«Peter Pan», le garçon qui ne voulait pas grandir, fête ses 65 ans

LOS ANGELES — La plupart d’entre nous ont besoin de dormir huit heures, d’une crème de nuit très chère, et d’un régime macrobiotique pour rester jeunes. Peter Pan, cet insolent, se contente d’un peu de poussière d’étoiles. Cette année, il est toutefois rattrapé par cette cruelle vérité: le film de Disney qui l’a rendu mondialement célèbre fête ses 65 ans.

Peter Pan et son histoire célèbrent le monde de l’enfance, et la peur de le quitter. «Nous les adultes avons besoin d’y retourner parfois [...] pour retrouver notre sens de l’émerveillement, de la magie, de l’imaginaire», explique Mindy Johnson, historienne de Disney, lors d’un événement organisé par le géant du divertissement dans ses studios de Burbank, près de Los Angeles.

L’écrivain écossais J. M. Barrie a créé Peter Pan en racontant des histoires aux fils de son amie Sylvia Llewelyn-Davies. Sa pièce de 1904, puis le roman de 1911, racontent l’histoire des enfants Darling — Wendy, John et Michael — et du facétieux Peter accompagné de son amie la Fée Clochette vers l’île magique du Pays Imaginaire (Neverland).

Ils rendent visite à la cachette secrète de Peter et les Garçons perdus et se retrouvent dans des batailles épiques avec le célèbre Capitaine Crochet, qui n’arrive pas à se délester de son vieux différend avec un crocodile.

Walt Disney estimait que cette histoire n’avait pas atteint tout son potentiel sur les planches ou en version romancée, et «méritait la dimension supplémentaire de l’animation».

Il a déployé une équipe de ses meilleurs dessinateurs, surnommée affectueusement les «Neuf vieux», qui ont produit environ un million de croquis, au rythme d’une semaine pour cinq secondes à l’écran.

Kathryn Beaumont avait 12 ans quand elle a été choisie pour prêter sa voix à Wendy et servir de modèle accrochée en l’air à des câbles chaque fois que les animateurs avaient besoin de vérifier à quoi ressemble une petite fille qui vole.

Destin sombre

Elle a aussi prêté sa voix à Alice dans le classique dessin animé inspiré du roman de Lewis Carroll (1951) et peut donc peut se vanter d’être la seule actrice au monde à s’être rendue au Pays des Merveilles et au Pays Imaginaire.

Mme Beaumont a passé la majeure partie de sa vie à travailler comme enseignante mais vit toujours près des studios Disney et se souvient de Walt l’invitant à visiter les différents ateliers, de l’animation en passant par la peinture.

En revanche, le destin de celui qui a donné la parole à Peter, Bobby Driscoll, est plus sombre. Une fois la réalisation finie, Disney lui a dit qu’il serait plus approprié dans des rôles de «jeunes brutes» et a mis fin à son contrat, mettant en cause sa soudaine poussée d’acné.

Driscoll s’est retrouvé au ban d’Hollywood dès la fin de son adolescence, et a plongé dans l’héroïne, divorçant jeune et se retrouvant en prison puis au chômage. Il a été découvert mort, seul et indigent dans un bâtiment désaffecté quelques jours après son 31e anniversaire, il y a 50 ans.

Le film sorti en 1953 est quant à lui devenu l’un des plus grands succès de Disney, contribuant à rétablir les finances du studio après une mauvaise passe dans les années ayant suivi Cendrillon (1950).

L’univers de Peter Pan a donné lieu à des séries animées, des montagnes de produits dérivés et plusieurs films spin-off dont le carton Hook ou la revanche du Capitaine Crochet (1991), un Steven Spielberg avec Robin Williams et Dustin Hoffman, une suite au succès mitigé (Peter Pan, retour au Pays Imaginaire [2002]) et un film centré sur un orphelin au Pays Imaginaire (Pan, 2015) qui deviendra... Peter Pan.