Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Naomi Fontaine est en nomination pour <em>Shuni.</em>
Naomi Fontaine est en nomination pour <em>Shuni.</em>

Prix littéraires du Gouverneur général: les finalistes enfin dévoilés!

Léa Harvey
Léa Harvey
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Mieux vaut tard que jamais. Avec quelques mois de retards – dus à la pandémie, le Conseil des arts du Canada dévoilait, mardi, les 70 finalistes aux Prix littéraires du Gouverneur général.

Quelques écrivains de Québec et de Wendake s’illustrent d’ailleurs parmi les dizaines d’auteurs en lice dans les sept catégories de la section langue française.

En romans et en nouvelles, les «comités d’évaluation par les pairs» ont notamment retenu Chasse à l’homme de Sophie Létourneau et Shuni de Naomi Fontaine. Une série de finalistes 100% féminine puisqu’à leur côté se trouve également l’écrivaine gatinoise Marie-Ève Lacasse pour son livre Autobiographie de l’étranger ainsi que les autrices montréalaises Marie-Pier Lafontaine et Jennifer Bélanger pour Chienne et Menthol.

Louis-Karl Picard Sioui se distingue quant à lui dans la catégorie poésie grâce à son recueil Les visages de la terre. Publié en septembre 2019, l’ouvrage porte notamment sur «l’univers spirituel wendat» et sur les racines de l’auteur. Les livres Déblais de Paul Bélanger, Et là, mon père suivi de Et là, ma mère d’Hugues Corriveau, L’amour des oiseaux moches de Symon Henry ainsi que La société des cendres et Des lames entières de Martine Audet sont aussi finalistes.

La ville de Québec rayonne également en littérature jeunesse grâce aux autrices Johanne Mercier et Magali Laurent. Celles qui ont respectivement écrit Il faut de tout pour faire un monstre et L’ogre et l’enfant se retrouvent en compétition contre les œuvres Cicatrices de Camille Bouchard, Rap pour violoncelle seul de Maryse Pagé. Lac Adélard de François Blais, le lauréat du Prix jeunesse des libraires du Québec 2021 est aussi en lice.

Du côté des essais, notons également la présence du Chicoutimien Michaël La Chance pour Une épine empourprée. Le récit, publié en 2019, porte sur un accident cérébral dont a été victime l’auteur. On retrouve à ses côtés les écrivains montréalais Stanley Péan pour De préférence la nuit, Frédérique Bernier pour Hantises. Carnet de Frida Burns sur quelques morceaux de vie et de littérature, Thomas Dommange pour Le rapt ontologique. Penser l’être des singularités ainsi que Guylaine Massoutre pour Nous sommes le soleil. Femmes sous la dictature (Argentine 1976-1983).

Pour consulter la liste complète des soixante-dix finalistes, on peut visiter le site de l’organisation. Les quatorze grands gagnants y seront annoncés le 1er juin 2021.

La date et les détails de la cérémonie officielle, lors de laquelle le Gouverneur général remet les prix aux lauréats, ne sont pas encore connus.

Rappelons que le poste de Gouverneur général du Canada demeure vacant depuis la démission de Julie Payette, en janvier dernier. Cette fonction est actuellement assurée par le juge en chef de la Cour suprême du Canada, le très honorable Richard Wagner.