Mémoires vives et le tribunal des fans

CHRONIQUE / Les pires critiques d'une série sont souvent ses plus grands fans. Prenez Mémoires vives, dont on a présenté le 100e épisode mardi soir. L'auteure Chantal Cadieux ne fait qu'évoquer la possibilité de séparer Claire et Christian, le couple vedette, pour créer une levée de boucliers. Dans des messages courroucés, des fans déçus ont menacé de ne plus regarder la série si l'auteure s'engageait dans cette voie. Point de pardon, même dans la fiction.
Chantal Cadieux n'a pas épargné les fidèles depuis le premier épisode, à l'hiver 2013, mais s'en est toujours bien sortie. Elle a même commis l'inimaginable en faisant mourir tragiquement Jacques (Gilles Renaud), un des piliers de la série. En cinq ans, l'auditoire s'est un peu érodé, oui, mais Mémoires vives attirait encore 990 000 fidèles l'automne dernier à ICI Radio-Canada Télé, battue par son rival de TVA, O', qui en captivait 1 155 000.
L'idylle entre Claire et Christian (Marie-Thérèse Fortin et Frédérick De Grandpré) risque donc d'être ébranlée avec l'arrivée de Me Ludovic D'Auteuil, incarné par l'acteur français Laurent Lucas, qui vit maintenant au Québec, surtout connu pour ses rôles dans le film Harry, un ami qui vous veut du bien et la série Les revenants. L'avocat de Jérémie (Pier-Luc Funk), qui a fait son entrée mardi, viendra semer le doute dans le coeur de Claire. Pendant que le pauvre Christian croupit en prison, la docteure ne restera pas insensible aux petites attentions de Me D'Auteuil, qui est là pour rester, et qui l'invitera à passer une fin de semaine à New York. Claire, qui a toujours été forte et en contrôle, ne se comprend plus elle-même.
De l'avis de l'auteure, il aurait été impossible de laisser Claire et Christian passer cette épreuve sans difficulté. «Les gens heureux n'ont pas d'histoire, et moi, j'ai une histoire à écrire. Il faut comprendre que quand tout va trop bien, on ne l'apprécie même plus. Les spectateurs trouvent ça plate. C'est quand même une épreuve d'avoir un conjoint en prison pour un bout de temps, et c'est normal que Claire se demande s'il peut y avoir plus de compatibilité avec quelqu'un d'autre», explique l'auteure, qui avait déjà joué avec les sentiments de son héroïne en ramenant le Dr Clown, Martin Sévigny (Marc Béland), dans la vie de Claire.
Comme plusieurs téléspectateurs, Chantal Cadieux a été marquée par l'interprétation de Pier-Luc Funk en jeune sociopathe. «Il fait juste regarder la caméra et il me fait peur», dit-elle. Mais contrairement à Bobby (Yan Rompré), qui est juste fou, Jérémie finit presque par nous convaincre qu'il a du bon en lui. L'auteure a voulu se demander s'il pouvait dévier de la voie du crime au contact de gens qui lui accordent autant d'attention. Quand le corps d'une jeune femme sera découvert sous peu, les yeux se tourneront inévitablement vers Jérémie.
La grossesse tardive et l'accouchement rocambolesque d'Andrée (Dominique Quesnel) récemment en ont fait sourciller plusieurs, dont moi. J'avoue avoir trouvé bien difficile à croire toute cette intrigue autour du bébé de feu Frank Manseau, qu'Andrée n'est maintenant plus capable de voir en peinture. Son chum Alex (Jean Petitclerc), qui n'en voulait pas, a promis à son fils de veiller sur l'enfant et prend le relais. L'auteure y voit l'occasion de donner au bébé la chance que Jérémie n'a pas eue en naissant d'un monstre. On verra où ça nous mènera.
Au départ, Chantal Cadieux visait cinq saisons pour Mémoires vives, ce qui coïnciderait avec une finale en décembre 2017. En entrevue en début de semaine, elle confiait ne pas avoir encore décidé s'il y aurait une sixième saison, qui commencerait à l'hiver 2018. L'auteure a déjà eu un cancer et reste toujours prudente avec sa santé. Tout ça fait partie de sa réflexion. «J'écris tous les jours, même en vacances. C'est un rythme difficile. Il faut livrer les textes beaucoup plus vite que du temps où j'écrivais Providence», remarque-t-elle. Les tentatives de s'adjoindre d'autres auteurs, au début de la série, n'ont pas été concluantes, de sorte qu'elle préfère toujours écrire en solo.
Le retour d'Adrienne
Qui aurait cru que la méchante Dre Bannon (Isabelle Blais) remettrait un jour les pieds à l'urgence dans Au secours de Béatrice? L'un des personnages les plus détestables des dernières années à la télé est revenu mercredi dernier, repentant et exprimant des regrets pour son comportement odieux avec l'équipe. Pas sûr de la croire, même si elle se dit sincère. Je ne me lasse pas de cette série de TVA, toujours d'une qualité remarquable. On est touchés au coeur par les mots de l'auteure Francine Tougas et par l'interprétation toujours juste des acteurs, jamais appuyée. Ça commençait à aller trop bien dans la vie de Béatrice (Sophie Lorain), tellement que je craignais qu'elle cesse ses rencontres avec l'unique Monsieur P (Gabriel Arcand). Mais son nouvel amoureux (Vincent Graton) semble beaucoup moins parfait qu'on le croyait, ce qui risque d'être au centre des rencontres des prochaines semaines.