Jean-Philippe Wauthier sera animateur en solo de la soirée des Gémeaux cette année, sans son ancien complice à l’animation Éric Salvail.

Gémeaux: effets pervers d’une paix fragile

CHRONIQUE / Attendez-vous à ce qu’il soit question de l’absence d’Éric Salvail aux Gémeaux dimanche. Animateur en solo de la soirée, Jean-Philippe Wauthier pourrait difficilement faire comme si de rien n’était. L’an dernier, dans un numéro de présentation, il avait prédit à la blague que Salvail en était à son dernier gala. Il n’aurait jamais pu si bien dire.

Je suis curieux de voir comment Wauthier saura se débrouiller, maintenant seul. C’est toujours entouré qu’il a animé La soirée est (encore) jeune, Deux hommes en or, Le beau dimanche. Et Salvail y était pour beaucoup dans la réussite des deux galas qu’ils ont coanimés. Mais il n’y a pas de secret: les bons textes font toute la différence. Avec de bonnes lignes, il risque d’être bon. Avec des textes pauvres, ce sera plus laborieux.

Du pareil au même, les Gémeaux? Pas cette année, où la présence de District 31 pourrait bien changer le portrait de la soirée. Je me risque d’ailleurs à prédire plusieurs prix à la quotidienne de Luc Dionne, et je serais très étonné de ne pas voir ses principales vedettes monter sur scène. À mon avis, le jury devrait avoir aimé autant que nous cette deuxième saison.

Au risque de radoter, je suis incapable de ne pas souligner l’absence inexplicable de Ruptures, l’une de nos meilleures séries du moment. Comment se fait-il que le jury puisse la bouder? J’ai bien aimé Olivier et L’imposteur la suite, mais je leur aurais préféré Ruptures n’importe quand dans la catégorie de la meilleure série dramatique. Mélissa Désormeaux-Poulin et Isabel Richer auraient aussi mérité leur place chez les actrices en nomination. David Savard est le seul acteur retenu pour son rôle de soutien.

Bien que stable depuis trois ans, la bonne entente aux Gémeaux reste fragile. Le phénomène social qu’a entraîné Fugueuse l’hiver dernier justifie-t-il qu’on lui remette le prix de la meilleure série dramatique? Bien sûr, Faits divers a charmé la critique, mais moins le public, plus timide dans les sondages. Une défaite de Fugueuse pourrait ramener le discours sur la valeur des cotes d’écoute dans le choix des Gémeaux. Tout le monde (ou presque) a aimé Fugueuse, et on ne lui remettrait pas de Gémeaux? J’en connais qui crieraient au scandale. Le jury y a certainement réfléchi en faisant son «X» dans cette catégorie.

Difficile, en consultant la liste des nominations, de ne pas y voir une volonté de faire plaisir à tout le monde. Chaque année, la multitude de communiqués provenant des diffuseurs, des producteurs et des agents d’artistes pour se féliciter des nombreuses nominations de leurs productions devient presque burlesque. Les gens de l’Académie ne sont pas fous, ils le voient comme nous. Mais ils préfèrent payer ce prix plutôt que de voir la chicane regagner l’industrie. Effet pervers inévitable. Personne ne veut revenir à l’époque des dissidents, dont l’absence laissait un goût amer et donnait un portrait tronqué de notre télé.

En provenance du Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts, ces 33es prix Gémeaux commencent dimanche à 20h sur ICI Radio-Canada Télé, précédés du tapis rouge, coanimé par Herby Moreau et Claudine Prévost, dès 19h30. Puis, l’après-gala sera présenté sur ICI ARTV, avec Philippe-Audrey Larrue-St-Jacques, qui conduira les gagnants au party des Gémeaux en voiturette de golf. L’émission sera aussi retransmise à ICI Radio-Canada Télé après Le téléjournal avec Pascale Nadeau. Les vrais mordus des Gémeaux ne voudront pas manquer L’Avant-première sur ICI ARTV et sur le web, animée par Anaïs Favron, dimanche à 14h30, en direct du complexe Desjardins. Soixante-deux prix seront remis lors de cette cérémonie, présentée sans pause publicitaire.