Mes petits malheurs, campée au milieu des années 80, abordera les souvenirs des étés passés au chalet familial.

L'été de mes 12 ans

CHRONIQUE / Ceux qui ont passé les étés de leur enfance au chalet familial en gardent des souvenirs impérissables. C'est le cas de l'auteur Jean-François Léger, qui en fait la matière première de sa nouvelle comédie dramatique, Mes petits malheurs, située au milieu des années 80 et prévue à l'antenne d'ICI Radio-Canada Télé durant la saison 2016-2017.
Jean-François Léger, c'est entre autres six Bye bye, la comédie Catherine, qu'on peut toujours revoir à ICI ARTV, et Un gars, une fille. Mes petits malheurs vise le même public familial que Les Parent, qui a pris fin après sept ans et dont il était l'un des auteurs réguliers. Une oeuvre dénuée de cynisme et de noirceur, comme l'auteur avait envie d'en écrire une. Après Ricardo Trogi au cinéma, à son tour de revisiter les années 80.
Jeffy (Antoine Marchand-Gagnon), le jeune héros de Mes petits malheurs, est un peu l'alter ego de l'auteur alors qu'il n'avait que 12 ans. À cet âge, tout petit problème prend des proportions démesurées. Ces aventures, qui feront tranquillement de lui un homme, meubleront cette série qu'on voudrait voir traverser les années. Éveils amoureux, peur du rejet, fin de l'enfance... l'auteur a le choix.
Catherine Proulx-Lemay, la Michèle d'Unité 9, joue sa mère aimante et protectrice, alors que Jean-Michel Anctil, qu'on voit souvent jouer les bons gars, hérite du rôle d'un père autoritaire, médecin de profession. À leurs côtés, plusieurs nouveaux visages. Jeffy a un frère, Sylvain (Luka Limoges), 15 ans, adepte de planche à voile et qu'il considère comme son idole. Leur soeur rebelle Myriam (Rose-Marie Perreault) arrive tout juste à 18 ans et se plaît à défier l'autorité. Jeffy a un faible pour Kelly (Marilou Forgues), son idéal féminin qu'il voudra conquérir. Xavier Desrochers joue son meilleur ami.
Louis Morissette, qui a été conseiller à la scénarisation dès le début du projet il y a sept ans, assure la narration en tant que Jeffy aujourd'hui. On l'entendra donc relater avec humour ses péripéties de jeunesse. Ceux qui se souviennent de la série Les années coup de coeur (The Wonder Years), rediffusée sur UnisTV, y verront un parallèle : l'oeuvre américaine se passait à la fin des années 60, avec Fred Savage dans la peau d'un jeune ado, pendant qu'on entendait sa voix adulte.
Produite chez Avanti Ciné Vidéo, la série est réalisée par le très vif Pierre Théorêt (Rumeurs, Mauvais karma). Le diffuseur décrit la série comme «un verre de Quik réconfortant». Fort probable qu'on abusera des couleurs fluo, qu'on verra probablement un Walkman jaune, un Commodore 64 et qu'il sera question des Expos. Jean-François Léger, qui se dit «trippeux de musique», aimerait que la série ressorte des classiques des années 80. Chose certaine, on nous donnera congé de cellulaires et de tablettes. Treize épisodes d'une demi-heure sont prévus pour la première saison.
Argent ne faisait pas d'argent
L'annonce de la fermeture d'Argent le 30 avril prochain n'a pas été une grande surprise à l'interne. Inaugurée en février 2005, la chaîne économique a perdu récemment deux de ses têtes d'affiche, François Gagnon à l'automne et Sophie Lemieux il y a quelques semaines. Ceux-ci n'ont pas été remplacés. Avec la nouvelle réglementation du CRTC, qui permet aux consommateurs de choisir leur forfait télé, l'avenir de cette chaîne financière devenait plus qu'incertain.
Dans un communiqué, la présidente et chef de la direction de Québecor Groupe Média et de Groupe TVA, Julie Tremblay, affirme que la fermeture d'Argent illustre bien les difficultés auxquelles doit faire face la télévision privée, «au moment où le gouvernement envoie des centaines de millions de dollars au diffuseur public», une association plutôt malhonnête. Ce qu'elle omet de dire, c'est qu'Argent n'a jamais été diffusée en haute définition, et qu'elle figurait chaque semaine bon dernier dans les parts de marché des chaînes spécialisées, avec 0,0 %, depuis plusieurs années. Les millions de Mélanie Joly n'ont rien à voir là-dedans.
Groupe TVA précise que la marque Argent continuera d'exister sur ses différentes plateformes. Si la chaîne reste à l'antenne jusqu'au 30 avril, les bulletins en direct, eux, ont été suspendus depuis mardi matin. On diffusera donc des reprises jusqu'à la fermeture. En incluant une restructuration à l'agence QMI, on annonce une vingtaine de mises à pied. Les journalistes Michel Morin et Andrew McIntosh, du Bureau d'enquête, font partie des employés remerciés.