Quatre nuits à la belle étoile, ce n'est pas cher payé pour voir The Who, Metallica, Gorillaz et Muse en spectacle, pense Mathieu Larocque, 17 ans, de Mirabel.

Quatre jours de camping sur les Plaines

À 17 ans, Mathieu Larocque vivra les quatre derniers jours du Festival d'été de jour comme de nuit en campant sur les Plaines. Car en sortant du spectacle de The Who, un de ses deux groupes fétiches, il ira directement se poster devant l'entrée du site en prévision du spectacle de Metallica. Idem jusqu'à la prestation de Muse, dimanche soir.
Quatre nuits à la belle étoile, ce n'est pas cher payé pour voir The Who, Metallica, Gorillaz et Muse en spectacle, pense le jeune homme de Mirabel. Et ça permet de «tester ma persévérance», ajoute-t-il.
Mathieu participe cette année à son troisième Festival d'été. Il a d'abord été «accroché» à l'expérience en 2015 lors du passage des Rolling Stones à Québec. «Ça m'a transformé», lance le musicien hippie - c'est ainsi qu'il se décrit lui-même.
Mathieu Larocque n'aurait d'ailleurs pas pu passer à côté de la chance de voir les Rolling Stones en spectacle. Il le sait, même son enseignante de secondaire de l'époque le savait. Elle l'a d'ailleurs sorti de classe en plein examen au printemps 2015 pour lui annoncer que les Rolling Stones fouleraient les planches des plaines d'Abraham.
Deux ans plus tard, alors qu'il s'apprête à voir The Who en action, le jeune homme est incapable de dire lequel des deux groupes il préfère. «C'est égal.»
Le b.a.-ba d'une nuit sur les Plaines
Mathieu Larocque était également à Québec l'année dernière pour voir Rammstein au Festival d'été, expérimentant pour la première fois une nuit complète devant les portes des Plaines. Parmi les premiers sur place, il s'était toutefois fait avoir en réalisant qu'il avait été dépassé par plusieurs festivaliers pendant qu'il dormait.
Cette fois, ça n'arrivera pas, assure-t-il. «Je me mets un cadran à chaque heure pour être certain.»
Et qu'arrive-t-il s'il pleut d'ici dimanche? Il se réfugiera dans une toilette chimique en attendant que l'averse passe, ou utilisera comme imperméable les sacs à recyclage des immenses poubelles bleues disposées un peu partout sur le site, répond-il tout bonnement.