Piment sans le piquant pour les Red Hot

CRITIQUE / Tout semblait en place, samedi, pour que les Red Hot Chili Peppers servent un spectacle mémorable sur les plaines d'Abraham: les gars étaient en forme, la météo parfaite et la foule, la plus imposante du Festival d'été cette année. Or la chimie n'a opéré que partiellement, en raison d'une accumulation d'éléments.
Monter sur les planches dans un concert en salle, avec des admirateurs qui connaissent bien le matériel et qui apprécient le talent des musiciens est une chose; donner un concert extérieur, avec une multitude d'amateurs à la motivation variable, en est une autre. En bons vétérans, les Red Hot Chili Peppers le savent bien; or, ils ont préféré aller de l'avant avec un programme réunissant des succès, plusieurs jams, des titres récents et d'autres moins connus - de quoi combler les mordus.
C'était un pari risqué. Il aurait pu être gagné s'il n'y avait pas eu une qualité de son variable, ce dont plusieurs se sont plaints. Sur les planches, aussi, il semblait y avoir des problèmes: tout au long de la soirée, le chanteur Anthony Kiedis s'est absenté, tentant d'ajuster ses oreillettes - voilà qui pouvait expliquer pourquoi son chant n'était pas toujours juste. Ajoutez à ça qu'il y avait peut-être trop de balades et vous avez assez d'éléments pour miner un rendez-vous qui s'annonçait survolté.
Car c'était parti sur des chapeaux de roue. Les gars avaient en effet lancé la machine avec une improvisation endiablée. Le guitariste Josh Klinghoffer, arborant une tuque des Nordiques, affichait une verve qu'il a rarement en studio. Flea, dans son costume hautement coloré, à la basse, lui donnait la réplique avec son doigté unique, tandis que Chad Smith, à la batterie, martelait ses fûts avec son proverbial aplomb. Kiedis, bien que blessé au genou, est arrivé en sautant et en dansant pour se lancer dans Can't Stop, avant d'enchaîner sur Snow (Hey Oh), sur laquelle la foule a pris l'allure d'une immense chorale.
Le classique Scar Tissue, tout comme la récente Dark Necessities ont bien marché. Même If You Have To Ask, quoique plus obscure, était remarquable, se développant de manière impressionnante. Or peu à peu la complicité s'est mise à tomber entre les rockeurs et leur public. Otherside, qui s'est terminée sur une savoureuse impro, Californication ou Under The Bridge ont été de belles tentatives pour ramener la foule, mais les Chili Peppers ont été incapables d'installer une chimie durable.
Le fait que Kiedis, qui n'a jamais été particulièrement bavard, s'adresse peu aux festivaliers, en plus de régulièrement sortir en coulisses, n'a pas aidé. Flea, pour sa part, a pris le micro, mais surtout pour enjoindre les festivaliers à prendre soin les uns des autres. Il est vrai qu'avec autant de monde, les malaises ont mené à de nombreuses sorties d'urgence.
Pour le rappel, Flea est revenu sur les mains, avant de se lancer dans un autre jam, qui a mené à Around The World et, ultimement, à la très attendue Give It Away, à l'exécution impeccable. Pas une mauvaise soirée, surtout que, musicalement, les gars sont redoutables. Mais pour un concert aussi attendu, c'était une déception. Il faudra remettre ça, dans de meilleures conditions.
Le film de la soirée
Intro Jam
1. Can't Stop
2. Snow (Hey Oh)
3. Scar Tissue
4. Dark Necessities
5. If You Have to Ask
6. Nobody Weird Like Me
7. Otherside
8. The Getaway
9. Californication
10. Ethiopia
11. Go Robot
12. Under the Bridge
13. By The Way
Rappel
14. Around The World
15. Give It Away