«The Great Tamer» de Dimitris Papaoiannou
«The Great Tamer» de Dimitris Papaoiannou

Retour sur 2019: notre meilleur de la danse

Parmi les spectacles vus cette année, voici ceux qui ont laissé leur trace.

The Great Tamer de Dimitris Papaioannou
Vu en janvier à l’Usine C

Même s’il n’a pas été présenté à Québec, The Great Tamer est un des spectacles les plus bouleversants et surréel que j’ai vu. Esprit hors du commun, le chorégraphe et plasticien grec Dimitris Papaioannou démantèle et amalgame les corps pour créer des figures étranges tout en créant des images scéniques d’une beauté et d’une immensité sidérantes. Merci à Alan Lake d’avoir attiré mon attention sur lui! 

«Dialogue» de Wen Wei Dance

Dialogue de Wen Wei Dance
Vu en mars à la salle Multi

La superbe finale de Dialogue (un tango déconstruit sur Dance Me de Leonard Cohen) arrive à l’issue de surprenants va-et-vient entre jeux adolescents et tourments identitaires. Porté par cinq hommes singuliers, le discours chorégraphique bigarré et étrangement attractif du Vancouvérois Wen Wei Wang intrigue et marque. 

«Sous la feuille» de Ariane Voineau et Josué Beaucage

Sous la feuille d’Ariane Voineau et Josué Beaucage
Vu en juin à la Maison pour la danse

Ariane Voineau et Josué Beaucage signent un premier spectacle pour bambins ingénieux, espiègle et rempli de moments doux. Séduits par les mots soigneusement choisis, des chants, des jeux d’échelle et des jeux d’ombre habiles, on sortait de la salle avec l’envie d’être plus attentif aux merveilles minuscules et géantes qui nous entourent. 

«Hidden Paradise» de La SERRE - arts vivants

Hidden paradise de La Serre - arts vivants
Vu en juin au Périscope pendant le Carrefour de théâtre

Je n’aurais jamais cru que l’absurdité et l’injustice inconcevable des paradis fiscaux puissent aussi bien être exprimées par la répétition, la déconstruction du discours et l’ancrage dans les corps. Alix Dufresne et Marc Béland réussissent un tour de force, poussant la danse dans ses derniers retranchements pour porter un discours social et nécessaire.

 

Aussi :

Gratter la pénombre, Alan Lake Factori(e), vu en février à la Maison pour la danse

Lifeguard, Par B.L.eux, vu en avril à la Maison pour la danse

Threshold, Le Patin libre, vu en avril à L’Aréna des Deux Glaces

De la glorieuse fragilité, Danse K par K, vu en octobre à la salle Multi