Les bêtes géantes imaginées par le metteur en scène Philippe Quesne ont pris un bain de foule en haute ville, mardi.

Québec craque pour les taupes

CARREFOUR INTERNATIONAL DE THÉÂTRE / Des dizaines de câlins reçus, des exclamations de surprise et quelques regards inquiets, voire terrorisés… Les taupes de Philippe Quesne ne sont pas passées inaperçues mardi, lorsqu’elles se sont baladées sur l’avenue Cartier.

Venues de France, elles sont les vedettes du spectacle La nuit des taupes, présenté mercredi et jeudi à la salle Octave-Crémazie dans le contexte du Carrefour international de théâtre. Mais avant de creuser leur galerie jusqu’au sous-sol du Grand Théâtre, les bêtes géantes imaginées par le metteur en scène Philippe Quesne pour cette pièce sans paroles, entre le théâtre musical et le tableau vivant, ont pris un bain de foule en haute ville. 

Il faisait chaud, sur le coup de 17h, mardi. De quoi donner un élan de sympathie pour ces acteurs qui ont revêtu les épais costumes en peluche des taupes. Ils ont d’ailleurs écourté un peu leur parcours. On peut comprendre, surtout qu’ils n’ont pas ménagé leurs efforts pour aller à la rencontre d’une foule nombreuse venue les accueillir. 

Le petit Victor ne semble pas avoir été effrayé par la taupe géante à ses côtés.

Fallait voir cette taupe mettre sa grosse paluche dans le visage d’une dame qui s’essayait à prendre un selfie avec elle. Ou cette autre dérober la planche à roulettes d’une passante pour l’utiliser maladroitement. Certaines ont osé une virée dans des commerces ou sur des balcons. Une autre s’est risquée à une glissade sur une rampe d’escalier. D’autres ont tout simplement décidé de s’affaler dans le portique de la Librairie du Quartier. Des degrés variables d’action qui n’ont pas manqué de monopoliser l’attention sur l’avenue bondée.

De quoi saisir les passants, mais aussi de nombreux spectateurs (du poupon aux grands-parents) qui se sont pointés au rendez-vous justement pour les voir. Entre une jeune Juliette qui réclamait des câlins avec enthousiasme et une tout aussi jeune Justine qui a préféré garder ses distances, l’œil mauvais, les réactions à la singulière visite ont été diverses… Mais impossible de rester indifférent devant cette proposition intrigante, ludique et franchement unique. 

La suite se déroulera sur scène, dès 19h30 mercredi.

Certains enfants réclamaient des câlins... tandis que d'autres préféraient garder leurs distances.

***

VOUS VOULEZ Y ALLER?

  • Quoi : La nuit des taupes
  • Quand : 30 et 31 mai à 19h30
  • Où : Grand Théâtre (Octave-Crémazie)
  • Billets : 55 $
  • Info : www.carrefourtheatre.qc.ca
Impossible de rester indifférent devant cette proposition intrigante, ludique et franchement unique.