Clément Bellaigue a tout laissé tomber en plein duel.

«Les Chefs!»: Clément pète un plomb

CHRONIQUE / Comme on dit, ce n’était pas très chic lundi soir aux «Chefs!». Gonflé d’orgueil et mécontent d’avoir raté ses raviolis, le candidat Clément Bellaigue a tout laissé tomber en plein duel, faisant une boule avec ses pâtes collantes et les lançant par terre avec colère. Du jamais vu aux «Chefs!», où l’esprit d’équipe et la soif d’apprendre ont toujours primé sur la féroce compétition.

Je n’en suis pas revenu de voir un aspirant-chef aussi talentueux, aussi brillant, quitter l’aventure avec aussi peu de classe. Clément a pourtant abordé le duel avec un excès de confiance, affirmant que rien ne lui faisait peur. «Tous les trois, on te voyait en finale», auront été les mots de Jean-Luc Boulay en guise d’au revoir. Sans reconnaître son erreur, Clément a assumé pleinement ce choix, conscient qu’il avait gâché ses chances de se rendre en finale. Jusqu’ici, on trouvait plutôt sympathique que le candidat d’origine française n’ait jamais entendu parler de jambon à l’ananas et ait cuisiné un gâteau en guise de cake de homard. Mais Clément a raté sa sortie.

C’est la première fois qu’un candidat abandonne en plein duel, mais ce n’est pas la première fois qu’un aspirant-chef jette son tablier. Je l’avais complètement oublié, mais au second épisode de la toute première saison, Érick Gauvin-Demers, alors cuisinier à l’hôtel Pur, a choisi de quitter l’émission, ne se sentant pas à l’aise devant les caméras. Il avait ainsi évité l’expulsion à la candidate Claudia, désignée par les juges. Selon la production, ce n’est plus jamais arrivé par la suite.

Ne reste plus que deux épisodes à cette huitième saison, qui n’est pas la meilleure, malgré son lot d’épreuves enlevantes. Il me semble que le sentiment d’attachement aux candidats est moins élevé que dans les saisons précédentes. Par contre, à ce jour, la moyenne d’écoute est de 700000 téléspectateurs (incluant les enregistrements), comparativement à 711000 l’été dernier, sur ICI Radio-Canada Télé. Sont toujours dans la course Andrée-Ann, du Ciel bistro-bar à Québec, Laurent, de Stoneham, Antoine et Marc-Antoine.

***

DE MEILLEURS DRAGONS

Vraiment, il y a des fois où un changement de formule peut être bénéfique. C’est le cas de Dans l’oeil du dragon, qui offre à mon avis l’une de ses meilleures saisons. Des montages serrés, beaucoup de suspense qu’on prolonge durant les pauses publicitaires, et des propositions d’entrepreneurs souvent intéressantes. Le deal avec les pêcheurs de Hooké, mercredi dernier, était particulièrement imprévisible. Je comprends Caroline Néron de s’être sentie exclue, les entrepreneurs l’ayant écartée d’office pour privilégier les trois gars. Je craignais qu’un nouveau dragon invité chaque semaine brise la dynamique entre les dragons permanents, mais c’est tout le contraire qui se produit. On dirait que les invités bousculent la formule et lui donnent un nouvel élan, si bien qu’on reste avec l’impression que les dragons n’ont jamais autant investi. Mention spéciale à Dominique Brown, aussi sympathique qu’impliqué. J’ai repris plaisir à suivre cette émission, que j’avais un peu délaissée ces dernières années. Il semble que je ne sois pas le seul puisque la moyenne d’écoute est passée de 657000 l’an dernier à 758000 depuis le début de la saison, en comptant ceux qui enregistrent l’émission. Je ne passe plus!

***

RÉAL BOSSÉ TOURNE FILE D’ATTENTE À QUÉBEC

En plus de La dérape, Québec accueillera cet été le plateau de tournage d’une autre série dramatique, intitulée File d’attente, produite par Sylvain Parent-Bédard chez ComediHa! et prévue à l’horaire de la chaîne Unis TV cet automne. En plus d’en être l’une des vedettes, Réal Bossé est derrière ce projet avec une équipe d’auteurs, et les comédiens Sylvie Moreau, Isabelle Brouillette, Jean-Nicolas Verreault et Muriel Dutil, entre autres. Comme son titre l’indique, l’action de cette série de 13 épisodes, plus dramatique que comique, a toujours lieu dans une file d’attente. ComediHa!, une entreprise de Québec, produit également LOL, dont la 10e saison sera tournée en Italie, et qui met aussi en vedette Réal Bossé. En plus d’être produite dans la capitale, File d’attente fait appel à plus de 360 figurants, une cinquantaine de comédiens de Québec et une équipe technique d’environ 70 personnes. Martin Talbot (Les Parent) réalise.