Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Un concert-test s’est déroulé à Barcelone le 27 mars dernier.
Un concert-test s’est déroulé à Barcelone le 27 mars dernier.

Québec annonce un éventuel «concert-test» en septembre

Marie-Soleil Brault
Marie-Soleil Brault
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Après Paris avec le groupe Indochine, c’est au tour de Québec de préparer son premier événement supervisé pour «se rapprocher le plus de ce qu’était la vie des événements pré-pandémie». L'Université Laval a le mandat de réaliser un protocole de recherche qui entourera les deux spectacles de 20 000 et 5000 personnes en septembre prochain.

La ministre du Tourisme, Caroline Proulx, a annoncé lundi le début des démarches pour réaliser «cet événement de grande envergure», en collaboration avec les équipes de recherche de l’Université Laval, «qui préparent un protocole de recherche spécifique à la tenue de cet événement.»

«Le Québec sera la première province à élaborer un protocole de recherche qui vise la tenue d’un concert-test», ajoute la ministre du Tourisme. 

En fonction du contexte sanitaire, deux spectacles vont avoir lieu en simultané. Un à l’extérieur, avec 20 000 participants, et un à l’intérieur, avec 5000 participants, selon la ministre du Tourisme. «L’événement [...] va être encadré par une démarche scientifique rigoureuse et approuvée par la direction de la Santé publique et qui va venir supporter de façon sécuritaire la reprise du secteur événementiel en situation de pandémie.» Un comité d’éthique devra aussi approuver le protocole. 

La Ville de Québec sera l’hôte de ce «concert-test» gratuit, mais ni le lieu ni la date précise ne sont encore déterminés. Idem pour les artistes. 

Néanmoins, l’Université Laval et le ministère du Tourisme visent le mois de septembre prochain. «Pourquoi avons-nous ciblé le mois de septembre? Parce qu’on croit que la majorité des Québécois seront doubles-vaccinés», souligne Mme Proulx. 

La ministre du Tourisme, Caroline Proulx

Des conditions à respecter

Le protocole déterminera les balises avec lesquelles l’événement pourra avoir lieu, mais aussi quels citoyens pourront participer. Les conditions, comme le port du masque, la distanciation, le nombre de vaccins nécessaires ou l’âge seront divulgués dans les prochaines semaines. 

Le professeur-médecin à la Faculté de médecine de l’Université Laval, Patrick Archambault, supervisera les équipes de recherche qui s’occuperont de récolter les données nécessaires au bon fonctionnement du protocole grâce à la plateforme numérique Pulsar. 

Pulsar est un outil numérique de partage scientifique et de recherche interdisciplinaire dans tous les domaines reliés à la santé durable. Il permettra d’analyser les informations, de manière consentie, de ceux qui participeront à l'événement supervisé.  

Le président du Regroupement des festivals régionaux artistiques indépendants (REFRAIN), Patrick Kearney, appuie aussi «fortement la démarche du [ministère du Tourisme] pour la collecte de données scientifiques dans un environnement de spectacles tant extérieurs qu’intérieurs. Depuis le début de cette pandémie, nous nous appuyons sur les scientifiques pour prendre les bonnes décisions et nous croyons que ces études permettront de mieux outiller les festivals et le milieu événementiel.»

Pour tous les détails logistiques, le ministère du Tourisme collabore avec le regroupement de producteurs d’événements et de spectacles français Prodiss. L’entreprise, qui a travaillé à la réalisation du «concert-test» en mai dernier à Paris, partagera ses connaissances et ses constats pour le bon déroulement de l’édition québécoise. 

Deux appels d'offres seront lancés pour sélectionner les prestataires responsables de l'organisation des spectacles. Dans l'éventualité où le protocole de recherche ne serait pas approuvé par les instances concernées, ces appels d'offres seront annulés, selon le communiqué de presse émis lundi. 

L’organisation du double concert coûtera entre deux et trois millions de dollars.

Un événement semblable a eu lieu en avril à Barcelone. Les résultats de l’expérience clinique n’avaient décelé «aucun signe de contagion» parmi les 5000 participants masqués, réunis sans mesures de distanciation physique.

La France a aussi tenté une expérience similaire à la fin mai où 5000 personnes étaient réunies pour un concert du groupe Indochine. Avec La Presse Canadienne