Richard Therrien
Le Soleil
Richard Therrien
André Robitaille a passé trois demi-journées avec Dodo, trois jeudis d'affilée. Un luxe qui permet d'aller loin.
André Robitaille a passé trois demi-journées avec Dodo, trois jeudis d'affilée. Un luxe qui permet d'aller loin.

La dernière entrevue, promesse de Dodo!

CHRONIQUE / Quand Dominique Michel dit que c'est sa dernière entrevue, permettez-moi d'en douter. «Ceci est mon dernier Bye Bye», on a entendu ça souvent. De toute façon, qui voudrait vraiment qu'elle se retire pour de bon? Dodo est un trésor national, comme Janette, comme Vigneault, comme Denise. Et un trésor national, on ne veut jamais que ça disparaisse.

Quand elle a confié aux Enfants de la télé qu'elle voulait se retirer l'année dernière, ce n'est pas tombé dans l'oreille d'un sourd. André Robitaille y a vu l'occasion de lui permettre de donner sa dernière grande entrevue, comme il l'avait fait pour Janine Sutto en 2016.

Sans en faire une condition, l'animateur l'a prévenue qu'il lui poserait toutes les questions, sur les sujets les plus délicats. Ses amours, ses chicanes, le sexe, l'argent. Aucun problème, à 88 ans, Dodo n'a rien à cacher. Le résultat donne une heure fabuleuse que vous ne voulez pas manquer, Dominique Michel: j'avance, lundi à 21h sur ICI Télé. Que ce soit la dernière, ou pas.

L'entrevue qu'elle avait donnée à Paul Arcand à Conversation secrète en 2017 m'avait laissé un goût un peu amer. Je n'avais pas reconnu la Dodo qu'on aime tant. Cette fois-ci, pas de rancoeur, pas de sarcasme, pas de larmes non plus. Même qu'il y a beaucoup de rires.

«Au-delà de l'artiste, elle symbolise pour moi l'évolution des femmes dans les années 60, la détermination, l'émancipation, la femme libre», me dit André Robitaille, qui l'admirait à la télé avant de jouer brièvement à ses côtés dans la deuxième mouture de Moi et l'autre.

Dominique Michel le dit depuis longtemps: la scène, c'est terminé pour elle. Niet! Niet! Mais le pire, c'est qu'elle serait encore capable. Quand elle revoit les costumes marquants de sa carrière, dont celui de Michel Chartrand, elle retrouve instantanément les mimiques, la voix, c'est pareil. Devant André Robitaille, elle déclame par cœur toutes les paroles de la chanson J'avance, écrite pour elle par Jacqueline Barrette dans les années 70 et dont on s'est inspiré pour le titre de l'émission.

Elle chante encore En veillant su'l perron d'une voix juste, 63 ans après sa création. Une chanson qui parle d'un jeune couple qui s'aime, fonde une famille et vieillit ensemble, tout le contraire de ce qu'a vécu Dodo, lui fait remarquer André Robitaille. L'artiste a plutôt été malheureuse en amour et ne croit pas à la fidélité chez l'homme, elle qui jure n'avoir jamais été infidèle.

Le récit de son mariage avec le joueur de hockey Camille Henry et leur séparation deux ans plus tard est étonnant. Plus jamais elle ne se remarierait, s'était-elle jurée. Cette fois, elle a respecté sa résolution.

Bien entendu, André Robitaille n'allait pas éviter «le» sujet: sa chicane avec Denise. Les deux inséparables de Moi et l'autre ne s'adressent plus la parole depuis plusieurs années. Là-dessus, André Robitaille dit une chose tellement vraie: on n'a jamais compris ce conflit. On voudrait qu'elles soient liées comme on les a toujours imaginées, on a l'impression qu'elles nous appartiennent.

À l'image de leur relation en dents de scie, Dodo ouvre une porte à la réconciliation dans cette entrevue. Même qu'elle s'imagine jouer avec sa partenaire de jadis deux vieilles dans leur résidence qui se chicanent. «Tout le Québec aimerait voir ça», lui répond l'animateur. Permettons-nous de rêver.

On ne veut pas penser au jour où elle ne sera plus là, mais elle y pense parfois. Pas question de s'acharner si elle n'a plus de qualité de vie. «L'aide à mourir, c'est formidable», dit-elle. Elle ne craint pas la mort, mais la souffrance, oui. «Je pense que je suis encore là pour un boutte!» lance-t-elle avec un air taquin.

Pour réaliser cette émission produite par Pamplemousse Média, André Robitaille a passé trois demi-journées avec Dodo, trois jeudis d'affilée. Un luxe qui permet d'aller loin. Dans ce cadre particulier, l'animateur se permet d'aller là où on n'irait jamais dans un talk-show. Le lien de confiance est évident.

Après Janine et Dodo, on en prendrait encore. Ça tombe bien, André Robitaille voudrait en faire une série, avec d'autres grands personnages qui ont atteint cet âge vénérable. Pas des biographies comme on en voit aux Grands reportages, mais bien des entrevues fleuves. «Faut les entendre ces gens-là», dit-il, citant des noms comme Gérard Poirier, Janette Bertrand, Kim Yaroshevskaya, Jean Chrétien, Gilles Vigneault, Yvon Deschamps. Il regrette de n'avoir pas eu le temps de le faire avec Andrée Lachapelle.

Les gens d'ICI Télé seraient bien fous de laisser passer une telle idée, vous ne trouvez pas?

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Dodo est un trésor national, comme Janette, comme Vigneault, comme Denise. Et un trésor national, on ne veut jamais que ça disparaisse.