La relation que Séraphin (Vincent Leclerc) entretient avec sa nouvelle épouse Donalda (Sarah-Jeanne Labrosse) est beaucoup moins tranchée que dans l'oeuvre originale, où Séraphin était le méchant, et sa femme, la soumise. On les voit ici avec Ben Ducresson (Fred-Éric Salvail).

De moins en moins Séraphin

CHRONIQUE / Déjouant les pires pronostics, l'histoire de Séraphin, remise au goût du jour, a rallié 1,6 million de téléspectateurs l'hiver dernier à ICI Radio-Canada Télé. À travers la lentille du réalisateur Sylvain Archambault, Les pays d'en haut n'a jamais souffert des comparaisons avec Les belles histoires de Claude-Henri Grignon. Comme si on redécouvrait Séraphin.
Ce Séraphin nouveau (Vincent Leclerc) ne cessera de vous surprendre dans la deuxième saison, en ondes dès le lundi 16 janvier à 21h. La relation qu'il entretient avec sa nouvelle épouse Donalda (Sarah-Jeanne Labrosse) est beaucoup moins tranchée que dans l'oeuvre originale, où Séraphin était le méchant, et sa femme, la soumise. Cette zone grise est particulièrement bien rendue dans les premiers épisodes. Et plus l'histoire avance, plus l'auteur prend ses distances avec celle de Grignon. Le fait que Donalda soit enceinte d'Alexis (Maxime Le Flaguais) lorsqu'elle épouse Séraphin n'a toutefois rien de farfelu; Grignon avait inventé un fils au couple, surnommé Ti-Prince, dans une série de nouvelles.
Si vous étiez un adepte de la première série, vous ne serez pas déçu de la deuxième. On croit complètement à l'esprit de village recréé par Gilles Desjardins, dont les personnages sont encore mieux définis. Crise économique oblige, le maire Poudrier imposera à ses citoyens une ère d'austérité. Tiens, tiens. L'auteur Gilles Desjardins affirme que le contexte de l'époque pouvait tout à fait se comparer à celui de ces années-ci.
Antoine Bertrand, qui a été victime d'un infarctus durant le tournage, reste tout de même très présent. Sans que vous vous en rendiez compte, on a engagé une doublure pour certaines scènes où on le voit de dos. Et certains textes ont été remaniés pour lui permettre de récupérer. Toujours flanqué du journaliste Arthur Buies (Paul Doucet), le curé affrontera cette fois les grandes compagnies forestières, en plus de devenir conseiller matrimonial. Monseigneur Fabre (Pascal Rollin) commence à trouver qu'il s'enfle un peu trop la tête. «Vous manquez d'humilité, curé!» lui dit l'archevêque.
Le personnage d'Angélique prend de l'ampleur, encore plus retorse que la saison dernière, et en impose à son mari, le Dr Cyprien (Roger Léger). Madeleine Péloquin est formidable dans ce rôle. L'ancienne maîtresse de poste compte user de ses charmes pour garder le bureau de poste dans la famille et pour faire blanchir le dossier de son beau-fils Jérôme (Alexis Lefebvre), l'incompétent coroner. Quitte à soudoyer le juge Lacasse (Paul Savoie). Et ça marche assez bien.
Vous n'aurez jamais vu un Bidou (Rémi-Pierre Paquin) aussi cupide et violent. Le frère de Donalda la fait chanter pour lui soutirer 5000 $. La femme de Séraphin pense pouvoir le déjouer avec la complicité de Donatienne (Kim Despatis), vraiment prête à tout pour défendre son âme soeur. Anne-Élisabeth Bossé est toujours aussi drôle dans le rôle de Caroline Malterre, qui rage d'avoir été évincée de «son» hôtel. Avec une fougue légendaire, elle aspire maintenant au titre de Miss Boîte à malle 1886, dans un concours d'«étampage» organisé par le marchand Lacour (Pierre Mailloux). Épique.
Délima (Julie Le Breton) se marie. Avec Ben Ducresson (Fred-Éric Salvail), qui gère maintenant l'hôtel. Leurs amours illicites dérangeaient le curé, il fallait y remédier. Et comptez sur la soeur de Séraphin pour qu'on se souvienne de ses noces, marquées par un coup d'éclat. L'alcool coule à flots dans cette deuxième saison, au moins autant que dans un épisode de Mad Men.
L'auteur n'a pas voulu élaborer sur l'arrivée des nouveaux personnages, que ce soit Victorine (Sonia Vachon) ou Nanette (Florence Longpré, alias Gaby Gravel), risquant dans les deux cas d'éventer de gros punchs. La série a été tournée en 4K, encore une rareté dans notre télé, mais qui n'est utile qu'à ceux qui possèdent un téléviseur 4K à la maison. Si le coeur vous en dit, les deux premiers épisodes seront disponibles sur l'Extra d'ICI Tou.tv à partir du 29 décembre. La troisième saison est déjà en chantier.
Christian Bégin recevra à l'église
C'est dans une église que Christian Bégin recevra les invités de son nouveau talk-show, prévu pour le printemps et l'été prochains à Télé-Québec. Produit par Marie-France Bazzo, Y a du monde à messe réunira des personnalités de tous les milieux autour d'un thème, avec l'ambition de «changer un peu le monde», explique le diffuseur. Chose particulière : les invités seront accueillis par une chorale gospel. Une performance musicale liée au thème de la soirée est prévue chaque semaine. D'une durée de 90 minutes, l'émission comblera le vide laissé par la fin de 125, Marie-Anne avec Christiane Charette.