L'actrice acadienne Denise Bouchard, Gilles Renaud et Alexandre Goyette se partagent les rôles principaux dans la nouvelle minisérie Le siège.

Le siège: prise d'otages en six épisodes

CHRONIQUE / Trente-six heures d'un stress intenable. Avec quelques camarades, Alexis Godin (Alexandre Goyette) occupe une usine, armé jusqu'aux dents. Un ultime recours pour protester contre le déménagement de l'entreprise, qui signerait la mort de la petite ville mono-industrielle de Cole Creek, au Nouveau-Brunswick.
C'est ce que nous ferons vivre les six épisodes d'une heure de la minisérie Le siège, tournée à Moncton, et diffusée à ICI ARTV et ICI Radio-Canada Télé la saison prochaine. Autour d'Alexandre Goyette, deux autres vedettes principales, Gilles Renaud et l'actrice acadienne Denise Bouchard, qu'on a vue dans Belle-Baie et qui jouait la mère du héros dans Le clan, aussi tournée dans l'Atlantique.
Ce qui devait d'abord ressembler à une manifestation pacifique se transforme en véritable prise d'otages à Cole Creek, ville fictive. Comme toile de fond, la haute rivalité entre le président du syndicat Mario Cormier (Gilles Renaud) et Alexis Godin, qui remonte à plus de 30 ans. Les deux n'entretiennent qu'aigreur et haine l'un envers l'autre. Arrive Chantal Trempe (Denise Bouchard), négociatrice de la police nationale, à peine de retour d'un congé de maladie, et qui hérite de ce dossier explosif.
L'auteur Pierre-Marc Drouin a étudié en cinéma avant de laisser le domaine de côté pour écrire des romans, dont Mile End Stories. Le siège est sa première série dramatique. Originaire de Sorel, il a vu sa ville menacée de disparaître quand l'usine locale de fer et titane a failli fermer, avant d'être rachetée. Il parle d'une oeuvre engagée, très intense, sur un drame commun mais aussi, des drames individuels. On verra notamment une employée de la garderie prise malgré elle dans ce siège, et un jeune journaliste qui dérange, tassé par un plus expérimenté.
C'est quand Pierre-Marc Drouin a présenté l'idée à Renée Blanchar, l'auteure de Belle-Baie, que celle-ci a eu envie de situer l'histoire dans une ville comparable à Bathurst au Nouveau-Brunswick. Pour le tournage, on a trouvé une ancienne usine de transformation de viande à Moncton, dont les employés avaient été pris dans une occupation similaire.
La grande majorité des acteurs de la série sont acadiens. La distribution comprend Christian Essiambre, Lou Poirier, Marc Lamontagne, Guy Frenette, Diane Losier, Raphaël Butler et Matthew Wilson. On y retrouve aussi avec bonheur l'actrice de Québec, Marie-Ginette Guay, qui nous a tous éblouis dans Aveux. Pour expliquer leur accent québécois, on dit que le personnage de Gilles Renaud est un expatrié du Québec, et que celui d'Alexandre Goyette a été élevé par des parents québécois.
Phare-Est Média à Moncton, qui a coproduit Belle-Baie et Le clan, s'associe une nouvelle fois avec Attraction Images à Montréal pour Le siège. La réalisation a été confiée à Jim Donovan, qui avait dirigé Sébastien Ricard dans Le clan. Le tournage commence mercredi prochain et se poursuivra jusqu'au 13 juin.
Comme c'est souvent le cas dans les séries régionales, la population se mobilise contre un projet d'affaires. On se souvient de L'or, de Belle-Baie, et même du Clan, où on voulait barrer la route à un promoteur de condos. Cette fois, c'est le déménagement d'une usine de transformation de plastique dans l'Ouest canadien qui crée la colère de la population, forcée de liquider ses biens pour trouver une autre terre d'accueil.
Une des productrices exécutives, Louise Lantagne, promet une série du calibre de n'importe quelle oeuvre tournée à Montréal. Il faut dire qu'on avait atteint des sommets de qualité avec Le clan, autre coproduction de l'Acadie et du Québec, ce qui était moins le cas de titres comme Samuel et la mer, Belle-Baie et Toi & moi, décevants à plusieurs points de vue.