Jean-Philippe Dion fait un retour au chalet de Lac-Brome avec La vraie nature.

La force de l’histoire

CHRONIQUE / Les trios de «La vraie nature», souvent drôlement assortis, ne sont pas le fruit du hasard, mais d’une minutieuse réflexion. Qu’ils soient connus ou moins connus ne constitue pas la principale préoccupation. Pour l’animateur Jean-Philippe Dion et son équipe, c’est la force de leur histoire qui compte. Retour au réconfortant chalet de Lac-Brome pour 18 nouvelles émissions, dont 8 cet automne, dès dimanche à 21h à TVA. Nouvel hôte cet automne: Jas, le chien le plus affectueux du coin.

Q Jean-Philippe, après avoir obtenu la faveur du public et de la critique, La vraie nature vient de recevoir les Gémeaux de la meilleure émission ou série d’entrevues ou talk-show et de la meilleure réalisation. Quelle signification a eu cette reconnaissance de tes pairs?

R J’ai souvent l’impression de ne pas faire partie de la clique du milieu de la télévision, et je me suis souvent dit que je n’étais pas un animateur à trophées. Je n’ai pas une vie intime pour faire les couvertures des magazines, j’ai la même vie que quand je travaillais dans un dépanneur à 19 ans, et ça me va très bien. On ne sait jamais quel regard nous portent nos pairs, ça m’a vraiment fait du bien. C’est une méchante tape dans le dos pour moi et pour l’équipe, une gang de chums avec qui j’ai travaillé sur d’autres projets, surtout qu’on a eu peu de temps pour concevoir La vraie nature.

Q Crois-tu que l’émission risque de faire le tour assez vite du bassin d’invités possibles?

R On ne fera pas sept saisons comme Accès illimité. Cette année, je n’ai pas senti qu’on pigeait dans le fond du baril, au contraire. Ce n’est pas la force du nom, mais la force de l’histoire qui fait la qualité de ce show-là. Si l’invité n’a pas d’histoire à raconter ou s’il n’est pas prêt à le faire, je ne pense pas que c’est le meilleur invité pour nous. Plusieurs noms qu’on reçoit ne sont pas ceux qu’on voit dans les talk-shows, mais dont on connaissait la profondeur de l’histoire.

Q Est-ce que des personnalités sont encore réticentes à accepter l’invitation?

R La qualité de la production a rassuré les gens. On ne met pas un gun sur la tempe de l’invité pour qu’il nous raconte des histoires d’horreur. Le concept original [Parenthèse inattendue] veut qu’on fasse la genèse de la carrière de l’invité, mais on a dévié de ça. On veut savoir ce que l’invité a en tête en ce moment, et comment il est arrivé là où il est. On ne veut pas que ce soit une thérapie, on veut qu’il y ait un but à ce week-end-là. À Safia Nolin, j’ai demandé comment la petite fille de Limoilou a défié bien des pronostics pour devenir la chanteuse la plus populaire de l’année. C’est ça, l’enjeu important à aborder avec elle. Le but, c’est de répondre à cette question durant l’émission. José Gaudet nous dit en quoi ta relation avec ton père a influencé l’homme que tu es devenu.

Pour la première émission, Jean-Philippe Dion a mixé Olivier Primeau, Safia Nolin et Guylaine Tremblay. «Le matin même, je me trouvais vraiment niaiseux d’avoir eu cette idée-là. [...] Mais les trois ont été extraordinaires.»

Q Les invités ne savent pas avec qui ils passeront le week-end. Es-tu angoissé avant de connaître leur réaction?

R Tellement! Pour la première émission, l’équipe n’était pas d’accord qu’on mixe Olivier Primeau avec Guylaine Tremblay et Safia Nolin. Je plaidais que c’était notre préjugé à nous, qu’on devait l’essayer. Le matin même, je me trouvais vraiment niaiseux d’avoir eu cette idée-là. Je me disais : «Comment Safia va réagir en voyant Olivier? Est-ce qu’elle va se refermer? Guylaine, qu’est-ce qu’elle va faire avec le gars du Beachclub dans sa face?» Mais les trois ont été extraordinaires. Safia et Olivier ont finalement plusieurs points en commun, ils représentent chacun leur génération, sont très présents sur les réseaux sociaux, ont un rapport à l’image très fort mais très différent. Guylaine a été d’une franchise avec Olivier et lui a dit ce qu’elle pense de ce qu’il fait. Sa façon de le voir a complètement changé au cours du week-end.

Q Les gens du public sont-ils curieux de voir votre chalet?

R Il y a des gens qui viennent «scèner», on a même trouvé des gens dans notre piscine cet été! Je pourrais gérer une compagnie de location pour le chalet et je serais occupé à temps plein, pour des gens qui veulent le louer pour l’anniversaire de leur mari, de leur femme, pour un mariage, une rencontre familiale, mais ce n’est pas possible. Tout le monde croit que c’est chez nous, mais ça appartient à Benoît [Frigon, le producteur]. Les gens du coin sont très heureux qu’on soit là parce qu’on fait vivre l’économie locale, l’équipe technique réside à l’hôtel, on fait notre épicerie là-bas. C’est bon pour la région, et c’est ma région.

Q Quels sont les trios les plus étonnants cette saison?

R On a reçu Patrice Robitaille, Kristopher Letang, des Penguins de Pittsburgh, qui a une réflexion sur sa carrière, et Louise Deschâtelets. On a mis Patrice et Kristopher ensemble parce qu’on savait qu’ils aimaient le hockey, mais aussi parce qu’ils faisaient des mauvais coups quand ils étaient petits; Kristopher a failli mettre le feu à Sainte-Julie dans des maisons en construction. On leur a permis d’allumer des pétards à mèche dans le bois. Louise Deschâtelets se cachait derrière les arbres! Dans le cas de Sonia Vachon, Jean-Marc Généreux et Corneille, ils ont compris que les forces de chacun devraient être transmises aux autres. Sonia aimerait avoir la force de caractère de Jean-Marc, alors que lui est capable de défoncer n’importe quelle porte.

Q Dans une prochaine émission, Guylaine Tanguay se confie sur son père qui la terrorisait, enfant. Pourquoi s’est-elle ouverte autant?

R Elle est arrivée avec la résolution de ne plus vivre avec ce poids. Quand elle parlait de son enfance, elle devait prendre des détours pour ne pas parler de son père. Elle pensait que La vraie nature serait le bon endroit pour se confier.

***

LA VRAIE NATURE EN MUSIQUE

Devant l’intérêt du public pour la musique de l’émission, la production a demandé à l’auteur-compositeur-interprète Pilou de composer des chansons spécialement pour La vraie nature. Quatre seront disponibles dès le 7 octobre, et un album complet sera lancé en novembre. Quelques noms d’invités à venir dans l’émission: Jean-Luc Mongrain, Ludivine Reding, Sonia Benezra, Pierre-Yves Lord et Ariane Moffatt.