aussi que l'écart se rétrécit dangereusement entre les bulletins de 18h, à l'avantage d'ICI Radio-Canada Télé.
Toujours premier dans cette case, le TVA Nouvelles de Pierre Jobin flirte dangereusement avec la barre des 100 000 téléspectateurs, obtenant tout juste 109 000, comparativement à 130 000 il y a un an, et 175 000 il y a 10 ans. À l'inverse, la première demi-heure du Téléjournal Québec de Bruno Savard passe de 71 000 à 86 000 fidèles, un record depuis qu'on comptabilise les chiffres selon le diffuseur. Aussi en hausse, la seconde demi-heure passe de 49 000 à 61 000 adeptes, contre 77 000 pour Le tricheur de TVA. Ces chiffres excluent les deux journées où le bulletin de Québec n'a pas été retransmis chez les abonnés de Vidéotron. La fin de semaine, les deux réseaux sont presque au coude à coude, avec 69 000 pour le TVA Nouvelles de Julie Couture et 63 000 pour Le Téléjournal Québec de Guillaume Dumas. Il n'est plus farfelu de croire que le TJ puisse battre son rival dans un avenir rapproché.
La station partait de loin. En janvier 2011, je signais une chronique assez sévère intitulée «Dérive du Téléjournal Québec», qui soulignait la sclérose d'un bulletin trop formaté et un peu ennuyant, notamment en deuxième demi-heure. Faut croire que je n'étais pas le seul à le penser, puisque la chaîne locale a fait ses devoirs depuis en dynamisant son bulletin. Ce n'est pas parfait, mais l'heure coule beaucoup mieux, et on n'a plus l'impression d'être sur le pilote automatique. C'est vivant.
Bruno Savard ne cachait pas son enthousiasme à l'annonce des résultats mardi. Tel l'adepte de Ironman qu'il est, il a persévéré patiemment et vu le bulletin progresser depuis son arrivée en 2011. Le directeur de la station, Jean-François Rioux, rappelle que 85 % du bulletin est consacré à la région de Québec, une grande force de l'antenne.
La voix de TVA domine le palmarès des émissions les plus regardées dans le marché étendu de Québec avec 304 000 fidèles, suivie d'Unité 9 (243 000), Les pays d'en haut (206 000) et District 31 (181 000). ICI Radio-Canada Télé occupe 17 des 30 positions du palmarès, suivie de TVA, qui en a 12, et V, qui ferme avec une. Pour les parts de marché globales, TVA passe de 34,1 à 32,8 %, ICI RC Télé de 19,7 à 21,3 %, et V, de 6,2 à 5,9 %.