P!nk et Kendrick Lamar au Festival d'été

P!nk, Kendrick Lamar, Isabelle Boulay et Michel Fugain se joindront à Metallica et à Muse pour célébrer les 50 ans du Festival d'été de Québec.
L'événement, qui se tiendra du 6 au 16 juillet, a dévoilé les 50 premiers noms de sa programmation mercredi sur les médias sociaux, les échelonnant sur une cinquantaine de minutes. C'est donc environ le quart de l'offre qui est connue (voir plus bas).
Le FEQ avait déjà annoncé la venue de Muse et de Michel Louvain, ainsi que le retour de Metallica. Plusieurs s'attendaient au passage de la chanteuse pop P!nk, qui transite aussi par le Bluesfest d'Ottawa, ce qui a été confirmé. Le grand ajout devient donc Kendrick Lamar, qui s'est taillé une place dans la stratosphère du hip-hop avec l'album To Pimp A Butterfly, en 2015. Il n'est pas le seul nom du rap à surveiller, puisque Migos et Fetty Wap, featuring Monty seront aussi présents. Dans une veine nostalgique, les Backstreet Boys feront un retour après une longue absence.
Ce n'est pas un hasard si le hip-hop et la pop ont une présence affirmée cette année, avec d'autres artistes comme DNCE, à qui l'on doit Cake By The Ocean.
«Quand on regarde ce qui se passe sur la planète musique en ce moment, on n'a pas le choix de se rendre compte que c'est dominé par le hip-hop, la musique électronique, qui est devenue du pop et le pop en général qui maintenant intègre le hip-hop, explique le directeur de la programmation, Louis Bellavance. Ces trois genres-là sont en train de fusionner complètement et ce courant qui hybride tout ça domine les palmarès : c'est peut-être 60-70 % de ce qui fonctionne sur la planète. La question qu'on est en droit de se poser c'est : est-ce qu'à Québec c'est vrai aussi?»
 
La décision n'est pas encore prise à savoir s'il y aura un ElectroFEQ à proprement parler, comme par les années passées, or plusieurs artistes de musique électronique seront de passage, dont Flume et DJ Shadow.
Au registre country, le groupe Lady Antebellum, ainsi que la chanteuse Kelsea Ballerini, sacrée découverte de l'année aux récents prix Grammy, devraient contenter les amateurs du genre.
Côté world, soulignons le retour d'Amadou & Mariam, ainsi que de DakhaBrakha.
La fête en français
Outre par les activités périphériques, comme les arts de la rue, c'est avec les artistes québécois, et plus particulièrement francophones, que l'on pourra sentir pleinement que le FEQ souffle ses 50 bougies. L'affiche s'annonce assez remplie, avec les Cowboys Fringants, qui fêteront leurs 20 ans, Isabelle Boulay, qui célébrera ses 25 ans de carrière avec l'Orchestre symphonique de Québec, et Michel Louvain, qui soulignera son propre anniversaire, en plus de ses 60 ans de métier. Même l'équipe de Belle et Bum procédera à un tournage spécial.
S'ajoutent aussi Yann Perreau, les soeurs Boulay, La Chicane, qui se reformera, les Trois Accords, Lisa LeBlanc, qui a confirmé qu'elle serait sur les plaines d'Abraham, Matt Holubowski ou encore The Barr Brothers.
Enfin, parmi les cousins français, Michel Fugain, ainsi que Ben l'Oncle Soul nous visiteront.
Pour l'instant, la grille de programmation n'est pas encore disponible, il est donc impossible d'identifier clairement quels artistes se produiront sur quelles scènes, bien qu'il y ait de grandes évidences. Ce devrait être à la fin mars qu'on sera entièrement fixé.
«L'objectif premier, c'est de rendre l'événement le plus festif possible, que les gens sentent qu'il y a un anniversaire, que les gens sentent qu'il se passe quelque chose de spécial pour le 50e, indique le directeur général Daniel Gélinas. Le ruban autour de ce cadeau-là se retrouve à travers les projets qu'on a annoncés il y a quelques semaines. Et il y en a un autre qu'on va annoncer bientôt!»
Quatre questions au directeur de la programmation Louis Bellavance
Louis Bellavance
L'artiste que vous êtes le plus fier d'avoir programmé?
«Je suis obligé de penser à P!nk. On a travaillé longtemps là-dessus. P!nk en festival, ça ne me dit rien, j'ai fouillé un peu, mais je ne pense pas l'avoir vue faire des festivals. Elle ne tourne pas beaucoup : son dernier show au Québec remonte en 2013, dans un Centre Bell plein à craquer et il y avait eu un délire. Ce sont toujours des grosses productions.»
L'artiste le plus dur à programmer?
«Kendrick Lamar : dans ceux qu'on a, ç'a été le plus difficile à obtenir pour nous. Il ne fait pas de festivals. Il a fait Coachella, mais il s'en va en préproduction tout l'été et il sort en juillet. Il a accepté de faire un spectacle dehors, un festival, juste avant de faire sa tournée, qui est exclusivement des arénas. Ç'a été tout un combat pour leur vendre la magie du festival, comment ce serait bon pour lui, bon pour nous.»
L'artiste à découvrir?
«Migos. Profitons-en, c'est encore une découverte. C'est du hip-hop, c'est numéro un dans le monde, en vente d'albums. [...] J'ai entendu ce nom-là pour la première fois en décembre, à New York dans le bureau d'un agent. Je disais : ''je cherche du talent émergent [...], fais-moi des suggestions''. Il m'a dit : ''ben là, il faut que tu fasses Migos'', j'ai dit : ''de quoi tu parles?'' J'avais jamais entendu ce nom. J'ai littéralement dit : ''non merci'' en décembre et au début février, quand j'ai compris ce qui se passait, j'ai rappelé ce gars-là!»
L'artiste que vous auriez aimé programmer?
«Personnellement, j'ai ma liste, qui ne pourrait pas émouvoir grand monde, comme un Ryan Adams ou Alabama Shakes, qui viennent me chercher, mais dont le créneau n'est pas populaire ici, contrairement au hip-hop. Sinon, les grands noms qui nous échappent encore. Un Ed Sheeran [qui a annoncé son passage au Centre Vidéotron le 18 juillet] qui ne fait aucun festival, qui ne veut même pas voir une offre, qui n'est pas intéressé. Il veut jouer en salles seulement, c'est dommage, mais il faut respecter ça.»
Près de 200 autres artistes à venir
Le concept du dévoilement des noms au Festival d'été était 50 premiers noms en 50 minutes pour les 50 ans. Cette formule, que le FEQ n'avait encore jamais éprouvée et qui a fait réagir plusieurs festivaliers sur les médias sociaux, a permis un premier tour d'horizon de la programmation, mais laisse près de 200 artistes en plan. Le directeur de la programmation, Louis Bellavance, confirme qu'il y a environ le quart de la grille qui est maintenant connu et qu'il pourrait rester jusqu'à 10 noms d'importance à être dévoilés.
«Il y a beaucoup de noms qui s'en viennent, assure-t-il. Il y aura des noms d'impact là-dedans, des noms qui vont faire parler, qui vont faire courir et aussi beaucoup de premières parties et de talent émergent.»
Le FEQ s'attend à partager le reste de la programmation, ainsi que la grille officielle, avec les lieux et salles, à la fin mars.
 
De A à Z
Pour la première fois, le Festival d'été de Québec a décidé de faire apparaître les artistes en ordre alphabétique sur son affiche. La raison? Éviter beaucoup de négociations avec les égos trop chatouilleux.
«De plus en plus de festivals utilisent l'affiche par ordre alphabétique, affirme la porte-parole du FEQ, Luci Tremblay. Si c'est en ordre alphabétique, ils n'ont pas à approuver. On achète la paix de cette façon-là, car sinon, ça peut être des heures de négociation avec les artistes pour la place qu'ils vont occuper sur l'affiche.»